ANOUILH JEAN (1910-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une vie toute de théâtre

Jean Anouilh est né à Bordeaux en 1910, d'un père tailleur et d'une mère violoniste. Tout en poursuivant ses études, il se passionne pour le théâtre. Adolescent, il écrit ses premières pièces sous l'influence d'Henri Bataille, auteur alors à la mode. Mais c'est à dix-huit ans qu'il reçoit le choc théâtral qui déterminera toute sa création. Il assiste, à la Comédie des Champs-Élysées, à une représentation du Siegfried de Jean Giraudoux et découvre, lui qui a, selon ses propres mots, « mille fois relu » Marivaux et Musset, qu'on peut écrire au théâtre « une langue poétique et artificielle qui demeure plus vraie que la conversation sténographiée ».

« Ce fut ma révélation », ajoute-t-il. Si bien qu'après avoir poursuivi des études de droit et travaillé dans une maison de publicité, il décide de se consacrer au théâtre. Il devient même, durant très peu de temps, secrétaire de l'acteur Louis Jouvet, avec lequel il ne s'entendra pas.

En 1932, L'Hermine, sa première pièce, est créée à Paris et remporte un certain succès. Anouilh épouse une actrice, Monelle Valentin, qui incarnera bon nombre de ses futures héroïnes, et renonce à toute autre activité hors du théâtre. Après deux échecs, Mandarine (1933) et Y avait un prisonnier (1935), il parvient au succès dès 1937 avec Le Voyageur sans bagage, monté par Georges Pitoëff au théâtre des Mathurins. La pièce remporte un véritable triomphe. L'année suivante, Anouilh établit définitivement sa réputation avec Le Bal des voleurs, créé par André Barsacq, et La Sauvage, dans une mise en scène de Georges Pitoëff, avec Ludmilla dans le rôle de Thérèse, la jeune fille « pauvre comme un petit rat » qui refuse par pureté l'amour d'un riche compositeur. Le public est bouleversé et, à la fin du deuxième acte, celui où Thérèse atteint le fond de sa révolte, le régisseur de la troupe note chaque soir quelque [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANOUILH JEAN (1910-1987)  » est également traité dans :

ANTIGONE, Jean Anouilh - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 533 mots

Antigone est une pièce en un acte de Jean Anouilh (1910-1987), directement inspirée des deux tragédies deSophocle consacrées à la fille d'Œdipe :  Œdipe à Colone (402-401 av. J.-C.) et surtout Antigone (442 av. J.-C.). À sa création, le 4 février 1944 au théâtre de l'Atelier à Paris, dans une mise en scène, un décor et des costumes d’Andr […] Lire la suite

LES ANTIGONES (TG STAN)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 971 mots

Le nom de TG STAN a valeur de manifeste. Les initiales TG renvoient en flamand à Toneelspelersgezelshap (Compagnie d'acteurs) ; quant au sigle STAN, il signifie Stop Thinking about Names (« Cessez de penser aux noms »). Voilà qui définit le programme de ce collectif théâtral né il y a une douzaine d'années et regroupant des comédiens formés au Conservatoire d'Anvers. C'est ainsi que TG STAN a ex […] Lire la suite

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Anouilh »  : […] D'autres prolongements sont discernables dans le théâtre du xx e  siècle. Jean Anouilh fait défiler de grotesques figures dans la tradition du drame antibourgeois. Selon l'esprit du genre, la caricature fréquemment suggère ou dégage des idées. Le Voyageur sans bagages (1936) traite à ce niveau un sujet abordé sur un autre ton par Giraudoux ( Siegfried , 1928) : l'amnésique de guerre à la recherche […] Lire la suite

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 383 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La nostalgie tragique »  : […] Dès la fin du xix e siècle, la tragédie grecque sort des livres et des universités ; elle occupe de nouveau non seulement les scènes mais encore des arènes ou des théâtres antiques. À la Comédie-Française, Mounet-Sully fait un Œdipe tonitruant et superbe, tandis que De Max s'exhibe non sans complaisance sur le rocher de Prométhée. Et chaque année, après 1903, la Maison de Molière s'essaye aux tr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre ÉNARD, « ANOUILH JEAN - (1910-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-anouilh/