PORTALIS JEAN ÉTIENNE MARIE (1746-1807)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réforme du droit

Portalis, né au Beausset, en Provence, et mort à Paris, s'inspire de l'exemple de d'Aguesseau pour rénover la science du droit. Il s'efforce, en effet, d'appliquer les grands principes de droit public dans les contestations particulières et de rompre ainsi l'isolement du droit privé. Il acquiert une notoriété nationale, surtout grâce à son rôle dans l'administration provençale. Nommé en 1778 assesseur d'Aix, il sera à ce titre en rapport avec Choiseul et Necker.

Outre deux essais de jeunesse sur l'éducation (les Observations sur un ouvrage intitulé l'Émile ou De l'éducation et Des préjugés), Portalis publie à vingt-quatre ans une Consultation sur la validité du mariage des protestants en France qui connaîtra plusieurs éditions à Paris, La Haye et Genève. Deux opuscules sur les édits de 1788 (Lettre des avocats du parlement de Provence à Mgr le garde des sceaux) et sur les états de Provence (Mémoire sur le projet de rétablir les anciens états de Provence) précèdent son « émigration » à Lyon qui lui permet d'échapper, d'extrême justesse, à la tourmente révolutionnaire.

En janvier 1794, il est un des premiers à réagir contre les excès de la Convention. Chef du Parti constitutionnel sous le Directoire, président du Conseil des Anciens (tandis que son beau-frère Siméon présidait celui des Cinq-Cents), Portalis a laissé un nombre important de discours et de rapports publiés au Moniteur (l'ancêtre du Journal officiel).

Obligé d'émigrer à la suite des proscriptions du 18 fructidor an V (1797), il rédige un Essai sur l'origine, l'histoire et les progrès de la littérature française et de la philosophie (publié par son fils en 1820). Rappelé en France par le Premier consul, il est nommé, le 12 août 1800, membre de la Commission de rédaction du Code civil avec F. Bigot de Préameneu et J. de Maleville sous la présidence de F. Tronchet. Un projet, rédigé en quatre mois, ne deviendra définitif qu'après de nombreuses discussions à la section de législation du Conseil d'État. Portalis, qui domine la commission comme le Consei [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PORTALIS JEAN ÉTIENNE MARIE (1746-1807)  » est également traité dans :

CIVIL DROIT

  • Écrit par 
  • Muriel FABRE-MAGNAN
  •  • 9 088 mots

Dans le chapitre « Le droit romain »  : […] Le droit civil trouve son origine dans les constructions juridiques de la Rome antique, dont les principales dispositions ont été rassemblées et refondues sous l'autorité de l'empereur Justinien, pendant son règne à Byzance (527-565). Ce corpus comprend quatre recueils : le Codex , recueil des constitutions impériales, c'est-à-dire des réponses aux questions posées à l'empereur ; le Digeste (enc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-civil/#i_16448

CODE NAPOLÉON

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 668 mots

Dans le chapitre « Idées directrices »  : […] Un des rédacteurs du Code, Portalis (1746-1807), a exprimé les conceptions qui ont présidé au travail de la Commission dans un document remarquable, le fameux Discours préliminaire. Ces conceptions touchent à la fois au fond et à la forme du Code. Quant au fond, le Code s'appuie sur quatre idées essentielles, qui peuvent aujourd'hui paraître banales à des Français, mais qui étaient largement nouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/code-napoleon/#i_16448

CODIFICATION

  • Écrit par 
  • Guy BRAIBANT
  •  • 6 892 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grande œuvre codificatrice de la Révolution et de l'Empire »  : […] Le mérite des grands codes français du début du xix e siècle est communément attribué au régime impérial et à Napoléon lui-même ; mais ces codes sont aussi, dans une large mesure, le résultat de travaux entamés dès le début de la Révolution. La loi du 16 août 1790 sur l'organisation judiciaire dispose que « les lois civiles seront revues et réformées par les législateurs et [qu'] il sera fait un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/codification/#i_16448

JURISPRUDENCE

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 695 mots

Dans le chapitre « Fonctions de la jurisprudence »  : […] Il semble que, dégagés des idées excessives de la période révolutionnaire, les rédacteurs du code Napoléon, et en particulier J. M. Portalis, aient été les premiers à voir quelles fonctions aurait la jurisprudence des tribunaux dans le cadre d'un droit codifié. « On ne peut pas plus se passer de la jurisprudence que de lois, écrit Portalis. L'office de la loi est de fixer par de grandes vues les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurisprudence/#i_16448

LOI

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Universalis
  •  • 12 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sacralisation de la loi »  : […] On conçoit aisément l'étendue du prestige qu'assurait ainsi à la loi la conjonction de son origine dans la volonté du peuple et de son contenu dans les impératifs de la raison. Que pareille construction ne soit pas dépourvue d'équivoque, cela n'est que trop évident. Mais c'est précisément à l'ambiguïté dont elle l'affecte que la notion de loi a dû sa sacralisation. La loi ne met pas seulement un t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi/#i_16448

Pour citer l’article

Jehan de MALAFOSSE, « PORTALIS JEAN ÉTIENNE MARIE - (1746-1807) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-etienne-marie-portalis/