GENET JEAN (1910-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'ennemi déclaré »

Sans jamais abandonner des préoccupations esthétiques, comme le montrent de nombreux écrits sur Giacometti, Rembrandt, Leonor Fini, la cathédrale de Chartres, sans perdre de vue des ambitions cinématographiques (son scénario, Mademoiselle, a été réalisé en 1966 par Tony Richardson, et il travaillera à d'autres films, jamais tournés, comme La Nuit venue ou Le Langage de la muraille, tandis que R. W. Fassbinder adapte Querelle de Brest en 1982), Genet a consacré ses dernières années à l'activité politique, séjournant le plus souvent à l'étranger, notamment au Maroc où il est enterré dans le cimetière de Larache. Il est mort le 15 avril 1986 dans un petit hôtel du XIIIe arrondissement de Paris sans avoir achevé la correction des épreuves d'Un captif amoureux.

Genet s'est toujours défendu d'appartenir au monde, à « notre monde ». Cette absence d'attache, qu'expliquent les conditions de sa naissance, lui donna une indiscutable liberté dont il fit un usage privé, sexuel, littéraire et politique. « Sartre suppose la liberté de l'homme et que chaque homme a tous les moyens à sa disposition pour prendre en charge son propre devenir. Je suis l'illustration d'une de ses théories de la liberté. Il a pu connaître un homme qui, au lieu de subir, revendiquait ce qui lui a été donné, le revendiquait et était décidé à le pousser jusqu'à son extrême conséquence. »

Sous forme autobiographique, transmuée par la poésie ou le théâtre ou encore carrément polémique, dans son dernier livre, mais aussi dans les écrits politiques rassemblés par Albert Dichy, cinq ans après sa mort, dans L'Ennemi déclaré, il revendique cette position d'observateur et de provocateur, qui ne vit pas comme « les autres » vivent. Dès son premier roman, il écrivait : « Le monde des vivants n'est jamais trop loin de moi. Je l'éloigne le plus que je peux par tous les moyens dont je dispose. Le monde recule jusqu'à n'être qu'un point d'or dans un ciel si ténébreux que l'abîme entre notre monde et l'autre est tel qu'il ne reste plus, de réel, que notre tombe. Alors, j'y commence une existence de vrai mort. »

Dans son théâtre, surtout dans Les Paravents, qui fait apparaître des morts, Genet revient sur cette thématique poétique à laquelle il reste fidèle et qui lui permet d'assumer un excès systématique dans toute sorte d'affirmation, qu'elle soit sexuelle, esthétique ou politique. Son éloge de la trahison, de l'infamie, de l'abjection, accompagné d'une théorie paradoxale de la sainteté et de la beauté, le conduit à une véritable mystique poétique qui rend ses écrits politiques particulièrement difficiles à interpréter. Il en arrive à comparer les Palestiniens à la montagne Sainte-Victoire : « Que cherchent les peintres ? Que ce soit Rembrandt, Frans Hals, Cézanne ? Est-ce qu'ils ne cherchent pas le poids d'une réalité ? Est-ce que ce n'est pas ça ? Et ils l'ont trouvé [...]. Mais est-ce que vous ne sentez pas que le monde arabe en général n'a pas de poids ? Qu'il se soutient par la vertu de régimes autoritaires et même policiers ? [...]. Alors, les Palestiniens dans leur révolte ont pris justement ce poids – oh ! j'ai peur d'être très littéraire ! –, mais ils ont pris le poids des toiles de Cézanne. Ils s'imposent ! Chaque Palestinien est vrai. Comme la montagne Sainte-Victoire de Cézanne. Elle est vraie, elle est là. »

De la même manière, il réinterprète l'histoire de la lutte des Noirs en Amérique en termes de poème : « Les mots noirs sur la page blanche américaine sont quelquefois raturés, effacés. Les plus beaux disparaissent, mais c'est ceux-là – les disparus – qui forment le poème, ou plutôt le poème du poème. Si les blancs sont la page, les noirs sont l'écrit qui dit un sens – non de la page ou non seulement de la page. » Inventant un nouveau genre, l'essai poético-politique, l'écrivain brouillait définitivement les pistes, poursuivant le malentendu outre-tombe, renouant inlassablement avec son obsession de la trahison : « Mais s'il était vrai que l'écriture était un mensonge ? Elle permettrait de dissimuler ce qui fut, le témoignage n'étant qu'un trompe-l'œil ? »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GENET JEAN (1910-1986)  » est également traité dans :

LES BONNES, Jean Genet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

L'argument des Bonnes (1947, nouvelle version en 1958), fut fourni à Jean Genet (1910-1986) par un fait divers survenu en 1933 : le crime des sœurs Papin, au Mans. De l'événement originel, la pièce a conservé une trame policière indécise, occupant l'arrière-plan du drame. On se gardera d'autre part, indique l'auteur dans un texte datant de 1963, « Comment jouer Les Bonnes  », d'y voir l'illustrat […] Lire la suite

LE DERNIER GENET. HISTOIRE DES HOMMES INFÂMES (H. Laroche)

  • Écrit par 
  • Philippe DI MEO
  •  • 1 365 mots

Dans le Dernier Genet. Histoire des hommes infâmes (Seuil, Paris, 1997), Hadrien Laroche se penche sur une période peu fréquentée de l'œuvre de Jean Genet, et souvent incomprise : celle qui fut marquée par des interventions dans le débat politique, par le biais d'articles, de préfaces et d'entretie […] Lire la suite

BARBEY BRUNO (1941-2020)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 792 mots

Bruno Barbey est un photographe français, né le 13 février 1941 à Rabat. Troisième des cinq enfants d'un contrôleur civil du protectorat français au Maroc, il passe sa jeunesse entre les villes de Rabat, Salé, Marrakech et Tanger. Ses lectures de Saint-Exupéry l'incitent à se présenter au brevet de pilote d'avion à l'âge de seize ans avant d'achever à Paris ses études secondaires. En compagnie d […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

BLIN ROGER (1907-1984)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 466 mots

Metteur en scène exemplaire d'un théâtre difficile, dont le nom est attaché à la réalisation des grandes œuvres de Genet et de Beckett. Élève de Dullin, lié à Artaud, proche de Prévert et du groupe Octobre, Blin se fait connaître comme acteur avant la Seconde Guerre mondiale. En 1949, il se révélait metteur en scène en présentant La Sonate des spectres de Strindberg. Puis il présentait plusieurs […] Lire la suite

CHÉREAU PATRICE (1944-2013)

  • Écrit par 
  • Anne Françoise BENHAMOU
  •  • 2 969 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La découverte de Bernard-Marie Koltès »  : […] C'est celui qu'il va réaliser au théâtre des Amandiers de Nanterre, dont il prend la direction après avoir réalisé un film très personnel : L'Homme blessé (1982), dont Hervé Guibert cosigne le scénario, et où il raconte encore une fois, mais à travers une passion homosexuelle, la tragédie du désir et de l'aliénation amoureuse. De Nanterre-Amandiers, Chéreau fait un outil théâtral à sa mesure, qu' […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 535 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes historiques »  : […] Les avant-gardes dominent les années 1920 dans tous les domaines de la pensée : rien de plus normal, au sortir d’une guerre atroce, que de vouloir changer l’ancien monde et ses valeurs culturelles. Pour y voir plus clair, les historiens, et en particulier Georges Sadoul, ont subdivisé l’avant-garde cinématographique en trois périodes qui se chevauchent plus ou moins : l’« impressionnisme » françai […] Lire la suite

COSTUME DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 865 mots

Moyen de métamorphose, le costume est un des signes visibles du théâtre. Il est à la fois réel et irréel : réel par ses liens avec le vêtement d'une époque, irréel parce qu'il est chargé d'une signification plus forte, celle d'un véritable code vestimentaire. Longtemps, le costume n'a représenté que le goût d'un acteur ou sa richesse. Les classiques français étaient représentés en habit de cour. A […] Lire la suite

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deuxième paradoxe : le personnage divisé »  : […] Des pièces de Pirandello, ce sont plutôt les personnages que l'auteur qui font figure de rénovateurs – évidemment « improvisés » – du théâtre de l'entre-deux-guerres. Dans Ce soir on improvise aussi bien que dans Six Personnages en quête d'auteur , on a l'impression que Pirandello est complètement solidaire du « chef de troupe » – ou du « directeur » – et des acteurs pour préserver, contre vents […] Lire la suite

GARCÍA VICTOR (1934-1982)

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 799 mots

Victor García était argentin, mais contrairement à ses compatriotes du groupe TSE et à Jorge Lavelli, il n'était pas un enfant des villes. Né à Tucumán, il est élevé dans une ferme isolée, à deux mille kilomètres de Buenos Aires. Sa vie et son œuvre sont marquées par une sorte de sauvagerie masochiste due au refus viscéral des masques sociaux, par un paganisme diffus et sacrilège. Il fait ses étud […] Lire la suite

Pour citer l’article

René de CECCATTY, « GENET JEAN - (1910-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-genet/