KOOIMAN JAN (1903-1968)

GOUVERNANCE, politique

  • Écrit par 
  • David ALCAUD
  •  • 1 233 mots

Dans le chapitre «  Un label de modernité paradoxalement propice à une recomposition de l'État ? »  : […] Dans toutes ces réflexions, l'État n'est plus comme autrefois au centre des négociations et des interventions au titre de sa légitime souveraineté, ni dans l'ordre interne ni dans l'ordre international. Les incertitudes, la crise de l'État social et interventionniste amènent les acteurs à parler de « gouvernance politique » pour réaliser les changements, comme Jan Kooiman en pose les principes da […] […] Lire la suite