POISEUILLE JEAN LÉONARD MARIE (1797-1869)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin et physicien, Jean Léonard Marie Poiseuille fit d’importantes observations au xixe siècle sur l’écoulement des fluides visqueux, en particulier le sang. Son nom a été donné à une unité de viscosité dynamique (le poiseuille ou pascal-seconde) et également à une loi d’écoulement des fluides, la loi de Hagen-Poiseuille.

Jean Léonard Marie Poiseuille, né à Paris le 22 avril 1797, acquiert une formation de scientifique à l’École polytechnique (promotion X 1815), où il reste assez peu de temps (250 élèves, dont Poiseuille, sont licenciés en avril 1816 pour insubordination, l’école ferme pour rouvrir, après réforme, l’année suivante), mais suffisamment pour recevoir l’enseignement d’Arago et d’Ampère. Il entreprend ensuite des études de médecine et est reçu docteur en 1828. Cette double formation en médecine et en physique marque ses recherches, dont le dénominateur commun est la physique de l’écoulement du sang et, de manière plus générale, des liquides visqueux. Poiseuille publie son premier mémoire en 1819 sur la pression (tension) des artères et ses variations physiologiques. Il en mesure le premier ses valeurs, leurs limites normales et leurs variations grâce à un manomètre à mercure relié à une artère, l’hémodynamomètre. Ses travaux sont regroupés dans son doctorat en médecine et publiés en 1828 sous le titre Recherches sur la force du cœur aortique.

Il poursuit ses recherches sur la circulation artérielle et capillaire, et sur l’effet du froid. À partir de 1835, son intérêt se porte sur l’aspect plus général de la circulation d’un fluide dans un tube, en fonction de la longueur de ce dernier, de son diamètre, de la température, etc. Il produit d’importantes observations, validées par les physiciens de l’Académie des sciences avant d’être acceptées. La plus notable – au demeurant la plus connue – est issue de ses Recherches sur le mouvement des liquides dans les tubes de très-petits diamètres (publié entre 1844 et 1846). Poiseuille établit une relation entre la viscosité du fluide [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  POISEUILLE JEAN LÉONARD MARIE (1797-1869)  » est également traité dans :

PHYSIOLOGIE ANIMALE (histoire de la notion)

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 4 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Objectifs et méthode de la physiologie »  : […] Il est aisé de comprendre pourquoi l'anatomie du corps humain a d'abord dominé et inspiré la connaissance de ses fonctions, pourquoi on a estimé que, dans beaucoup de cas, on pouvait se faire une idée des fonctions à partir de l'inspection de la forme et de la structure des organes. Mais il s'agissait de structures à l'échelle macroscopique et de fonctions initiales ou terminales de processus comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiologie-animale-histoire-de-la-notion/#i_28989

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « POISEUILLE JEAN LÉONARD MARIE - (1797-1869) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-leonard-marie-poiseuille/