JAPON (Arts et culture)Le cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une industrie sous tutelle étrangère

Comme toute l'industrie, le cinéma est placé sous le contrôle de l'occupant, qui cherche surtout à interdire les œuvres militaristes et à favoriser celles qui aideront à la démocratisation du pays. Les cinéastes, qu'ils soient apparus au début de la guerre comme Kurosawa Akira (La Légende du Grand Judo [Sanshiro Sugata], 1943), Kinoshita Keisuke (Le Port en fleurs [Hana saku minato], 1943), Ichikawa Kon (Une fille au temple Dojo [Musume Dojoji], 1945-1946), ou qu'il s'agisse des maîtres de toujours, tels que Mizoguchi, doivent pactiser, collaborer, sinon ruser pour traiter certains sujets, ou bien courir le risque de se voir interdire.

Dans un pays très touché par la guerre, et dont les cicatrices sont visibles dans le pays, l'industrie cinématographique renaît peu à peu. Dès 1947, quatre-vingts films sont en production, et le réseau des salles comporte deux mille unités. Une nouvelle société d'importance se crée, la Shintōhō, en dissidence de la Tōhō, tandis qu'un certain nombre de cinéastes liés aux partis politiques de gauche (le Parti communiste essentiellement) choisissent de quitter les « studios » et revendiquent l'indépendance. Ainsi, en même temps qu'Imai Tadashi (La Mer en colère [Ikari no Umi], 1944 ; Nous sommes vivants [Dokkoi ikiteru], 1951), Kamei Fumio (La Vie d'une femme [Onna no Issho], 1949), Yamamoto Satsuo (Quartier sans soleil [Taiyo no nai maki], 1954) signent des œuvres fortement engagées, d'autres, toujours encadrés par les grandes sociétés, réalisent des films plus nostalgiques, comme Yoshimura Kōzaburō (Le Roman de Genji [Genji monogatari], 1951), ou Gosho (Croissance [Take kurabe], 1955), qui connaissent de grandes réussites. Kurosawa (L'Ange ivre [Yoidore tenshi], 1947 ; Chien enragé [Norainu], 1949 ; Scandale [Shubun], 1950), Kinoshita (Le Matin de la famille Osone [Osone-ke no asa], 1946 ; La Tragédie du Japon [Nihon ni igeki], 1953) tournent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Médias de l’article

Rashomon, A. Kurosawa

Rashomon, A. Kurosawa
Crédits : Hulton Getty

photographie

La Cérémonie, N. Oshima

La Cérémonie, N. Oshima
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Ran, A. Kurosawa

Ran, A. Kurosawa
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JAPON  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 965 mots
  •  • 11 médias

L'archipel nippon appartient à l'ensemble des guirlandes insulaires qui bordent la façade orientale de l'Asie. Il est composé de six segments : l'archipel des Kouriles et l'est de l'île de Hokkaidō ; l'île de Sakhaline et le centre de Hokkaidō ; l'ouest de Hokkaidō et le nord de l'île de Honshū (ou Japon du Nord-Est) ; la partie centro-méridionale d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geologie/

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 7 médias

Le Japon est situé à l'extrémité orientale du continent asiatique. Historiquement, il relève du monde culturel sinisé, et d'un Extrême-Orient par rapport à l'Europe. De nos jours, il fait économiquement et politiquement partie de la Triade, également composée de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale. Par son avancée technologique, ses transformations sociales et ses hybridations culturelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geographie/

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique.L'Angleterre, face à l'Europe, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 634 mots
  •  • 3 médias

Au cours d'un développement d'une vingtaine de siècles, le droit japonais a connu bien des transformations spontanées ou suscitées par des influences extérieures. Jusqu'au milieu du xixe siècle, ces influences venaient principalement des civilisations indienne et chinoise, et, pendant des milliers d'années, le droit japonais a évolué sous l'empire exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-droit-et-institutions/

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Les racines de la puissance économique du Japon remontent à l'ère Meiji (1868-1912), lorsque le pays passe du féodalisme à la modernité. Le but de rattraper l'Occident soude la population dans un effort collectif, matérialisé par le décollage économique : la croissance du P.I.B. passe de 1,2 p. 100 par an, en moyenne, entre 1879 et 1885, à 4,3 p. 100 entre 1885 et 1898.Dès la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-l-economie/

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 784 mots
  •  • 3 médias

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-langue/

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le domaine des lettres comme en bien d'autres, les Chinois avaient été les initiateurs des Japonais. Avec l'écriture, en effet, ceux-ci avaient importé, entre le ive et le viiie siècle, à peu près tous les écrits de ceux-là. Mais après une période d'apprentiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Issu, comme tous les arts de l'Extrême-Orient, de la Chine qui lui a fourni techniques et modèles, l'art japonais se distingue, cependant, par l'originalité de ses créations.Son développement est scandé de périodes d'absorption, où se manifeste un intérêt avide pour les formules étrangères, et de périodes d'adaptation au cours desquelles se dégagent les te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/

Voir aussi

IMAI    KAMEI    YAMAMOTO    YOSHIMURA

Pour citer l’article

Hubert NIOGRET, « JAPON (Arts et culture) - Le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-le-cinema/