FABRE JAN (1958- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le laboratoire des arts

Jan Fabre ne cesse d'interroger les processus de création et de diffusion artistiques en s'attaquant au concept d'« art ». Ses premières « actions terroristes » se tournent contre les réseaux traditionnels de reconnaissance. À leur insu, il expose ses propres œuvres dans des musées (Wets-World project, 1979), dénonce, avec T. Art (1981), la prostitution de l'art et de l'artiste, ou encore s'attaque au discours de l'histoire de l'art en maltraitant des reproductions de maîtres (Ilad of the Bic-Art, 1981).

Il totalise les genres, disciplines et procédés artistiques, tout en situant sa recherche aux frontières mêmes de chaque catégorie, pour mieux en repousser les limites. Ses maquettes et modèles proviennent notamment de ses performances. Bon nombre de dessins s'allient avec la sculpture ou l'architecture : la façade du château de Tivoli est ainsi entièrement recouverte de dessins monochromes réalisés au stylo Bic bleu... Le dessin, pratiqué quotidiennement, reste la « pierre de touche » de tous ses projets qui, à partir de 1986, vont s'appuyer sur Troubleyn, structure de production destinée à s'augmenter bientôt d'un théâtre à Anvers.

Son théâtre, profondément visuel, naît et évolue selon le monde des arts plastiques. Dans C'est du théâtre comme il était à espérer et à prévoir (1982) et Le Pouvoir des folies théâtrales (1984), peinture, performance et dessin coexistent à différents degrés, remettant en question l'idée même de théâtre à travers certaines de ses composantes comme la répétition ou la représentation. Ils tendent dès lors à contaminer les structures de chaque création.

Avec The Minds of Helena Troubleyn, trilogie amorcée en 1990, la notion d'œuvre d'art totale est elle-même mise en scène. S'il confronte les arts entre eux, en stipulant leur autonomie, Jan Fabre cherche aussi à les déconstruire. Tout comme le « système opéra » est attaqué de l'intérieur au sein de Silent Screams, Difficult Dreams (1992), l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FABRE JAN (1958- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Propagation  »  : […] Très vite, la vitalité de la Jeune Danse gagne les pays voisins, et la Belgique prend le relais. Ainsi, tel un tourbillon, Anne Teresa de Keersmaeker déboule en 1983 avec Rosas danst Rosas et le plaisir de la musique qui est comme son élément naturel. Elle passe de Steve Reich ( Fase , 1982 ; Rain , 2001) à Béla Bartók ou entrelace Claude Debussy, Igor Stravinski et Georges Benjamin dans D'un […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Belgique. Accusations de comportement inapproprié à l’encontre du chorégraphe Jan Fabre. 13 septembre 2018

La revue Rekto:Verso publie une lettre ouverte dans laquelle une vingtaine d’anciens collaborateurs du chorégraphe et metteur en scène Jan Fabre, dont une majorité de danseuses, accusent celui-ci de comportement « sexiste et inapproprié » et d’attitude humiliante à leur égard. Les syndicats dénoncent le harcèlement sexuel dans les arts du spectacle et préconisent l’institution de procédures de prévention au niveau fédéral. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Delphine JAUNASSE, « FABRE JAN (1958- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-fabre/