JAPON (Arts et culture)Le cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La reconnaissance du monde

L'attribution, en 1951, du lion d'or de Venise au Rashomōn de Kurosawa, que consacrait peu après la remise, à Hollywood, de l'oscar du meilleur film étranger, a eu des effets dont la portée allait bien au-delà de la révélation d'un film ou de son réalisateur. Avec l'apparition sur la scène mondiale de l'un des siens, c'est tout le cinéma japonais qui se voyait enfin reconnu dans ses ambitions artistiques et dans ses capacités productrices. Après Kurosawa, ce fut au tour de Mizoguchi d'être enfin célébré, puis d'autres cinéastes dont les débuts remontaient même au cinéma muet, comme Ozu.

Rashomon, A. Kurosawa

Photographie : Rashomon, A. Kurosawa

Photographie

La femme (Kyo Machico) implore le bandit (Mifune Toshiro) dans Rashomon, film du Japonais Kurosawa Akira, en 1951. 

Crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

Afficher

Les années 1950, qui, après les années 1930, sont un peu le deuxième âge d'or du cinéma japonais, se caractérisent par l'activité florissante des Majors : Tōhō, Shōchiku, Nikkatsu, Tōei, Daiei, Shintōhō. Dans le tissu industriel qui voit apparaître en 1951 le premier film en couleurs, Carmen revient au pays (Karumen furusato ni kaeru), de Kinoshita, les petites sociétés indépendantes parviennent cependant à poursuivre leurs activités, en traitant souvent des sujets plus sociaux ou plus délicats (la guerre, Hiroshima) que ceux que proposent les grandes sociétés, les incitant parfois à se montrer plus audacieuses. Cependant, le vrai triomphe de ces dernières tient plutôt aux mélodrames familiaux à coloration sociale, telle La Mère (Okazan, 1952) de Naruse Mikio, ou à des films de grande envergure artistique, qu'elles ont seules les moyens de financer. Dans ces sociétés puissantes et intégrées, les assistants réalisateurs qui avaient collaboré avec les cinéastes des années 1940-1950 font eux-mêmes leurs débuts de metteur en scène. Mais leurs ambitions, leur remise en cause des institutions, leur écriture radicalement différente vont très vite les faire entrer en conflit avec les sociétés qui les ont formés.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Rashomon, A. Kurosawa

Rashomon, A. Kurosawa
Crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

photographie

L'Empire des sens, N. Oshima

L'Empire des sens, N. Oshima
Crédits : Prod DB /KCS /Aurimages

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  JAPON  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 965 mots
  •  • 11 médias

L'archipel nippon appartient à l'ensemble des guirlandes insulaires qui bordent la façade orientale de l'Asie. Il est composé de six segments : l'archipel des Kouriles et l'est de l'île de Hokkaidō ; l'île de Sakhaline et le centre de Hokkaidō ; l'ouest de Hokkaidō et le nord de l'île de Honshū (ou Japon du Nord-Est) ; la partie centro-méridionale d […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 7 médias

Le Japon est situé à l'extrémité orientale du continent asiatique. Historiquement, il relève du monde culturel sinisé, et d'un Extrême-Orient par rapport à l'Europe. De nos jours, il fait économiquement et politiquement partie de la Triade, également composée de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale. Par son avancée technologique, ses transformations sociales et ses hybridations culturelle […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique.L'Angleterre, face à l'Europe, […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 634 mots
  •  • 3 médias

Au cours d'un développement d'une vingtaine de siècles, le droit japonais a connu bien des transformations spontanées ou suscitées par des influences extérieures. Jusqu'au milieu du xixe siècle, ces influences venaient principalement des civilisations indienne et chinoise, et, pendant des milliers d'années, le droit japonais a évolué sous l'empire exc […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Les racines de la puissance économique du Japon remontent à l'ère Meiji (1868-1912), lorsque le pays passe du féodalisme à la modernité. Le but de rattraper l'Occident soude la population dans un effort collectif, matérialisé par le décollage économique : la croissance du P.I.B. passe de 1,2 p. 100 par an, en moyenne, entre 1879 et 1885, à 4,3 p. 100 entre 1885 et 1898.Dès la fin du […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 784 mots
  •  • 3 médias

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues d […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le domaine des lettres comme en bien d'autres, les Chinois avaient été les initiateurs des Japonais. Avec l'écriture, en effet, ceux-ci avaient importé, entre le ive et le viiie siècle, à peu près tous les écrits de ceux-là. Mais après une période d'apprentiss […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Issu, comme tous les arts de l'Extrême-Orient, de la Chine qui lui a fourni techniques et modèles, l'art japonais se distingue, cependant, par l'originalité de ses créations.Son développement est scandé de périodes d'absorption, où se manifeste un intérêt avide pour les formules étrangères, et de périodes d'adaptation au cours desquelles se dégagent les te […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hubert NIOGRET, « JAPON (Arts et culture) - Le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-le-cinema/