JARDINSLes Français et leurs jardins

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jardin pavillonnaire

Soixante pour-cent des Français disposent d'un jardin. C'est l'effet du développement massif de la maison individuelle dans les communes périurbaines comme dans les communes rurales pendant ces dernières décennies. Qu'il s'agisse de maisons anciennes ou de constructions neuves, de ville ou de village, le jardin s'est mis à l'unisson : le style pavillonnaire est devenu la norme. Y compris chez les agriculteurs qui ont été parmi les premiers à construire, ou se sont appliqués, s'ils conservaient la ferme de leurs parents, à distinguer l'habitation des bâtiments d'exploitation en ornant ses abords. L'espace décoratif à l'entrée de la maison était autrefois le signe d'un statut social privilégié, il est devenu règle commune, indispensable à la présentation de soi. Cet « espace de devant » suppose le retrait des façades par rapport à la rue. Il apparaît pour la première fois en France dans les cités-jardins de l'entre-deux-guerres, en rupture avec le type traditionnel des maisons ouvrières, celui des corons du Nord par exemple, où l'accès au logement se fait directement depuis la rue. La partition entre jardin de devant et jardin de derrière s'est imposée durablement après la guerre – une étude pionnière sur l'habitat pavillonnaire dans la région parisienne en établissait le constat à la fin des années 1960. Devant, l'espace exposé à la vue, avec sa pelouse, ses arbustes d'ornement, ses potées fleuries, ses objets décoratifs. Derrière, l'espace utile, où l'on cultive les légumes, où l'on mange en plein air, où l'on étend le linge, où l'on répare le vélo, bref le lieu qui abrite l'intimité de la vie familiale. Depuis les banlieues urbaines, le dispositif s'est diffusé dans les campagnes, où il a accompagné le développement de la construction pavillonnaire à partir des années 1970.

La politique menée par les pouvoirs publics en matière de fleurissement a joué un rôle important dans l'élaboration d'une norme commune. Les premiers concours du « village coquet » organisés par le Touring Club dans les années 1920, puis à partir de 1959, institutionnalisation de différents types de concours sous l'égide du secrétariat au Tourisme, ont progressivement contribué à forger un code de bonne présentation. En 1972, un Comité national du fleurissement de la France (C.N.F.F.), association de 1901, prend le relais des ministères « pour entreprendre et susciter toutes actions tendant à assurer et à promouvoir l'accueil, le fleurissement, la propreté des villes et des villages », tandis que le terme « fleurissement » fait son entrée dans le dictionnaire Larousse. En même temps, la sélection horticole s'intensifie. Elle s'accélère encore avec la spécialisation des grandes entreprises et le marché de la grande distribution : un nombre limité de plantes (ageratum, bégonia, cyclamen, impatience, muflier, œillet d'Inde, sauge, géranium, pétunia...) représente l'essentiel des ventes. Car de plus en plus souvent ces fleurs s'achètent, y compris dans les milieux populaires où ce n'était guère l'usage dans un passé encore récent. Plantes « de fond » comme disent les horticulteurs, elles sont aussi de culture facile et leur floraison dure longtemps. Leurs couleurs éclatantes et leur profusion ont fait le succès du « modèle fleuri » dans le jardin privé comme dans l'espace public. On le trouve sur le devant des maisons, dans les rues, les places et les ronds-points des villes et des villages, il règne dans la société tout entière. On l'accuse volontiers d'avoir banalisé le paysage. Mais il fait désormais partie de la culture populaire, et c'est en partie pour cette raison qu'il est si souvent décrié. À les observer de près, d'ailleurs, on s'aperçoit qu'aucun jardin n'est vraiment semblable à l'autre. Les multiples réinterprétations de détail, les menus écarts ou distorsions par rapport au code montrent qu'il y a plus d'invention chez les pavillonnaires qu'on ne le dit généralement.

Les plantes ne sont qu'un élément du décor du jardin, ce décor qui fait les beaux jours du marché des produits de jardin. C'est un marché florissant. Promojardin (association qui réunit fabricants, producteurs et distributeurs) vante un chiffre d'affaires supérieur à celui de la micro-informatique, à peine inférieur à celui de la télévision et de la haute-fidélité. Les grandes surfaces et les jardineries, apparues dans les années 1970, ont rapidement supplanté le secteur trad [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Jardins familliaux

Jardins familliaux
Crédits : D. Greco

photographie

Jardinage

Jardinage
Crédits : Ljubaphoto/ E+/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  JARDINS  » est également traité dans :

JARDINS - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON
  •  • 729 mots

« Le jardin est l'une de ces formes qui transitent à travers l'histoire car il est, littéralement, une inscription, aussi précise qu'un dessin magique, que trace le travail du sol à la surface du globe terrestre, héritant de toute la tradition des corps à corps avec la terre rebelle pour l'amadouer, la féconder, l'asservir peut-être. Chaque jardin implanté et cultivé décrit les limites d'un territ […] Lire la suite

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 140 mots
  •  • 12 médias

Étymologiquement, un jardin est un enclos, un endroit réservé par l'homme, où la nature (les plantes, les eaux, les animaux) est disposée de façon à servir au plaisir de l'homme. La nature dans sa totalité, et non, au moins en droit, une partie d'elle-même : le jardin a l'ambition d'être une image du monde ; il fait servir à ses fins la lumière du ciel, la f […] Lire la suite

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 662 mots
  •  • 3 médias

Caractériser l'histoire des jardins par une succession de phases stylistiques rattachées à des écoles nationales, comme le voulait l'historiographie fondée au xixe siècle, n'a guère de pertinence pour les époques postérieures à 1800 : la période contemporaine réclame d'autres grilles d'analyse.Depuis la […] Lire la suite

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Comme le rappelle Pierre Grimal, l'apparition des jardins suppose une agriculture qui, maîtresse de ses techniques, ne produit pas seulement des plantes vivrières : « ces cultures s'adressent moins aux humains qu'aux divinités », car, « en ses origines », le jardin est inséparable du sacré. Les jardins de Babylone déd […] Lire la suite

JARDINS - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 2 899 mots

Par essence, le jardin tient à la fois de la nature et de l'artifice. Dualité fondamentale qui implique, entre autres, que cette forme très spécifique de création mobilise aussi bien un ensemble de connaissances spéculatives sur l'environnement et le vivant qu'une série d'opérations concrètes. L'art des jardins applique et, dans de nombreux cas, contribue à élaborer une panoplie de savoirs et de s […] Lire la suite

ALPHAND ADOLPHE (1817-1891)

  • Écrit par 
  • Michel VERNÈS
  • , Universalis
  •  • 1 667 mots

Dans le chapitre « Un ingénieur à la tête des « Promenades de Paris » »  : […] Né en 1817 à Grenoble, d'un père colonel d'artillerie, Adolphe Alphand entre à l'École polytechnique en 1835, puis à l'École des ponts et chaussées en 1837. Après s'être vu confier des missions dans l'Isère et la Charente-Inférieure, il est envoyé en 1839 à Bordeaux comme ingénieur ordinaire du corps des Ponts et Chaussées. Il y réalise des travaux portuaires et ferroviaires, se familiarise avec […] Lire la suite

BARRAGÁN LUIS (1902-1988)

  • Écrit par 
  • Marc VAYE
  •  • 966 mots

L'architecte mexicain Luis Barragán Morfin est né à Guadalajara le 9 mars 1902, il meurt à Mexico-City le 22 novembre 1988. Sa vie traverse le siècle sans l'épouser. Fils de propriétaire terrien, il passe de longues périodes de son enfance dans un ranch de la région montagneuse de Mazamitla dans l'État de Jalisco ; austérité des paysages, grands espaces, forte lumière, omniprésence de l'eau et nai […] Lire la suite

BÉLANGER FRANÇOIS JOSEPH (1744-1818)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 672 mots

Protégé du comte de Caylus, disciple de David-Leroy et de Contant d'Ivry, Bélanger échoue au concours de l'Académie d'architecture (1765). Renonçant définitivement à cette distinction, il gagne l'Angleterre où il fait la connaissance de lord Shelburne pour qui il exécutera des projets (galerie de son hôtel à Berkeley Square, 1779) ; ce séjour sera pour lui l'occasion de se familiariser avec le néo […] Lire la suite

BERTHAULT LOUIS-MARTIN (1770-1823)

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 1 246 mots

Jardinier-paysagiste, architecte et décorateur français. Issu d'une lignée de maîtres-maçons et de jardiniers, Berthault semble s'être formé dans le milieu familial, principalement auprès de ses oncles : Jacques-Antoine Berthault, important entrepreneur parisien, et surtout Pierre-Gabriel Berthault, graveur renommé qui collabora avec Ledoux. C'est à P.-G. Berthault que l'on doit le seul ouvrage co […] Lire la suite

BLAZY MICHEL (1966- )

  • Écrit par 
  • Valérie DA COSTA
  •  • 981 mots

Dans le chapitre « Le cycle de la vie »  : […] L’artiste revisite cet art du jardin en en proposant plus une image qu’une véritable réalisation. Ce qui l’intéresse, c’est le rapport que le jardin tisse avec l’observation, la domestication et la temporalité. Pour lui, le jardin, l’atelier et la cuisine forment un seul et même endroit où l’œuvre peut s’élaborer au gré d’une activité quotidienne qui consiste à expérimenter, regarder évoluer, lai […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-31 mai 2020 France. Début du déconfinement.

Les parcs et jardins rouvrent, sauf dans les départements d’Île-de-France, du Grand Est, de Bourgogne-Franche-Comté et de Mayotte qui restent classés « rouges » – c’est-à-dire que le virus y circule encore activement et que les services hospitaliers y sont encore très sollicités. Le 13, le directeur général du laboratoire pharmaceutique français Sanofi, le Britannique Paul Hudson, déclare que les États-Unis seront « prioritaires » dans la livraison d’un futur vaccin contre la Covid-19 « parce qu’ils ont pris un risque pour financer ces recherches avant les autres ». […] Lire la suite

23-26 octobre 1984 France – Royaume-Uni. Visite du président François Mitterrand au Royaume-Uni

Cependant, la réussite de ce séjour est un peu obscurcie par une querelle politico-policière : après la découverte, le 23, d'une petite quantité d'explosifs, apportée par un artificier français, dans les jardins de la résidence de l'ambassadeur de France à Londres, la presse londonienne se déchaîne. Margaret Thatcher rejette, le 25, l'entière responsabilité de l'affaire sur les services de sécurité français, mais minimise l'importance de l'incident. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise DUBOST, « JARDINS - Les Français et leurs jardins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-les-francais-et-leurs-jardins/