SAY JEAN-BAPTISTE (1767-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Libéral et révolutionnaire

Jean-Baptiste Say naquit à Lyon ; il commença sa carrière comme commis de banque, et alla dès l'âge de dix-neuf ans en Angleterre, où il assista avec enthousiasme à la « révolution industrielle ». Il admire vivement l'ouvrage d'Adam Smith, La Nature et les causes de la richesse des nations ; aussi, dans son Traité d'économie politique... (1803), Say opère-t-il une synthèse entre le libéralisme économique de Smith et les idées politiques et philosophiques de la Révolution française, qu'il avait louées dans une revue, La Décade. Pendant l'Empire, qu'il refuse de soutenir, il devient filateur de coton, et son entreprise prospère, mais ce n'est qu'à la Restauration qu'il peut à nouveau publier ; son Traité connaît alors de multiples éditions. Nommé en 1819 professeur au Conservatoire des arts et métiers, il édite en 1828 et 1829 les leçons qu'il y a données sous le titre : Cours complet d'économie politique pratique. En 1830, il est nommé professeur d'économie politique au Collège de France, chaire créée pour lui. À sa mort, survenue à Paris, il est l'économiste français le plus célèbre du temps.

La carrière de Say explique les deux faces de son œuvre philosophique et théorique d'une part, pratique d'autre part. L'intransigeance de son scientisme libéral se rencontre, par exemple, dans son Catéchisme d'économie politique (1815) ; ses prises de position, très vigoureuses et brillantes, ont beaucoup contribué à la faire connaître. Praticien très avisé, il met l'accent, dans ses écrits, sur les réalisations concrètes.

La loi des débouchés, surtout, caractérise l'aspect idéologique de la pensée de Say. On l'a résumée dans la formule : « Les produits s'échangent contre les produits. » Comme l'écrit Say : « Dans tout État, plus les producteurs sont nombreux et les productions multipliées, et plus les débouchés sont faciles, variés et vastes. » Le pouvo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAY JEAN-BAPTISTE (1767-1832)  » est également traité dans :

TRAITÉ D'ÉCONOMIE POLITIQUE, Jean-Baptiste Say - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 1 408 mots

La première édition du Traité d'économie politique, ou Simple Exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses de Jean-Baptiste Say (1767-1832) date de 1803. Say n'a alors que trente-six ans. La rédaction de l'ouvrage se situe à un tournant de son itinéraire. En 1799, Say quitte la revue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-d-economie-politique/#i_17251

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'anticolonialisme des libéraux »  : […] Le colonialisme mercantiliste connaît des difficultés économiques, car si les colonies de plantations peuvent s'adapter au système, il n'en est pas de même des colonies de peuplement où les difficultés politiques sont insurmontables : la révolte des Américains en est la manifestation extrême (les Américains du Nord à la fin du xviii e  siècle et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_17251

DÉBOUCHÉS, économie

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 306 mots

L'économiste français Jean-Baptiste Say (1767-1832) a élaboré une théorie dont la pièce centrale est constituée par la fameuse loi des débouchés. Le principe de cette loi peut être ainsi résumé : c'est le producteur qui crée une demande par ses produits. Un produit créé offre dès cet instant un débouché à d'autres biens pour tout le montant de sa valeur. Say a tenté de démontrer qu'en vertu de cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debouches-economie/#i_17251

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  Les réticences historiques de la France face à l'économie politique »  : […] L'économie n'a jamais vraiment connu en France le statut qu'elle a acquis dans le monde anglo-saxon, même si l'expression « économie politique » a reçu son sens moderne d'un Français, Antoine de Montchrestien. C'est, en effet, en intitulant en 1615 un texte adressé au roi Louis XIII « Traité d'économie politique » que ce gentilhomme normand à la vie tumultueuse a fait entrer l'expression dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_17251

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La question des crises économiques »  : […] La piste esquissée par Marx et précisée par Sraffa, conduit à mettre l'accent sur la théorie ricardienne, Adam Smith apparaissant comme un précurseur moins profond de Ricardo. Entre les analyses de Smith et celles de Ricardo apparaissent néanmoins de sérieuses divergences, que l'approche keynésienne aura permis de préciser, concernant les crises économiques et le rôle de la loi de Say. Le point de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_17251

EMMANUEL ARGHIRI (1911-2001)

  • Écrit par 
  • Claudio JEDLICKI
  •  • 1 124 mots

L'économiste marxiste non conformiste Arghiri Emmanuel est né à Patras, en Grèce, le 22 juin 1911. Après avoir fait des études économiques et commerciales dans son pays natal, il part pour l'Afrique en 1937 et travaille, dans le secteur privé, au Congo belge. En 1942, il rejoint les Forces grecques libres du Moyen-Orient, en tant que volontaire de guerre. Il participe, en avril 1944, au soulèvemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arghiri-emmanuel/#i_17251

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 602 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie quantitative de la monnaie et de l'inflation »  : […] À la suite de Jean Bodin, la très grande majorité des économistes acquiert ainsi, aux xviii e et xix e  siècles, la conviction qu'il existe une relation causale entre la quantité de monnaie en circulation et la hausse du niveau général des prix. La première formulation de ce que l'on appellera p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflation/#i_17251

Pour citer l’article

Pierre-Louis REYNAUD, « SAY JEAN-BAPTISTE - (1767-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-say/