GAYON JEAN (1949-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l’intersection de la philosophie, l’histoire et la biologie

Tout d’abord, dans ses travaux, Gayon ne le cède en rien face à la technicité de certains savoirs biologiques. Cette volonté d’affronter la science dans ses dimensions les plus abstraites doit être mise en relation avec son parcours personnel. Après des études de philosophie à la Sorbonne, sanctionnées par l’obtention de l’agrégation en 1972, il s’engagea pendant près d’une décennie dans un cursus complet de biologie, tout en enseignant la philosophie en lycée. Il se forgea alors un sens aigu des questions biologiques dont il sut tirer profit tout au long de sa carrière.

Une autre particularité de son œuvre philosophique tient à l’attention toujours soutenue qu’il porte à l’histoire des sciences. Celle-ci n’est pas mobilisée simplement dans une perspective pédagogique, parce qu’elle faciliterait l’accès à une question philosophique. Gayon lui confère surtout la tâche d’être l’outil de révélation de la rationalité d’un champ du savoir. En cela, son orientation méthodologique tranche avec la philosophie de la biologie telle que cette discipline s’est internationalement constituée depuis le début des années 1980. En effet, la philosophie de la biologie, au travers par exemple de son principal journal, Biology and Philosophy, revendique l’indépendance vis-à-vis de l’histoire de la clarification conceptuelle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en épistémologie et histoire des sciences, chargé de recherche au CNRS, professeur agrégé de sciences de la vie et de la Terre

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent LOISON, « GAYON JEAN - (1949-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gayon/