BAXTER JAMES K. (1926-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

James K. Baxter est un des plus célèbres poètes néo-zélandais. Remettant en cause la société et choisissant de conduire une vie en marge, il jouissait d'une grande maîtrise de la versification et de l'image poétique.

James Keir Baxter naît le 29 juin 1926 à Dunedin, dans l'île du Sud. Après avoir suivi un cursus ponctué d'interruptions, il publie en 1944, sous le titre Beyond the Palisade, ses premiers textes qui retiennent aussitôt l'attention. Blow, Wind of Fruitfulness (1948), recueil en apparence moins intéressant, se révèle en réalité plus abouti. Dans son premier ouvrage critique, Recent Trends in New Zealand Poetry (1951), Baxter affiche une maturité que confirme l'année suivante sa participation au volume collectif Poems unpleasant. Parmi les recueils de poésie qui suivent, citons The Fallen House (1953), Iron Breadboard (1957), où il parodie dix-sept poètes néo-zélandais, Pig Island Letters (1966), Jerusalem Sonnets (1970) et Autumn Testament (1972), ces deux derniers, particulièrement important, rendant compte des années passées au sein d'une communauté maorie. Avec Jerusalem Sonnets, l'écrivain crée par ailleurs une forme de sonnet particulier, composé de quatorze pentamètres non rimés organisés en distiques. Il publie également l'étude Aspects of Poetry in New Zealand (1967). James K. Baxter meurt cinq ans plus tard, le 22 octobre 1972, à Auckland. Ses Collected Poems paraissent à titre posthume en 1979, suivis de ses Collected Plays en 1982.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  BAXTER JAMES K. (1926-1972)  » est également traité dans :

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 866 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De « l'homme seul » à la création poétique »  : […] Outre Katherine Mansfield, la fiction néo-zélandaise est fortement marquée par la figure de Frank Sargeson (1903-1982) qui, dès les années 1930, publie des nouvelles elliptiques qui privilégient le point de vue d'un homme fruste, dont la langue allusive et limitée suggère plutôt qu'elle n'exprime une émotivité jalousement contenue. Le contraste entre la violence des faits racontés et l'apparent dé […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BAXTER JAMES K. - (1926-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-k-baxter/