HUS JAN (1370 env.-1415)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le réformateur

Originaire de la région de Prachatice, en Bohême méridionale, Jan Hus tient son nom de son village natal, Husinec. Étudiant pauvre à l'Université de Prague, il devient bachelier en théologie (1394), puis maître ès arts libéraux (1396). Ordonné prêtre en 1400, doyen de la Faculté de théologie de Prague l'année suivante, Jan Hus apparaît surtout comme le plus illustre représentant de ce courant de prédication réformatrice, né au milieu du xive siècle de la crise morale de l'Église tchèque, que le grand schisme d'Occident aggrave encore. À partir de mars 1402, ses sermons rassemblent régulièrement plus de trois mille personnes dans la chapelle de Bethléem, destinée aux prédications en langue tchèque. Orateur officiel des synodes annuels de Bohême et confesseur de la reine, Hus bénéficie d'abord de l'appui de l'archevêque et du roi Venceslas IV (1378-1419) : jusqu'en 1408, c'est légalement qu'il prêche la réforme de l'Église et oppose la richesse corruptrice à la pauvreté évangélique. Car l'Évangile est, selon lui, la seule règle infaillible et suffisante de la foi, et tout homme a le droit de l'étudier pour son propre compte ; il entreprend donc de le traduire en tchèque.

Alors que les querelles du schisme et la misère exaspèrent la haine entre Tchèques et Allemands de Bohême, Hus rappelle qu'il préfère « un bon Allemand à un méchant frère » ; mais il lutte pour que les Tchèques soient maîtres en leur patrie. Revendiquant l'emploi de la langue tchèque dans la vie publique contre la prépondérance de l'allemand, il bannit les tournures germaniques et simplifie l'orthographe tchèque par l'introduction des signes diacritiques. Il écrit certains de ses ouvrages dans sa langue nationale. En 1409, il obtient du roi Venceslas le décret de Kutná Hora qui met fin, au profit des Tchèques, à la mainmise allemande sur l'Université, dont il est élu recteur. Il célèbre dans la victoire polonaise de Grunwald (1410) le triomphe de la justice et des Slaves opprimés.

Son admiration pour le théologien John Wyclif (1320 env.-1380), auquel souvent il se réfère, permet à ses ennemis de confondre sa cause avec celle du réformateur anglais et de l'accuser d'hérésie. Comme il refuse d'accepter la condamnation de Wyclif dont les ouvrages sont brûlés à Prague le 16 juillet 1410, une première excommunication le frappe en 1411, malgré l'appel adressé à Rome et le soutien du roi et des Praguois. Il n'en continue pas moins ses prédications ; en 1412, il prononce d'ardents réquisitoires contre les indulgences dont la vente doit financer la guerre de l'antipape Jean XXIII contre Ladislas de Naples. L'exécution de trois de ses jeunes disciples dresse le peuple de Prague derrière son prédicateur. Cette fois, il est l'objet d'une excommunication majeure, et la ville est frappée d'interdit du moment qu'il y séjourne.

Hus se retire alors en Bohême méridionale, à Kozí Hrádek, où il prêche dans les campagnes et écrit des traités de théologie (De Ecclesia, 1413). En 1414, il est cité devant le concile de Constance. Muni d'un sauf-conduit (glejt) de l'empereur Sigismond, il repousse les conseils de prudence et se met en route, logique avec lui-même : « Cherche la vérité, écoute la vérité, apprends la vérité, aime la vérité, soutiens la vérité, défends la vérité, jusqu'à la mort », avait-il enseigné à ses « frères » de Prague. À peine arrivé, il est jeté en prison ; il y écrit ses Lettres de Constance. Ni les tentatives de persuasion, ni les sévices des pères du concile, ni l'appel à « l'autorité de la tradition » ne parviennent à lui arracher une rétractation. Ses écrits sont condamnés au feu ; lui-même monte sur le bûcher des hérétiques le 6 juillet 1415, et ses cendres sont jetées dans le Rhin. Sa mort, dont l'anniversaire sera célébré avec ferveur, fait de la réforme une révolution nationale.

Jean Hus

Photographie : Jean Hus

Condamné par le concile de Constance le 6 juillet 1415, Jean Hus doit quitter l'habit religieux et revêtir le costume des hérétiques avant d'être conduit au bûcher. Enluminure de la Chronique du concile de Constance du bourgmestre Ulrich von Riechental, XVe siècle. 

Crédits : AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Jean Hus

Jean Hus
Crédits : AKG-images

photographie

Tabor hussite

Tabor hussite
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUS JAN (1370 env.-1415)  » est également traité dans :

ADAMITES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 713 mots

Terme désignant les membres de deux sectes différentes, l'une gnostique, l'autre de la fin du Moyen Âge. La première eut pour fondateur Prodicus, disciple de Carpocrate ( ii e s.). Soucieux d'imiter Adam avant la chute, les adamites allaient complètement nus et c'est dans cet état qu'ils priaient et célébraient. Ils sont mentionnés par Épiphane, Clément d'Alexandrie, saint Augustin et Théodoret. […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La réforme, nécessaire et difficile »  : […] Le thème d'une nécessaire réforme de l'Église « dans sa tête et dans ses membres » est à l'ordre du jour depuis le concile de Vienne (1311). Mais en cette période de déséquilibre les forces de rénovation sont assez souvent aussi des forces de rupture. Ainsi que les États modernes en formation, la papauté d'Avignon met en place un certain nombre d'organismes administratifs et judiciaires. Mais le f […] Lire la suite

CHELČIKY PETR (1380 env.-1467)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 290 mots

Penseur religieux et écrivain tchèque de la tradition hussite, né près du bourg de Chelčice, en Bohême méridionale, Petr Chelčiký lut des œuvres de Thomas de Štítný et entendit peut-être des prédications de Jean Hus. Pacifiste intransigeant, il s'écarta des taborites, utraquistes radicaux et, pendant un certain temps, millénaristes, qui s'organisèrent autour de J. Želivský, pour résister, avec suc […] Lire la suite

CONCILE DE CONSTANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Pour sortir de la crise une Église qui a trois papes, l'empereur allemand Sigismond impose au pape Jean XXIII de convoquer à Constance un concile qui s'ouvre le 5 novembre 1414. C'est le seizième concile général ou œcuménique. Le vote se fera par « nations », allemande, française, anglaise et italienne, la cinquième voix étant donnée au collège des cardinaux. Évêques et abbés sont minoritaires fac […] Lire la suite

CONSTANCE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 485 mots
  •  • 2 médias

Seizième concile œcuménique de l'Église romaine, réuni en vue de mettre fin au Grand Schisme qui divisait l'Occident depuis la double élection pontificale de 1378 et qu'un concile tenu à Pise, en 1409, n'avait pu réduire, puisqu'il avait élu un troisième pape sans parvenir à faire abdiquer les deux autres. L'initiative du concile de Constance, qui assembla près de quatre cents prélats et abbés, en […] Lire la suite

PRAGUE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 364 mots

Jusqu'au milieu du xiv e siècle, sans doute en raison de l'archaïsme de ses structures sociales, l'Europe centrale et orientale n'a pas eu d'université propre et ses étudiants devaient aller à Paris ou à Bologne. En 1347, Charles IV, roi des Romains et roi de Bohême, obtint du pape Clément VI la création d'une université complète à Prague, sa capitale, où existaient déjà des écoles d'arts et de t […] Lire la suite

PRAGUE QUATRE ARTICLES DE (juill. 1420)

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

L'exécution de Jean Hus à Constance, le 6 juillet 1415, déclenche la révolte de ses partisans contre l'Église romaine ; ils sont eux-mêmes divisés en extrémistes (taborites) et en plus modérés, « utraquistes » ou « calixtins » à cause de leur revendication de la communion par les laïcs sous les deux espèces du pain et du vin ( sub utraque specie ), cette dernière étant réservée aux clercs chez les […] Lire la suite

TABORITES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Tenant cette appellation du nom biblique de Thabor qu'ils avaient donné à leur camp retranché, au sud de Prague, les taborites formaient l'une des deux factions qui divisèrent la postérité spirituelle de Jan Hus dans le deuxième quart du xv e siècle. Opposés aux utraquistes ou calixtins, les taborites représentaient le parti hussite le plus radical. Première secte à s'inspirer des antiques guerre […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Époque hussite et posthussite »  : […] Ce fulgurant développement littéraire et culturel, lié à l'essor du royaume sous le règne des Luxembourg, est interrompu par le mouvement hussite. Phénomène rare, une nation entière s'embrase pour réaliser la parole de Dieu sur terre, brave pendant quinze ans l'Europe catholique, mais finit par sombrer dans un affrontement fratricide entre radicaux et modérés (1434) ! La primauté des questions rel […] Lire la suite

UTRAQUISTES ou CALIXTINS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 315 mots

Le plus modéré des deux partis entre lesquels se divisèrent les disciples de Jan Hus après leur lutte commune contre Rome et l'empereur germanique et après la promulgation des « Quatre Articles de Prague » (1420). À la différence de l'autre parti hussite, celui des taborites, qui adopta des positions radicales, les utraquistes ou calixtins (ces appellations évoquant leur attachement à l'usage du c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel LARAN, « HUS JAN (1370 env.-1415) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-hus/