SCHERRER JEAN-LOUIS (1935-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Exotisme et fluidité

Jean-Louis Scherrer peut alors réaliser son rêve : classer sa maison en haute couture, ouvrir une enseigne au 51, avenue Montaigne, à Paris, en 1971, et inaugurer une boutique de prêt-à-porter rue de Tournon. En 1976, le groupe Morton Norwich cède sa filiale Orlane, ce qui permet au couturier de prendre le contrôle de Jean-Louis Scherrer S.A. Une période faste s’ouvre : douze boutiques en 1977, une superficie doublée par l’annexion du 53, avenue Montaigne, le lancement du parfum, « Jean-Louis Scherrer » (suivi en 1986, par « Scherrer 2 » et « Nuits indiennes » en 1994), l’obtention en 1980 du dé d’or pour sa collection « Russe ». À la fin des années 1980, la société compte cent soixante employés.

Jean-Louis Scherrer

Jean-Louis Scherrer

Photographie

En 1980, Jean-Louis Scherrer reçoit le prix du dé d'or de la haute couture pour sa collection « Russe » automne-hiver 1980-1981. 

Crédits : P. Vauthey/ Sygma/ Corbis

Afficher

Le couturier sait répondre au goût de l’ostentation des années 1980, tout en conservant une conception très précise de l’élégance française : sa silhouette emblématique (manteau droit, pantalon évasé, blouse de soie, étole imprimée) se distingue par ses coupes nettes. Il affectionne les imprimés fleuris, pied-de-poule, tigre ou panthère, les pois et les rayures autant que les contrastes de noir et de blanc. Pour le soir, d’opulentes robes brodées offrent une version contemporaine de l’Inde des maharajahs, de la Russie des tsarines ou de la Chine impériale… Jean-Louis Scherrer travaille avec sa fille, Laetitia, son mannequin vedette. Mieux que quiconque, il sait, par un simple fourreau exalter la sensualité féminine, comme on le voit avec la robe en mousseline panthère conçue pour Raquel Welch dans le film L’Animal (1977), de Claude Zidi.

Son succès précoce aux États-Unis lui vaut une clientèle prestigieuse : Jackie Kennedy, sa belle-sœur Pat Lawford ainsi que Rose Kennedy. Considéré comme un des derniers représentants de la haute couture, il a habillé Anémone Giscard d’Estaing, épouse de l’ancien président de la République, ainsi que les têtes couronnées, de Paola de Belgique à Farah Diba, femme du dernier shah d’Iran.

En 1989, Jean-Louis Scherrer cède 87 p. 100 de son capital à Ilona Gestion, qui appartient au groupe japonais Seibu et à Hermès. Des parte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHERRER JEAN-LOUIS (1935-2013)  » est également traité dans :

TRIANGLE D'OR (Paris)

  • Écrit par 
  • Michel PINÇON, 
  • Monique PINÇON-CHARLOT
  •  • 2 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'avenue Montaigne ou l'apogée de la griffe spatiale »  : […] Des familles bourgeoises vivaient encore récemment dans cette avenue dont quelques-unes dans des immeubles familiaux. Mais cette artère est aujourd'hui connue dans le monde entier pour ses commerces de luxe : Dior, qui fut le premier à s'y installer en 1947, Nina Ricci, Jean-Louis Scherrer, les briquets Dupont ou les sacs Vuitton. J.-L. Scherrer venait de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, pourtan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/triangle-d-or/#i_55446

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine ORMEN, « SCHERRER JEAN-LOUIS - (1935-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-scherrer/