ÉTIENNE JEAN-LOUIS (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’appel des pôles

Jean-Louis Étienne est né le 9 décembre 1946, à Vielmur-sur-Agout (Tarn). Après des études techniques, il entre à la faculté de médecine de Toulouse et participe à plusieurs courses en montagne. C'est en 1974 qu'il rencontre le père Jaouen, avec lequel il découvre la mer. Jusqu'en 1983, il prend part à de nombreuses expéditions – Patagonie, Himalaya, Groenland, etc. – et participe à la course autour du monde à la voile sur Pen-Duick-VI, avec Éric Tabarly.

Après ces différentes aventures collectives, il décide de monter sa première expédition en solitaire. En 1986, il affronte le chaos glacé et mouvant de la banquise arctique et, au terme d'une aventure de soixante-trois jours, devient le premier homme à atteindre, seul, le pôle Nord en tirant lui-même son traîneau. Cet exploit le rendra célèbre auprès du public. L'année suivante, il accompagne un groupe d'enfants au pôle Nord magnétique, dans les îles du nord du Canada.

De juillet 1989 à mars 1990, Jean-Louis Étienne part vers le Grand Sud. Il est co-leader, avec l'explorateur polaire américain Will Steger, de l'expédition internationale Transantarctica. Cette équipe, volontairement cosmopolite (un Français, un Américain, un Anglais, un Chinois, un Russe et un Japonais), se lance sur la calotte glaciaire et réussit, en traîneaux à chiens, la plus longue traversée de l'Antarctique jamais réalisée : 6 300 kilomètres. Le but de cette mission est d'attirer l'attention du monde sur l'avenir de ce continent et ainsi de prendre part à sa défense.

Pour accompagner la Transantarctica, Jean-Louis Étienne a fait construire un voilier polaire, Antarctica (rebaptisé Seamaster par Peter Blake en 1999, puis Tara par Étienne Bourgois en 2003), spécialement conçu pour naviguer dans les eaux encombrées de glaces. En cas de prise par la banquise, la coque arrondie de ce grand dériveur en alliage d'aluminium, unique au monde, résiste à la pression en « montant » sur la glace.

Depuis lors, Les expéditions de Jean-Louis Étienne, infatigab [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉTIENNE JEAN-LOUIS (1946- )  » est également traité dans :

TARA, goélette

  • Écrit par 
  • Anna DENIAUD, 
  • Christian SARDET
  •  • 3 739 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « D'« Antarctica » à « Tara » »  : […] En 1989, la goélette Antarctica , nom originel de Tara , sort du chantier de la Société française de constructions navales (S.F.C.N.) à Villeneuve-la-Garenne. C'est alors l'un des plus grands dériveurs polaires jamais construits. Conçu par l'ingénieur Michel Franco et les architectes Luc Bouvet et Olivier Petit, ce voilier pèse 120 tonnes, mesure 36 mèt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tara-goelette/#i_36797

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre AVÉROUS, Laure MARTIN, « ÉTIENNE JEAN-LOUIS (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-louis-etienne/