FABRE JAN (1958- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Corps glorieux

Jan Fabre mène ensuite ses principales investigations sur le terrain du corps. Là, les pratiques plastiques et scéniques se distinguent en se complétant. En dehors d'une matérialisation du passage du jour à la nuit où se nouent les processus de disparition et d'apparition chers au plasticien, la série de dessins L'Heure bleue s'attache au support comme peau, à ses transformations et blessures survenant sous l'action du stylo. Cet intérêt pour le corps externe se retrouve dans la fascination exercée par les insectes, véritables représentants d'une mémoire originelle et symboles d'une métamorphose, qui marque la quintessence de son œuvre. Tel un orfèvre, Jan Fabre recouvre entièrement des objets avec la carapace de scarabées (Le Mur de la montée des anges, 1994). Celle-ci peut également s'assimiler aux armures portées par les danseurs.

La scène permet à Fabre de se centrer avant tout sur le corps vivant. Lors de performances, il sonde sa résistance physique et mentale en dessinant avec son sang (My Body, my Blood, my Landscape, 1978 ; Sanguis Mantis, 2001). Avec Je suis sang (2001), conte de fée médiéval spécialement conçu pour la cour d'honneur du palais des Papes lors du festival d'Avignon, il imagine un spectacle sur le corps interne, appréhendé dans sa dimension physique, mystique et emblématique qui se retrouve dans Quando l'Uomo principale è una donna (2004). Dans la majorité de ses créations, le corps des interprètes n'est pas seulement soumis à une discipline de fer, mais il lui faut aussi libérer ses instincts. La pulsion animale entre en conflit avec ce que Fabre nomme la « formalisation de l'être humain ». Cette ambivalence se retrouve particulièrement dans Parrots and Guinea Pigs (2002).Revenu en 2005 au festival d'Avignon, cette fois en tant qu'artiste associé, Jan Fabre a présenté L'Histoire des larmes et une recréation de Je suis sang Ces spectacles ont alors provoqué une vive polémique. D'autres créations ont suivi, telles que I am a Mistake (2007), Requiem für eine Metamorphose (2007), Prométhée Paysage II (2011) ou encore Tragedy of a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FABRE JAN (1958- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Propagation  »  : […] Très vite, la vitalité de la Jeune Danse gagne les pays voisins, et la Belgique prend le relais. Ainsi, tel un tourbillon, Anne Teresa de Keersmaeker déboule en 1983 avec Rosas danst Rosas et le plaisir de la musique qui est comme son élément naturel. Elle passe de Steve Reich ( Fase , 1982 ; Rain , 2001) à Béla Bartók ou entrelace Claude Debussy, Igor Stravinski et Georges Benjamin dans D'un […] Lire la suite

Les derniers événements

Belgique. Accusations de comportement inapproprié à l’encontre du chorégraphe Jan Fabre. 13 septembre 2018

La revue Rekto:Verso publie une lettre ouverte dans laquelle une vingtaine d’anciens collaborateurs du chorégraphe et metteur en scène Jan Fabre, dont une majorité de danseuses, accusent celui-ci de comportement « sexiste et inapproprié » et d’attitude humiliante à leur égard. Les syndicats dénoncent le harcèlement sexuel dans les arts du spectacle et préconisent l’institution de procédures de prévention au niveau fédéral. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Delphine JAUNASSE, « FABRE JAN (1958- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-fabre/