JAPON (Le territoire et les hommes)Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les temps préhistoriques

Le problème du Paléolithique japonais

Les légendes rapportent que l'Empire du Japon naquit en 660 avant J.-C. et que sa fondation fut alors l'œuvre de l'empereur Jimmu, descendant de la déesse Amaterasu. De nos jours, les origines du Japon ont perdu leur caractère mythique. Les progrès réalisés dans l'étude chronologique de la formation des couches du sol ont permis de reconnaître, d'abord à Iwajuku (Gumma-ken), l'existence d'une culture sans poterie (mu dōki bunka), dite aussi d'avant la poterie (sen dōki bunka). Grâce aux matériaux découverts à Sōzudai (Ōita-ken), Dewa (Miyazaki-ken) et Hoshino (Tochigi-ken), il devient désormais possible de situer les premiers âges du Japon dans la préhistoire universelle, en reconnaissant l'existence d'un Paléolithique japonais dont l'ancienneté et la chronologie font encore l'objet de vigoureuses controverses.

Il est néanmoins permis d'esquisser une ligne générale d'évolution de la préhistoire et de la protohistoire japonaises en rappelant que, dès sa naissance, le Japon subit des influences multiples de la part de ses voisins. On peut distribuer ceux-ci en trois grands groupes, formant autant de zones d'échanges culturels. Une zone septentrionale servit de lien entre les cultures paléolithiques, de la Sibérie orientale à l'Amérique, et celle du Japon du Nord. Une zone centrale se présente comme une Méditerranée du Pacifique qui aurait englobé les rives du Japon et de la mer de Chine, mettant en contact les vieilles cultures chinoises et celles du Japon. Deux centres privilégiés semblent y avoir exercé un rôle particulier : d'une part la Corée, qui diffusait à la fois des traditions sibéromongoles, coréo-mandchoues, et des traditions de la Chine du Nord ; d'autre part, l'embouchure du Yangzijiang, siège des anciens royaumes de Yue et de Wu, qui était un agent de diffusion de la culture propre à la Chine du Sud. Une zone méridionale, enfin, servait de pont avec les civilisations du Sud-Est asiatique. Les discussions auxquelles donnent lieu les composantes des premières cultures japonaises portent sur la prééminence de telle ou telle de ces zones.

Si les sites relevés ont montré à la fois une stratigraphie et des objets – comme ceux de Sōzudai, proches de l'industrie de Zhoukoudian en Chine – permettant d'établir avec une certaine autorité l'ancienneté d'un éventuel Paléolithique japonais, les sites manifestement postérieurs et témoins d'industries qui ont duré des siècles posent, eux, des problèmes de plus en plus complexes à mesure que l'on se rapproche des origines de la poterie. Il faut alors avoir recours aux échelles de comparaison données par le site de Fukui (Nagasaki-ken), où furent miraculeusement conservées dans leur succession les couches culturelles de transition.

Les chasseurs-pêcheurs du Jōmon (IIIe-Ier millénaire av. J.-C.)

Avec la poterie commence ce que les archéologues japonais appellent l'époque Jōmon, époque du dessin cordé, ainsi nommée d'après le motif décoratif principal de ces premières poteries dans l'ensemble du Japon. L'apparition de la poterie ne représente pas l'unique innovation de cette période qui, par bien des points, semble amorcer un bouleversement complet et l'organisation relativement subite d'une société de chasseurs et de pêcheurs plus ou moins sédentarisés : groupements d'habitations, sépultures, représentations humaines, innovations techniques comme les pointes de flèches, tous faits qui, s'insérant normalement dans l'évolution du vieux fond d'avant la poterie, n'en impliquent pas moins la formation d'un nouveau mode de vie, sensible aussi dans l'expansion de la pierre polie. S'il est difficile d'avancer une date pour ces débuts de la civilisation de la poterie, rappelons que les études du professeur Sugihara Sōsuke sur le kaizuka (amas de coquillages, caractéristique de cette époque) de Natsushima dans la baie de Tōkyō, ainsi que les découvertes de Fukui, parlent en faveur d'une chronologie relativement longue. On considère que, d'une façon générale, l'époque se termine aux environs de l'an 300 avant notre ère, mais le compartimentage régional est considérable, chaque unité économique ou géographique vivant son évolution propre et réagissant différemment aux apport [...]

-4000 à -2000. Naissance de l'écriture

Vidéo : -4000 à -2000. Naissance de l'écriture

Apparition de l'écriture et des premières villes. Début de la métallurgie du cuivre. Expansion de la domestication du cheval.Le IVe millénaire peut être considéré comme le début de l'histoire car il voit apparaître l'écriture.La majeure partie du globe reste cependant occupée par des... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 61 pages

Médias de l’article

Japon : drapeau

Japon : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Soldats russes

Soldats russes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Officiers de l'armée coréenne, en 1910

Officiers de l'armée coréenne, en 1910
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Reddition chinoise

Reddition chinoise
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Afficher les 51 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS
  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales
  • : directrice du centre Asie, Institut français de relations internationales
  • : chercheuse au Centre Asie de l'Institut français des relations internationales

Classification

Autres références

«  JAPON  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 970 mots
  •  • 11 médias

L'archipel nippon appartient à l'ensemble des guirlandes insulaires qui bordent la façade orientale de l'Asie. Il est composé de six segments : l'archipel des Kouriles et l'est de l'île de Hokkaidō ; l'île de Sakhaline et le centre de Hokkaidō ; l'ouest de Hokkaidō et le nord de l'île de Honshū (ou Japon du Nord-Est) ; la partie centro-méridionale d […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Le Japon est situé à l'extrémité orientale du continent asiatique. Historiquement, il relève du monde culturel sinisé, et d'un Extrême-Orient par rapport à l'Europe. De nos jours, il fait économiquement et politiquement partie de la Triade, également composée de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale. Par son avancée technologique, ses transformations sociales et ses hybridations culturelle […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique.L'Angleterre, face à l'Europe, […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 635 mots
  •  • 3 médias

Au cours d'un développement d'une vingtaine de siècles, le droit japonais a connu bien des transformations spontanées ou suscitées par des influences extérieures. Jusqu'au milieu du xixe siècle, ces influences venaient principalement des civilisations indienne et chinoise, et, pendant des milliers d'années, le droit japonais a évolué sous l'empire exc […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 723 mots
  •  • 2 médias

Les racines de la puissance économique du Japon remontent à l'ère Meiji (1868-1912), lorsque le pays passe du féodalisme à la modernité. Le but de rattraper l'Occident soude la population dans un effort collectif, matérialisé par le décollage économique : la croissance du P.I.B. passe de 1,2 p. 100 par an, en moyenne, entre 1879 et 1885, à 4,3 p. 100 entre 1885 et 1898.Dès la fin du […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 785 mots
  •  • 3 médias

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues d […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le domaine des lettres comme en bien d'autres, les Chinois avaient été les initiateurs des Japonais. Avec l'écriture, en effet, ceux-ci avaient importé, entre le ive et le viiie siècle, à peu près tous les écrits de ceux-là. Mais après une période d'apprentiss […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Issu, comme tous les arts de l'Extrême-Orient, de la Chine qui lui a fourni techniques et modèles, l'art japonais se distingue, cependant, par l'originalité de ses créations.Son développement est scandé de périodes d'absorption, où se manifeste un intérêt avide pour les formules étrangères, et de périodes d'adaptation au cours desquelles se dégagent les te […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 587 mots
  •  • 2 médias

Un échange permanent entre les influences étrangères et la transmission d'un patrimoine culturel national a caractérisé les débuts de l'industrie en devenir du cinéma japonais. La concentration industrielle dès le début des années 1910, la structuration en genres spécifiques établis dès 1921, un tournant de l'industrie vite enrayé par une catastrophe nationale en 1923 ont marqué le développement d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul AKAMATSU, Vadime ELISSEEFF, Valérie NIQUET, Céline PAJON, « JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/