JANSÉNISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un mouvement multiforme

L'« Augustinus » et Port-Royal

Le jansénisme fut d'abord une doctrine théologique fondée sur les écrits antipélagiens de saint Augustin. Après Baïus (1513-1589), le Hollandais Jansen (1585-1638), évêque d'Ypres, affirma que, depuis le péché originel, la volonté de l'homme sans le secours divin n'est capable que du mal. Seule la grâce efficace peut lui faire préférer la délectation céleste à la délectation terrestre. Cette grâce est irrésistible, mais n'est pas accordée à tous les hommes. Le jésuite Luis de Molina (1536-1600) avait au contraire assuré qu'une grâce suffisante apporte en toute circonstance le concours divin nécessaire pour faire le bien : libre à chacun d'utiliser ou non ce concours.

Les polémiques suscitées par Baïus et Molina avaient incité Rome à décider, en 1611, qu'on ne devait rien publier sur la grâce sans l'expresse permission du Saint-Office : ce qui n'empêcha pas la parution de l'Augustinus deux ans après la mort de son auteur. Immédiatement attaqué par les Jésuites et rapidement édité en France, l'Augustinus eut pour éloquent défenseur Antoine Arnauld (1612-1694) dans deux Apologies pour Jansénius (1644-1645). Disciple de Saint-Cyran alors emprisonné (celui-ci était de longue date l'ami de Jansénius) et frère de la mère Angélique, la réformatrice de Port-Royal, Arnauld fut le principal propagateur du jansénisme en France. Et Port-Royal (à savoir : le couvent proprement dit de la vallée de Chevreuse, avec à proximité quelques pieux « solitaires », et l'annexe du faubourg Saint-Jacques) devint le centre de diffusion de l'extrémisme augustinien.

Après 1650, une série de condamnations tombent sur le jansénisme, et commence un drame à multiples rebondissements. En 1653, la bulle Cum occasione, renouvelée trois ans plus tard, frappe d'anathème cinq propositions tirées de l'Augustinus. En [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Blaise Pascal

Blaise Pascal
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Isaac Louis Le Maître de Sacy, P. de Champaigne

Isaac Louis Le Maître de Sacy, P. de Champaigne
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JANSÉNISME  » est également traité dans :

APPELANTS, histoire religieuse

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 592 mots

Jansénistes, adversaires de la constitution Unigenitus au xviii e siècle. La « paix de l'Église », imposée par Clément IX, en 1668, aux querelles autour du jansénisme, a régné à peu près, surtout en France, jusqu'au pontificat de Clément XI (élu en 1700). En 1702, un « cas de conscience », signé de quarante docteurs de Sorbonne, déclara suffisante, sur la « question de fait » (la présence effect […] Lire la suite

ARNAULD, ARNAULT ou ARNAUT LES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 257 mots

Famille originaire d'Auvergne, établie à Paris au milieu du xvi e siècle, époque de sa première ascension et, sans doute, de son anoblissement. Gens de loi et de finances, hommes d'épée, hommes d'État s'y côtoient. Cependant c'est dans le domaine des lettres et surtout dans celui de la vie religieuse qu'elle atteindra sa plus haute illustration. Elle compte quatre générations remarquables. À la p […] Lire la suite

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

Dans le chapitre « Violence de Racine »  : […] Pièce biblique avec chœurs, Athalie s'écarte de la forme de l'oratorio chrétien et de la morale conventionnelle d' Esther (1689) pour revenir à la trouble angoisse des premières tragédies raciniennes. Mais cette fois, l'angoisse est absolue et ne s'exerce que devant Dieu, « Dieu vivant », « Dieu jaloux » qui obsède tous les personnages. Impénétrable à l'esprit humain, inexorable, la volonté divi […] Lire la suite

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « La crise de la Réforme et le jansénisme »  : […] C'est essentiellement autour du problème de la justification que, au xvi e  siècle, se sont affrontés théologiens catholiques et réformés. Contre une Église qui leur paraît laxiste et corrompue, les réformateurs Luther, Calvin, Zwingli interprètent l'enseignement de l'apôtre Paul à la lumière des théories augustiniennes. Ils en adoptent la plus extrême sévérité, en insistant sur le péché originel, […] Lire la suite

BAÏUS MICHEL DE BAY dit (1513-1589)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 700 mots

Né à Meslin, dans le Hainaut, Michel de Bay, dit Baïus, doit sa célébrité à la polémique qu'il engagea sur la question de la grâce et de la prédestination. La controverse allait, après sa mort, connaître un éclatant rebondissement avec la querelle du jansénisme. Étudiant à l'université de Louvain, président, en 1541, du collège de Standonck, docteur en théologie en 1550, successeur de Hasselius, B […] Lire la suite

BARCOS MARTIN DE (1600-1678)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 450 mots

Neveu de l'illustre abbé de Saint-Cyran, comme lui originaire de Bayonne. Élève de Jansénius à l'université de Louvain, il sera réputé pour l'étendue de sa science théologique. Son oncle le place comme précepteur auprès des enfants d'Arnauld d'Andilly, puis, en 1629, le prend à ses côtés comme secrétaire. Il lui donne sans doute part à la rédaction de ses œuvres, notamment du Petrus Aurelius . Mai […] Lire la suite

BENOÎT XIII, PIETRO FRANCESCO ORSINI (1649-1730) pape (1724-1730)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 385 mots

Né à Gravina (dans le royaume de Naples), religieux dominicain (1667) sous le nom de Vincenzo Maria, cardinal à vingt-trois ans (1672) par la faveur de Clément X, son parent, évêque de Manfredonia (1675), puis de Césène en Romagne (1680), archevêque de Bénévent (1686), P. F. Orsini s'acquitta de ses tâches pastorales avec zèle et compétence. Élu pape le 29 mars 1724, il choisit le nom de Benoît et […] Lire la suite

BENOÎT XIV, PROSPERO LAMBERTINI (1675-1758) pape (1740-1758)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 459 mots

Né à Bologne, Prospero Lambertini, pourvu d'une solide formation théologique et canonique, mena de front une vie de fonctionnaire ecclésiastique, exerçant diverses charges au sein de l'administration pontificale, et une vie de recherche scientifique, qui le maintint en liaison avec les grands érudits de son temps, Assemani, Mabillon, Montfaucon, Muratori. Archevêque d'Ancône (1727), puis de Bologn […] Lire la suite

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Calvinisme et jansénisme »  : […] Dans ses grandes lignes, le calvinisme a la position que devait avoir un siècle plus tard le jansénisme. La parenté est étroite, car ils ont le même maître, saint Augustin. La pensée de Calvin est sous-tendue par celle du grand docteur africain. « Il s'accorde si bien en tout et partout avec nous, dit Calvin, il est tellement nôtre que, s'il me fallait écrire une confession sur cette matière [de l […] Lire la suite

CATHOLICISME LIBÉRAL ET CATHOLICISME SOCIAL

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 7 261 mots

Dans le chapitre « La liberté, fille du christianisme »  : […] Il existe en effet une famille de catholiques qui croient à la liberté pour elle-même : ce sont eux les catholiques libéraux authentiques. À leurs yeux, la liberté se justifie pour elle-même, indépendamment des avantages qui peuvent en résulter pour l'Église. Elle est au reste fille du christianisme : c'est l'Évangile qui en a inculqué la notion aux hommes, c'est l'Église qui, au cours des siècles […] Lire la suite

CHAMPAIGNE PHILIPPE DE (1602-1674)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 048 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le climat janséniste »  : […] Cette évolution, si elle rejoint la tendance dominante de l'art parisien, une esthétique épurée proche, a-t-on dit, de l'idéal « attique » (La Hyre, Le Sueur), s'explique aussi par des données plus personnelles : après la mort de sa femme (1638) et de son fils Claude (1642), Champaigne se tourne de plus en plus vers la piété et la méditation. Vers 1643, il se lie au milieu janséniste qu'il fréquen […] Lire la suite

CLÉMENT XI, GIANFRANCESCO ALBANI (1649-1721) pape (1700-1721)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 531 mots

Né à Urbino, G. Albini, après ses études au Collège romain, fit carrière dans l'administration pontificale ; il devint secrétaire aux Brefs en 1687 et fut créé cardinal en 1690. Homme austère, il n'accepta qu'avec répugnance la charge pontificale. Caractère assez indécis, trop confiant dans la bonne foi de ses partenaires, il ne réussit qu'assez médiocrement dans ses diverses entreprises. Les inte […] Lire la suite

DOMAT JEAN (1625-1696)

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 1 539 mots

Dans le chapitre « Un janséniste »  : […] Élève des Jésuites, « il se désabusa bientôt des fausses préventions qu'on lui avait inspirées dans le collège des Jésuites » (V. Cousin, Documents inédits sur Domat ). L'amitié de Pascal, qui se convertit au jansénisme, n'est pas étrangère à cette transformation, et cela bien que Domat ait compté plusieurs membres de sa famille dans la Compagnie. Fidèle à son ami, intransigeant sur la doctrine, […] Lire la suite

FLEURY ANDRÉ HERCULE DE (1653-1743) cardinal français

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 935 mots

Fils d'un receveur des décimes, André Hercule de Fleury fut voué, en raison de la pauvreté de sa famille, à la carrière ecclésiastique. Il fut introduit à la cour par le cardinal de Bonzi, grand aumônier de la reine Marie-Thérèse et recueillit sa succession en 1679. Après la mort de la reine, il fut expédié dans l'évêché de Fréjus, où l'avait placé, disait-il, « l'indignation divine ». Néanmoins, […] Lire la suite

GRAMMAIRE GÉNÉRALE ET RAISONNÉE, Antoine Arnauld et Claude Lancelot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 785 mots

Antoine Arnauld (1612-1694) est l'un des chefs de file du jansénisme, qui fut l' adversaire à la fois des Jésuites et des mouvements protestants. En France, ce courant dissident du catholicisme a son centre intellectuel à Port-Royal. Arnauld est l'auteur, avec Claude Lancelot, en 1660, d'une Grammaire générale et raisonnée et, en 1662, avec Pierre Nicole, de La Logique, ou l'Art de penser . Dans […] Lire la suite

INNOCENT X, GIAMBATTISTA PAMPHILI (1574-1655) pape (1644-1655)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 364 mots

Né le 7 mai 1574 à Rome, Giambattista Pamphili est juge ecclésiastique sous le pontificat de Clément VIII puis nonce du pape Grégoire XV à Naples. Il part ensuite en Espagne représenter le pape Urbain VIII, qui le fait cardinal en 1626. Il lui succède le 15 septembre 1644 sous le nom d'Innocent X. Élu grâce au soutien de cardinaux qui s'étaient opposés à son prédécesseur, Innocent X, déjà âgé, va […] Lire la suite

INNOCENT XI, BENEDETTO ODESCALCHI (1611-1689) pape (1676-1689)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 538 mots

Benedetto Odescalchi naît le 19 mai 1611 à Côme, dans le duché de Milan. Il étudie le droit à l'université de Naples et intègre la curie sous le pontificat d'Urbain VIII. Le pape Innocent X le nomme cardinal en 1645, puis légat à Ferrare (Italie) et évêque de Novare (Italie) en 1650. Odescalchi est élu pape le 21 septembre 1676 sous le nom d'Innocent XI, contre la volonté de Louis XIV, qui s'oppo […] Lire la suite

JANSENIUS CORNELIUS JANSEN dit (1585-1638)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 989 mots

Théologien, né près de Leerdam, issu d'une famille catholique hollandaise. Formé principalement à l'université de Louvain, de mouvance espagnole, Jansenius y est témoin du conflit, toujours prêt à se rallumer, opposant les jésuites de la ville, dont le molinisme accorde beaucoup à la liberté humaine, et la tradition thomiste ou baïaniste de l'Université, qui affirme l'efficacité souveraine de la […] Lire la suite

LEMAISTRE DE SACY LOUIS ISAAC (1613-1684)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 655 mots
  •  • 1 média

L'un des principaux solitaires de Port-Royal, poète, exégète, écrivain spirituel. Neveu, par sa mère, d'Arnauld d'Andilly et du grand Arnauld, frère cadet d'Antoine Lemaistre, Lemaistre de Sacy acquiert une solide formation d'humaniste et de théologien, mais, par discrétion naturelle et selon l'esprit de Saint-Cyran, il renonce au doctorat et, longtemps, à la prêtrise. À l'époque des premières co […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis COGNET, Jean DELUMEAU, Maurice VAUSSARD, « JANSÉNISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/