WATT JAMES (1736-1819)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La genèse de la machine à vapeur

Né le 19 janvier 1736 à Greenock, en Écosse, James Watt est initié très tôt au travail du bois et du métal dans l’atelier de son père, charpentier constructeur de bateaux. Avant de mettre au point la machine à vapeur à haute pression qui fera sa renommée, James Watt tente de s’investir dans le commerce des instruments scientifiques. À l’âge de dix-neuf ans, il quitte l’Écosse pour Londres afin d’y trouver un maître pour l’initier à cette activité. Mais le milieu est fermé et, victime d’ennuis de santé, il revient à Glasgow pour s’installer, en 1756, comme constructeur d’instruments scientifiques, à l’université de cette ville. Il y entretient et restaure des instruments d’astronomie et de mathématiques, notamment un orgue et une machine à dessiner en perspective pour Joseph Black (1728-1799), chimiste, physicien et professeur de médecine au sein de cette université. La rencontre avec ce savant écossais, qui mettra en évidence la notion de « chaleur spécifique », est décisive pour Watt, qui commence déjà à s’intéresser à la machine à vapeur.

En 1759, il s’associe avec l’homme d’affaires John Craig pour monter un commerce au centre de Glasgow et fabriquer des instruments de physique, optique, astronomie, etc., ce qui se révélera très lucratif. Il poursuit en parallèle ses travaux sur la mécanique et c’est pendant l’hiver 1763-1764 que John Anderson (1726-1796), professeur de philosophie naturelle à l’université de Glasgow, lui demande de remettre en état un modèle de machine à vapeur mis au point par Thomas Newcomen (1664-1729). Cet événement constitue le point de départ de son activité d’innovateur. James Watt s’attache à améliorer le rendement de la machine en la dotant, en 1765, d’un condenseur séparé pour éviter les continuelles variations de température de l’ensemble cylindre-piston qui rendaient la « pompe à feu » de Newcomen fort gourmande en énergie. En effet, une quantité importante de la vapeur produite servait alors uniquement à réchauffer le cylindre, le reste seulement étant transformé en énergie mécanique. Le décès de Craig en 1765 précipite la reconversion de Watt, de constructeur d’instruments scientifiques en ingénieur civil et géomètre. Parallèlement, il poursuit ses travaux sur la machine à vapeur. Par l’entremise de Joseph Black, James Watt s’associe, en 1767, avec le chimiste et industriel John Roebuck (1718-1794), l’un des fondateurs des forges de Carron, situées entre Glasgow et Édimbourg, lui-même fort intéressé par le devenir des machines à vapeur. C’est grâce au soutien financier de Roebuck que Watt dépose en 1769 le brevet de son condenseur. Mais il consacre peu de temps à son invention jusqu’en 1774 car, pour gagner sa vie, Watt exerce son activité principale en tant qu’ingénieur sur les importants chantiers des canaux traversant l’Écosse d’est en ouest.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  WATT JAMES (1736-1819)  » est également traité dans :

MACHINE À VAPEUR DE WATT-BOULTON

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 221 mots
  •  • 2 médias

En 1775, le mécanicien écossais James Watt (1736-1819) s'associe à l'entrepreneur Matthew Boulton pour fabriquer, à partir de 1776, des machines à vapeur pour lesquelles il a déposé des brevets dès 1769. Reprenant le principe des premières machines de Thomas Newcomen (1712) – qui était lui-même associé à […] Lire la suite

CARTWRIGHT EDMUND (1743-1823)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 139 mots

Inventée par Watt en 1783, la machine rotative à vapeur devait trouver de multiples applications industrielles. L'inventeur anglais Cartwright, l'un des premiers, à partir de 1785, cherche à l'utiliser dans le tissage. Un mouvement continu, imposé au métier, assurera l'automatisme de certaines opérations : passage de la navette, tassement du peigne, progression de la chaîne. Cartwright construira […] Lire la suite

FONTE AU COKE

  • Écrit par 
  • Nicole CHÉZEAU
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

Au début du xviii e  siècle, la sidérurgie anglaise paraissait condamnée par un manque de charbon de bois causé par un déboisement intensif. Ce problème, vital, fut résolu par la mise au point par Abraham Darby (1678 ?-1717), dès 1709, d'un nouveau combustible à haut pouvoir calorifique, le coke, obtenu par pyrolyse du charbon minéral. Après 1780, l'usage du coke dans les hauts-fourneaux se généra […] Lire la suite

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN
  •  • 11 833 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La technologie de la houille : le fer et la machine à vapeur »  : […] La métallurgie anglaise avait à son actif, comme les textiles, un savoir-faire et des productions diversifiés, mais se trouvait confrontée au xviii e  siècle, en regard d'une demande croissante, à une pénurie relative de combustible : l'épuisement des forêts se traduisait par la hausse du prix du bois, donc aussi du charbon de bois servant de combustible dans les hauts-fourneaux ; d'où une dépend […] Lire la suite

ROBOTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 709 mots

ii e  siècle avant J.-C. Héron d'Alexandrie, dans son traité sur les Automates , décrit de nombreux appareils utilisant cames, leviers et contrepoids, qui constituent à la fois des divertissements et des exploits mécaniques pour les techniciens de l'Antiquité hellénistique. 1725-1734 Basile Bouchon et Jean-Baptiste Falcon mettent au point, pour les machines textiles, un système de commande mécan […] Lire la suite

TECHNIQUES HISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 7 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Le siècle des Lumières et de la machine à vapeur »  : […] Plus que le point de départ de l'âge industriel, le travail herculéen qu'a représenté l' Encyclopédie de Diderot (publiée de 1751 à 1772) constitue une prodigieuse table des matières des techniques classiques alors à leur maturité. La forêt, principal fournisseur de matériau combustible avant l'expansion des techniques minières, est l'objet d'une intense exploitation depuis le Moyen Âge. Le déboi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « WATT JAMES - (1736-1819) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-watt/