HAMBURGER JEAN (1909-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réanimation médicale et le rein artificiel

La vie peut être mise en péril dans certains états pathologiques par des pertes ou des accumulations excessives d'eau et d'électrolytes, notamment de sodium et de potassium. Le contrôle d'un niveau équilibré de ces électrolytes est essentiel pour assurer le maintien d'un « milieu intérieur » favorable à la vie cellulaire. Dans le prolongement d'études expérimentales sur le métabolisme de l'eau, Jean Hamburger a défini les concepts physiologiques sur lesquels est fondée la réanimation médicale d'aujourd'hui. Les paramètres régissant l'équilibre hydrosodé furent précisés et les désordres très divers de l'hydratation cellulaire disséqués. Au-delà de leur intérêt théorique fondamental, ces notions allaient permettre la mise en place d'un traitement rapide et efficace de ces désordres graves. Ces recherches et leurs précieuses applications thérapeutiques sont consignées dans le traité Techniques de réanimation médicale et de contrôle de l'équilibre humoral en médecine d'urgence, qui reste une référence historique.

L'insuffisance rénale secondaire à la destruction des reins ou à l'inhibition soudaine de leur fonction provoque la rétention des nombreux produits normalement éliminés par l'urine et, en conséquence, l'apparition de désordres majeurs de l'hydratation cellulaire et de l'équilibre électrolytique. Il était naturel que, dans la continuité de ses travaux sur le métabolisme de l'eau et des électrolytes, Jean Hamburger s'intéresse au traitement de l'insuffisance rénale, qu'elle soit aiguë (par exemple secondaire à une intoxication par le tétrachlorure de carbone ou une septicémie post-abortum) ou chronique (résultant de la destruction progressive des reins). Il construit le premier rein artificiel français à peine quelques années après que le principe en eut été proposé. Le rein artificiel de Necker allait être l'étape initiale des remarquables travaux français sur l'hémodialyse.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur en médecine, professeur émérite d'immunologie, C.H.U. Necker, Paris

Classification


Autres références

«  HAMBURGER JEAN (1909-1992)  » est également traité dans :

DÉBUTS DES TRANSPLANTATIONS D'ORGANES

  • Écrit par 
  • Christian CABROL
  •  • 252 mots

En 1952, à Paris, l'équipe médicale du professeur Jean Hamburger greffa au jeune Marius Renard un rein prélevé chez sa mère. Cette greffe effectuée par Delinotte et N. Oeconomos fut un succès technique, mais l'enfant mourut au vingt et unième jour. La qualité de l'intervention n'était pas en cause, car, deux ans plus tard à Boston, une greffe de rein faite entre deux jumeaux vrais devait réussir e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debuts-des-transplantations-d-organes/#i_31062

TRANSPLANTATION D'ORGANES

  • Écrit par 
  • Henri BISMUTH, 
  • Jean-François DELFRAISSY, 
  • Jean DORMONT, 
  • Jean HAMBURGER, 
  • Didier SAMUEL
  •  • 5 602 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Transplantation rénale »  : […] Jusqu'en 1959, la transplantation d'organes entre jumeaux vrais paraissait, chez l'homme, la seule possible, de même que, chez l'animal, la greffe entre animaux syngénéiques était seule tolérée. Quelques transplantations de rein entre jumeaux vrais furent réalisées, à Boston, par le groupe dirigé par J. Merrill, et leur succès confirma que le transfert du rein ne soulevait en lui-même aucun probl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transplantation-d-organes/#i_31062

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François BACH, « HAMBURGER JEAN - (1909-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-hamburger/