AUSTEN JANE (1775-1817)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre romanesque

Les écrits de jeunesse

Les trois premiers romans de Jane Austen se distinguent des suivants par la forte satire littéraire dont s'accompagne la description des personnages et de la société.

Raison et sentiments relate la vie des sœurs Dashwood, qui vivent dans la gêne. Marianne incarne les « sentiments », c'est-à-dire les épanchements amoureux. Elle s'éprend du beau John Willoughby, qui sous les dehors d'un amant romantique se révèle être un chasseur de dot peu scrupuleux. Lorsqu'il l'abandonne pour une riche héritière, elle se voit contrainte de faire le choix de la « raison » et accepte une union qui n'a rien de romantique avec le colonel Brandon, célibataire guindé, de vingt ans son aîné. À l'inverse, sa sœur aînée, Elinor, est guidée par la « raison », c'est-à-dire la prudence et la discrétion : sa constance envers l'élu de son cœur, Edward Ferrars, est récompensée par le mariage après de pénibles vicissitudes.

Orgueil et préjugés décrit le conflit entre Elizabeth Bennet, fille d'un gentleman provincial, et Fitzwilliam Darcy, riche propriétaire terrien aristocratique. Si Jane Austen les montre intrigués l'un par l'autre, elle renverse les « premières impressions » conventionnelles : l'« orgueil » que Darcy tire de son rang et de sa fortune et le « préjugé » qu'il nourrit à l'égard de l'infériorité de la famille d'Elizabeth l'éloignent de cette dernière ; Elizabeth est quant à elle aussi bien animée par l'« orgueil » du respect de soi que par son « préjugé » envers le snobisme de Darcy. Ils finissent cependant par s'éprendre l'un de l'autre et par mieux se connaître eux-mêmes. Femme intelligente à l'esprit vif, Elizabeth – que Jane Austen préfère à toutes ses autres héroïnes – est l'un des personnages les plus attachants de la littérature anglaise.

Orgueil et préjugés, J.Wright.

Orgueil et préjugés, J.Wright.

Photographie

Les romans de Jane Austen ont donné lieu à d'innombrables adaptations. C'est le cas notamment de Orgueil et préjugés, qui a inspiré des comédies musicales, de nombreux films, et notamment la mini-série que la BBC réalisa en 1995 avec Colin Firth et Jennifer Ehle, ou encore des... 

Crédits : Working Title/ The Kobal Collection/ Alex Bailey/ Aurimages

Afficher

L'Abbaye de Northanger est à la fois une satire des romans conventionnels, qui ont pour cadre la bonne société, et des romans « noirs ». Fille d'un pasteur de campagne, Catherine Morland est une jeune femme inexpérimentée qui va découvrir le monde en s'y confrontant : tout d'abord dans la société en vue [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Lady Maria Conyngham, T. Lawrence.

Lady Maria Conyngham, T. Lawrence.
Crédits : Courtesy of the Metropolitan Museum of Art, New York City, gift of Jessie Woolworth Donahue, 1955

photographie

Orgueil et préjugés, J.Wright.

Orgueil et préjugés, J.Wright.
Crédits : Working Title/ The Kobal Collection/ Alex Bailey/ Aurimages

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  AUSTEN JANE (1775-1817)  » est également traité dans :

ORGUEIL ET PRÉJUGÉS, Jane Austen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine BERNARD
  •  • 966 mots
  •  • 1 média

Orgueil et préjugés (Pride and Prejudice) reste à ce jour le roman le plus populaire de l'anglaise Jane Austen (1775-1817), mais aussi le plus représentatif de sa maîtrise et de son art subtil de la contradiction. Plus encore que dans ses autres œuvres, Jane Austen feint de se soumettre aux conventions romanesques […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les divers genres du roman »  : […] Les idéaux et la tendance de la bourgeoisie à l'analyse du caractère se manifestèrent aussi dans le roman. À la différence des narrateurs qui l'ont précédé, décrivant le monde d'une façon vague et générale, sans faire attention à l'aspect réel des choses, Daniel Defoe (1660-1731) parvient, le premier, à donner l'impression de la réalité, de la chose vécue, en insistant sur des détails qui ne sont […] Lire la suite

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite

INDUSTRIE - La civilisation industrielle

  • Écrit par 
  • John NEF
  •  • 8 085 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Industrialisation et progrès de civilisation »  : […] Et la civilisation ? Qu'est-elle devenue avec l'essor de la machine ? En Grande-Bretagne, jusqu'autour de 1860-1870, l'influence de la délicatesse sentimentale et de la pensée rationaliste était sûrement profonde. Peut-être aucune littérature n'a-t-elle reflété une société aussi polie et civilisée que celle présentée par les romans de Jane Austen (1775-1817), tous publiés entre 1811 et 1818. On n […] Lire la suite

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, Baudelaire figurent parmi les lavatériens convaincu […] Lire la suite

ROMAN SENTIMENTAL

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI
  •  • 2 472 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une littérature populaire »  : […] Le xix e  siècle est marqué par la formidable expansion de la presse et des technologies de la communication. La production s’accélère dans tous les secteurs de la culture : la musique, les spectacles, bientôt le cinéma. Un public de nouveaux lecteurs émerge. L’Angleterre est un des premiers pays à faire du livre un objet destiné au grand public. Publié en 1740, Pamela , ou la Vertu récompensée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Brian C. SOUTHAM, « AUSTEN JANE - (1775-1817) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jane-austen/