GENET JEAN (1910-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un théâtre de la transgression

En avril 1947, Genet devient un auteur de théâtre. Les Bonnes, inspirées du crime des sœurs Papin, sont créées à l'Athénée dans une mise en scène de Louis Jouvet. La romancière Violette Leduc, révélée simultanément par les mêmes protecteurs – Sartre, Beauvoir, Cocteau, Jouhandeau –, bâtarde elle aussi et si profondément admirée par Genet qu'il lui dédie sa pièce, réagit très violemment à ce qui lui apparaît comme une récupération bourgeoise de la poésie de son ami : « Couturiers et parfumeurs banalisaient deux tigresses de province. L'écriture solennelle de Genet, ses périodes embellissaient les couvertures de fourrure blanche [...]. Est-ce qu'on demande à Racine d'écrire les poèmes de Rimbaud ? Est-ce qu'on demande à Rimbaud d'écrire les pièces de Racine ? »

La scène va pourtant devenir le moyen d'expression privilégié de Genet. Dès l'année suivante, il conçoit un ballet, 'Adame Miroir, qui réunit les artistes alors les plus en vue : chorégraphie de Roland Petit, musique de Darius Milhaud, costumes de Leonor Fini, décors de Paul Delvaux... Il écrit Splendid's, qui ne sera publié et joué qu'après sa mort, puis Haute Surveillance (1949), acclamé par une autorité jusqu'ici silencieuse et qui achève la reconnaissance officielle de l'écrivain : François Mauriac. La prison, les passions entre hommes, la transfiguration de la sexualité, la grandeur du crime entraient en littérature sans être marginalisées. Certes, il y avait des précédents, mais tout convergeait pour épargner à Genet le statut mineur d'écrivain pittoresque ou de cas littéraire.

1949 marque aussi la parution de Journal du voleur chez Gallimard, qui deux ans plus tard entame la publication d'œuvres complètes – toutefois expurgées –, entreprise unique du vivant d'un écrivain aussi peu connu du grand public. C'est dire le poids que pouvait avoir alors Jean-Paul Sartre dont l'essai, Saint Genet, comédien et martyr, sort l'année suivante, en 1952.

Le cinéma et le théâtre prennent la première place dans les préoccupations de l'écrivain qui, d'abord sans se l'avouer, puis de façon de plus en plus consciente, est paralysé par l'interprétation que Sartre a proposée et imposée de son œuvre et de sa vie. Comme en témoigne Le Balcon (1956, seconde version en 1962), son théâtre, hanté par une réflexion constante sur la représentation, les rôles, les masques, le vide, le spectre, le faux, la parade, le jeu, le rêve, l'imposture, le simulacre, le mensonge, se substitue à ses romans, satisfaisant plus immédiatement le besoin d'éclat, de panache et de formules poétiques, déjà présent dans l'œuvre narrative.

Mais surtout se dessine une profonde méditation politique, à mi-chemin entre le ton pamphlétaire agressif et la rêverie poétique : Les Nègres, rédigés en 1956 et créés trois ans plus tard, puis Les Paravents, publiés en 1961 (c'est le dernier livre édité de son vivant) et créés en 1966 par Roger Blin avec Madeleine Renaud et Maria Casarès au théâtre de l'Odéon, où ils provoquent un tollé, étant donné le sujet encore brûlant de la guerre d'Algérie. Ces pièces annoncent « le dernier Genet », l'homme engagé aux côtés des Black Panthers et des Palestiniens. Procès du monde des dominateurs « blancs », elles manifestent surtout un phénomène nouveau chez Genet. L'homme que sa sexualité et sa jeunesse « délinquante » avaient isolé dans une sorte de misanthropie anarchiste se reconnaît désormais dans un combat collectif qui va progressivement envahir son existence.

L'événement prépondérant de sa vie personnelle est la rencontre, en 1955, d'un acrobate de dix-neuf ans, Abdallah, auquel il dédie en 1957 son poème Le Funambule. Ils restent liés pendant neuf ans, jusqu'au suicide du jeune homme, drame qui détourne Genet de la littérature – du moins le pense-t-il.

Cependant, le théâtre accueille de plus en plus volontiers l'écrivain dans d'innombrables et retentissantes mises en scène. Outre Roger Blin, qui est son porte-parole officiel, Patrice Chéreau montera Les Paravents en 1983 et Georges Lavaudant introduira en 1985 Genet à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GENET JEAN (1910-1986)  » est également traité dans :

LES BONNES, Jean Genet - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

L'argument des Bonnes (1947, nouvelle version en 1958), fut fourni à Jean Genet (1910-1986) par un fait divers survenu en 1933 : le crime des sœurs Papin, au Mans. De l'événement originel, la pièce a conservé une trame policière indécise, occupant l'arrière-plan du drame. On se gardera d'autre part, indique l'auteur dans un texte datant de 1963, « Comment jouer Les Bonnes  », d'y voir l'illustrat […] Lire la suite

LE DERNIER GENET. HISTOIRE DES HOMMES INFÂMES (H. Laroche)

  • Écrit par 
  • Philippe DI MEO
  •  • 1 365 mots

Dans le Dernier Genet. Histoire des hommes infâmes (Seuil, Paris, 1997), Hadrien Laroche se penche sur une période peu fréquentée de l'œuvre de Jean Genet, et souvent incomprise : celle qui fut marquée par des interventions dans le débat politique, par le biais d'articles, de préfaces et d'entretie […] Lire la suite

BARBEY BRUNO (1941-2020)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 792 mots

Bruno Barbey est un photographe français, né le 13 février 1941 à Rabat. Troisième des cinq enfants d'un contrôleur civil du protectorat français au Maroc, il passe sa jeunesse entre les villes de Rabat, Salé, Marrakech et Tanger. Ses lectures de Saint-Exupéry l'incitent à se présenter au brevet de pilote d'avion à l'âge de seize ans avant d'achever à Paris ses études secondaires. En compagnie d […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

BLIN ROGER (1907-1984)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 466 mots

Metteur en scène exemplaire d'un théâtre difficile, dont le nom est attaché à la réalisation des grandes œuvres de Genet et de Beckett. Élève de Dullin, lié à Artaud, proche de Prévert et du groupe Octobre, Blin se fait connaître comme acteur avant la Seconde Guerre mondiale. En 1949, il se révélait metteur en scène en présentant La Sonate des spectres de Strindberg. Puis il présentait plusieurs […] Lire la suite

CHÉREAU PATRICE (1944-2013)

  • Écrit par 
  • Anne Françoise BENHAMOU
  •  • 2 969 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La découverte de Bernard-Marie Koltès »  : […] C'est celui qu'il va réaliser au théâtre des Amandiers de Nanterre, dont il prend la direction après avoir réalisé un film très personnel : L'Homme blessé (1982), dont Hervé Guibert cosigne le scénario, et où il raconte encore une fois, mais à travers une passion homosexuelle, la tragédie du désir et de l'aliénation amoureuse. De Nanterre-Amandiers, Chéreau fait un outil théâtral à sa mesure, qu' […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 535 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes historiques »  : […] Les avant-gardes dominent les années 1920 dans tous les domaines de la pensée : rien de plus normal, au sortir d’une guerre atroce, que de vouloir changer l’ancien monde et ses valeurs culturelles. Pour y voir plus clair, les historiens, et en particulier Georges Sadoul, ont subdivisé l’avant-garde cinématographique en trois périodes qui se chevauchent plus ou moins : l’« impressionnisme » françai […] Lire la suite

COSTUME DE THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 865 mots

Moyen de métamorphose, le costume est un des signes visibles du théâtre. Il est à la fois réel et irréel : réel par ses liens avec le vêtement d'une époque, irréel parce qu'il est chargé d'une signification plus forte, celle d'un véritable code vestimentaire. Longtemps, le costume n'a représenté que le goût d'un acteur ou sa richesse. Les classiques français étaient représentés en habit de cour. A […] Lire la suite

DRAME - Drame moderne

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Deuxième paradoxe : le personnage divisé »  : […] Des pièces de Pirandello, ce sont plutôt les personnages que l'auteur qui font figure de rénovateurs – évidemment « improvisés » – du théâtre de l'entre-deux-guerres. Dans Ce soir on improvise aussi bien que dans Six Personnages en quête d'auteur , on a l'impression que Pirandello est complètement solidaire du « chef de troupe » – ou du « directeur » – et des acteurs pour préserver, contre vents […] Lire la suite

GARCÍA VICTOR (1934-1982)

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 799 mots

Victor García était argentin, mais contrairement à ses compatriotes du groupe TSE et à Jorge Lavelli, il n'était pas un enfant des villes. Né à Tucumán, il est élevé dans une ferme isolée, à deux mille kilomètres de Buenos Aires. Sa vie et son œuvre sont marquées par une sorte de sauvagerie masochiste due au refus viscéral des masques sociaux, par un paganisme diffus et sacrilège. Il fait ses étud […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René de CECCATTY, « GENET JEAN - (1910-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-genet/