JAPON (Le territoire et les hommes)L'économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleTōkyō
Unité monétaireyen (JPY)
Population125 816 000 (estim. 2022)
R.N.B. par habitant (USD)41 580 (2019)

Essoufflement et renouvellement du modèle socio-économique traditionnel

De la fin du xixe siècle aux années 1980, soit durant plus d'un siècle, le modèle de développement japonais fondé sur le rattrapage économique et sur un État fortement régulateur n'a pas subi de bouleversements majeurs. Son essoufflement, manifeste à partir de 1991, a conduit à accélérer le mouvement d'ouverture et de réformes esquissé au cours de la décennie précédente. Le remodelage économique libéral de l'archipel va alors s'accélérer. Toutefois, en 2009, le Parti démocrate du Japon, de centre gauche, a mis provisoirement fin à plus d'un demi-siècle de domination du Parti libéral-démocrate conservateur. Un nouveau modèle socio-économique, centré sur la dynamisation de la consommation grâce à des transferts sociaux massifs, semblait pouvoir émerger. Mais, en raison des crises de 2009 et de 2011, ce programme n'a pas pu être mené à bien. Le Parti libéral-démocrate, de retour au pouvoir à la fin de l'année 2012, donne une nouvelle direction à l'économie japonaise.

Les spécificités du modèle traditionnel

L'État maître des horloges

Durant l'ère Meiji (1868-1912), l'équipe au pouvoir se trouve confrontée à la nécessité d'élaborer un modèle de développement original pour moderniser son économie. Précurseur en Asie, ce modèle se structure autour d'un État « développeur » (Christian Sautter, 1996) qui pose les bases de l'appareil industriel et coordonne l'activité des différents acteurs économiques. Placée devant l'impérieuse nécessité d'accumuler une masse critique de capitaux, la politique économique s'oriente vers l'encouragement systématique de l'épargne. Faiblement rémunérée, cette dernière contribue à l'expansion du système éducatif et d'un appareil industriel complet. L'efficacité des politiques mises en place est concrétisée par le taux record des enfants scolarisés dès le début du xxe siècle (plus de 90 p. 100 en 1902) et par la densification du tissu industriel, organisé autour d'un système dual et complémentaire de grands conglomérats industriels – les zaibatsu – et de P.M.E. extrêmement nombreuses.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'État conserve son rôle de premier plan dans la structuration de l'économie. Les unités productives, au tiers détruites, sont réorganisées et modernisées. Un système à deux vitesses émerge avec, d'un côté, les industries tournées vers le marché domestique, fortement créatrices d'emploi, et les « industries naissantes » qui bénéficient de réglementations protectrices, et, de l'autre côté, les secteurs exportateurs restructurés pour affronter la compétition internationale. Les conglomérats industriels – les keiretsu – se développent en réseaux. Ils englobent de nombreux sous-traitants dans leur mouvance ainsi que, dans la plupart des cas, une banque principale pourvoyeuse de fonds. Les sous-traitants absorbent les à-coups conjoncturels et permettent aux grandes entreprises membres du groupe de maintenir leur compétitivité. Le ciment unissant les firmes des keiretsu est de nature financière (existence de participations croisées du capital et pratique du système de « convoi » – aide financière accordée à l'entreprise défaillante du groupe) et humaine (échanges de personnel dirigeant, mise en commun d'informations). De ce type de structuration résulte, d'une part, une grande cohésion entre les membres du même groupe qui décourage toute tentative d'O.P.A., et, d'autre part, la possibilité d'opter pour des stratégies à long terme, indépendamment des aléas financiers du court terme. Afin de fidéliser la trop rare main-d'œuvre qualifiée, les grandes entreprises généralisent le système d'emploi à vie et le salaire à l'ancienneté. Le syndicalisme d'entreprise se met en place, passant du conflit ouvert avec le patronat, jusqu'au début des années 1960, à une attitude de coopération. Les luttes syndicales se limitent, le plus souvent, aux augmentations salariales ainsi qu'à l'amélioration des conditions de travail et, plus récemment, au maintien des emplois. Toutefois, même à son apogée, le système d'emploi à vie ne s'est appliqué qu'à environ un quart des salariés.

L'organisation spécifique du travail

Des années 1950 aux années 1980, la rapidité de l'expansion économique rend le système de salaires à l'ancienneté très avantageux pour les entreprises grâce à des politiques vigoureuses d'embauche de jeunes peu rémunérés. De plus, un tie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Japon : démographie

Japon : démographie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Japon : croissance économique

Japon : croissance économique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur en sciences économiques, chargée de mission au CEPII, chargée de cours à l'INALCO

Classification

Autres références

«  JAPON  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 970 mots
  •  • 11 médias

L'archipel nippon appartient à l'ensemble des guirlandes insulaires qui bordent la façade orientale de l'Asie. Il est composé de six segments : l'archipel des Kouriles et l'est de l'île de Hokkaidō ; l'île de Sakhaline et le centre de Hokkaidō ; l'ouest de Hokkaidō et le nord de l'île de Honshū (ou Japon du Nord-Est) ; la partie centro-méridionale d […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Le Japon est situé à l'extrémité orientale du continent asiatique. Historiquement, il relève du monde culturel sinisé, et d'un Extrême-Orient par rapport à l'Europe. De nos jours, il fait économiquement et politiquement partie de la Triade, également composée de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale. Par son avancée technologique, ses transformations sociales et ses hybridations culturelle […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique.L'Angleterre, face à l'Europe, […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 635 mots
  •  • 3 médias

Au cours d'un développement d'une vingtaine de siècles, le droit japonais a connu bien des transformations spontanées ou suscitées par des influences extérieures. Jusqu'au milieu du xixe siècle, ces influences venaient principalement des civilisations indienne et chinoise, et, pendant des milliers d'années, le droit japonais a évolué sous l'empire exc […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 785 mots
  •  • 3 médias

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues d […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le domaine des lettres comme en bien d'autres, les Chinois avaient été les initiateurs des Japonais. Avec l'écriture, en effet, ceux-ci avaient importé, entre le ive et le viiie siècle, à peu près tous les écrits de ceux-là. Mais après une période d'apprentiss […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Issu, comme tous les arts de l'Extrême-Orient, de la Chine qui lui a fourni techniques et modèles, l'art japonais se distingue, cependant, par l'originalité de ses créations.Son développement est scandé de périodes d'absorption, où se manifeste un intérêt avide pour les formules étrangères, et de périodes d'adaptation au cours desquelles se dégagent les te […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 587 mots
  •  • 2 médias

Un échange permanent entre les influences étrangères et la transmission d'un patrimoine culturel national a caractérisé les débuts de l'industrie en devenir du cinéma japonais. La concentration industrielle dès le début des années 1910, la structuration en genres spécifiques établis dès 1921, un tournant de l'industrie vite enrayé par une catastrophe nationale en 1923 ont marqué le développement d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Evelyne DOURILLE-FEER, « JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-l-economie/