EUSTACHE JEAN (1938-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un cinéma-vérité très autobiographique

Au cours de l'hiver de 1963, Eustache réalise Du côté de Robinson avec un budget très modeste. Il s'agit d'un moyen-métrage en 16 mm, sans son synchrone, tourné en noir et blanc dans les environs de Pigalle. Deux ans plus tard, également en plein hiver, il réalise à Narbonne Le Père Noël a les yeux bleus, dont il confie le rôle principal à Jean-Pierre Léaud. Entre-temps, il a été le monteur pour Jacques Rivette, de trois émissions télévisées de 52 minutes destinées à la série Cinéastes de notre temps, sous le titre Jean Renoir le patron.

Ses deux premiers films, réunis sous le titre commun Les Mauvaises Fréquentations lors de leur distribution en 1967, appartiennent au mouvement du « cinéma-vérité », ou « cinéma direct », même s'ils sont rigoureusement écrits et interprétés par des acteurs. Dans le premier, Eustache montre deux compères qui vivent de petits boulots et cherchent à « emballer » une fille. Ils accostent une jeune femme qui attend une amie, et l'accompagnent dans un dancing populaire. Pendant qu'elle danse avec un client, ils lui volent son sac mais, pris de remords, lui renvoient le lendemain ses papiers. Dans Le Père Noël a les yeux bleus, un jeune garçon pauvre rêve de s'offrir un duffle coat. Il accepte, pour gagner la somme nécessaire, le rôle de père Noël que lui propose un photographe. Lors des prises de photos, le jeune homme en profite pour caresser maladroitement quelques jeunes femmes. Le film est commenté en voix off par le narrateur qui se souvient de son adolescence.

Eustache approfondit et radicalise sa démarche documentaire avec La Rosière de Pessac. Il filme avec la plus grande neutralité possible une fête locale assez désuète, la sélection de la jeune fille la plus vertueuse de la communauté. Onze ans plus tard, il filme une seconde fois cette fête en s'efforçant de conserver les mêmes cadrages et le même dispositif. Il entend s'inscrire dans l'héritage du «  [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  EUSTACHE JEAN (1938-1981)  » est également traité dans :

LA MAMAN ET LA PUTAIN, film de Jean Eustache

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 042 mots

La Maman et la Putain obtint en 1973 le prix spécial du jury au festival de Cannes. Il fut copieusement sifflé par le grand public. C'est évidemment un film qui n'est pas consensuel. Le suicide de son auteur à quarante-trois ans en novembre 1981 a accentué le statut testamentaire de ce film exceptionnel. C'est le seul très long métrage de […] Lire la suite

LÉAUD JEAN-PIERRE (1944- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 670 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d’Antoine Doinel »  : […] C’est à la suite d’une annonce publiée dans France-Soir que François Truffaut choisit Jean-Pierre Léaud parmi près de quatre cents candidats. Ses quelques minutes de bout d’essai, où il fait montre de la « gouaille » demandée par le réalisateur comme d’une touchante timidité, appartiennent désormais à sa filmographie, au même titre que les quelque soixante-dix films qui suivront Les   Quatre Cent […] Lire la suite

UN TROU DANS LA VIE : ESSAIS SUR L'ART DEPUIS 1960 (J.-P. Criqui) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 850 mots

Un trou dans la vie. Essais sur l'art depuis 1960 (Desclée de Brouwer, 2002) réunit neuf textes, consacrés à huit artistes, composés par Jean-Pierre Criqui de 1987 à 1997 et, à une exception près (celui sur Jean Eustache), précédemment publiés dans divers catalogues monographiques ou revues d'art. L'auteur se définit en préambule comme un critique, c'est-à-dire « quelqu'un qui s'éduque lui-même e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MARIE, « EUSTACHE JEAN - (1938-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-eustache/