JOYCE JAMES (1882-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un monde de mémoire

Il naquit dans la banlieue sud de Dublin ; son père, héritier de bourgeois aisés, ne s'entendit jamais qu'à dépenser l'argent, d'où qu'il pût lui être venu, et particulièrement à le boire. Mais il avait le génie oral de Dublin, la verve, l'humour, l'agilité expressive. S'il fit le malheur des siens, il fascina son fils, et il hante l'œuvre dont, par l'insécurité fondamentale où il fit vivre James, il est la cause première. Au-delà des années d'humiliation et d'indigence, le fils imita le père dans l'inadaptation sociale, l'intempérance et le gaspillage. Il ajouta l'exil : il quitta Dublin en 1904 pour Trieste où il enseigna à l'école Berlitz, puis Zurich, refuge de guerre, puis Paris, de 1920 à 1939, enfin de nouveau Zurich où il mourut. Le choix de l'exil s'assortissait d'un paradoxe : en esprit, il ne devait jamais quitter sa ville natale.

Les événements de la vie de Joyce qui l'ont assez frappé pour être l'objet d'une prise de conscience se trouvent dans une œuvre qui, depuis 1904, est au premier chef une quête de soi-même, généreusement autobiographique, poursuivie du premier Portrait of the Artist (1904) jusqu'à Ulysse (1922) en passant par Dubliners (Gens de Dublin), écrit de 1903 à 1906, Stephen Hero (Stephen le héros), de 1904-1907, et A Portrait of the Artist as a Young Man (Dedalus), écrit de 1907 à 1914. On a dit que Stephen Dedalus n'était pas James Joyce, et certes il s'agit de « fictions » ; et, se fût-il agi d'autobiographie pure, l'image du moi dans la conscience est déformée. Vérité subjective et sélective ! Mais qu'est-ce que la vérité objective d'une personnalité ? Son frère le décrit aussi sportif qu'enjoué, mais un camarade le revoit tapant sur le ballon comme une fille : cela importe-t-il ? L'humour, sinon la gaieté, absents de Dedalus, il est assez clair que l'auteur d'Ulysse et de Finnegans Wake (1939, La Veillée de Finnegan) n'en manque pas et ne s'en cache pas. Il faut assumer Joyce tout entier, après avoir souligné qu'en tout cas la fidélité à l'événement de Stephen le héros puis de Dedalus est singulière.

1904 est vraiment, dans la vie et la carrière de Joyce, l'année charnière. Quant à la vie, on pourrait dire que c'est l'année finale, et que désormais Joyce va s'établir, pendant près de quarante ans, dans un monde de mémoire. En 1904, il publia une première esquisse de quelques pages, Portrait of the Artist, projection presque mythologique de lui-même, que suffit à éclairer le symbole central de la bête aux abois, cornes baissées, devant la meute : en face du seul – premier et dernier – groupe social auquel il ait appartenu, c'est ainsi que se voit Joyce. Son égotisme est énorme. Il l'incarnera dans l'ouvrage qu'il commence alors et dont, en 1906, il écrira à son éditeur qu'il a composé près de mille pages, mais qu'il ne voit pas trop comment le continuer : Stephen le héros. Ce qui reste de ce manuscrit en partie jeté aux flammes suffit à donner une idée de l'ensemble : ce sont les années d'université. Stephen s'y montre déjà arrogant, solitaire, soupçonnant les amis, plus encore la femme fausse, et refusant l'amour. D'autre part, avant de donner une œuvre, en bon scolastique, il en pose les principes et il ébauche une esthétique. Nous retrouverons la théorie de l'épiphanie. Avant de venir à Dubliners, il faut se pencher sur Portrait of the Artist as a Young Man parce que cette seconde version de Stephen le héros, récrit pour recevoir, au lieu d'évocation sérielle, une structure significative et une texture distanciée, c'est la formation de Joyce vue par Joyce. Ce Portrait remonte jusqu'à la source et à la naissance d'une âme, jusqu'aux jours heureux où l'enfant, tant la chaleur des siens l'entourait, sentait à peine qu'il était venu au monde, c'est-à-dire à la séparation. Ce qui suit est la montée, par conflits et déchirements, de la déréliction et de l'insécurité, c'est la fin de la paix qui était aussi un sommeil, c'est la forge d'une conscience.

Les conflits sont de partout, mais est-il pays où ils aient été plus âpres et plus quotidiens que dans cette île où l'histoire s'est ingéniée à multiplier le malheur par la division ? « Ne joue pas avec cette petite, car elle est protestante et tu irais en enfer ! » : cela n'empêche pas les amours enfantines, mais les marque de culpabilité et prépare les refoulements. Dans une même famille, les hommes sont patriotes et parnelliens, les femmes ont été requises par leur clergé de maudire le politicien adultère. Et le festin de Noël se mue en traumatisme.

L'école, c'est la solitude parmi les autres et le début de la conscience de solitude, c'est le premier monde où l'on est jeté sans clés ni indices, où les autres sont déjà un mystère que l'on pressent noir sans comprendre. Solitude encerclée déjà, car les autres sont ensemble, solitude humiliée déjà avec ce père douteux, et l'insécurité commence avec l'humiliation pressentie. Vient la première injustice, les coups de règle sur les doigts, qu'on n'a pas mérités, et le visage sinistre et cruel du bourreau, penché contre soi. Il ne sera plus seul dans la solitude, mais avec les héros-victimes, depuis le Christ jusqu'à Parnell. Il s'oriente vers une pose de solitude.

La famille ruinée, la belle école quittée, c'est un entracte de rêveries romanesques, érotiques déjà, où une imagination qui se cherche pare la fillette admirée des grâces symboliques de la Vierge : turris eburnea, c'est la blancheur de ses mains ; domus aurea, ce sont ses blonds cheveux. Le passage d'un symbolisme à l'autre pourra être inversé ; il tendra, entre sacré et profane, à l'ambivalence.

Quand il retrouve une école, comment ne s'entendrait-il pas dire bientôt que sa composition fleure l'hérésie, comment les camarades n'attrouperaient-ils pas leurs conformismes, jusqu'à la persécution, jusqu'aux coups de badine sur les jambes, contre le petit rebelle, dont le poète favori est Byron ? Il y a une logique de l'orgueil et de la rétraction. L'attrait des filles à son tour se nuance de soupçon. Aimer, c'est perdre l'avantage, c'est devenir vulnérable, c'est dépendre du mystère indéchiffrable de l'autre. Il n'est encore qu'un écolier, mais il ne s'y laissera pas prendre.

En péril d'hérésie, il est pourtant trop brillant pour n'être pas encouragé, distingué, et devient préfet de la confrérie de la Vierge. Par malheur, au même moment il cesse d'être vierge ; et c'est alors que la conscience à peine éveillée entre dans sa phase la plus violemment dramatique : une retraite, marquée par une prédication faite dans le style, cruellement efficace sur les imaginations, de la composition de lieu, précipite l'âme pécheresse, d'abord dans les horreurs convenues de l'enfer pour tous, ensuite dans celui qu'il s'invente, lieu immédiat et sinistre d'ordures, de puanteurs, de bêtes se mouvant sournoisement dans la grisaille des mauvais rêves de saint Antoine.

Steph [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JOYCE JAMES (1882-1941)  » est également traité dans :

ULYSSE, James Joyce - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 898 mots
  •  • 1 média

L'année de la parution du poème de T. S. Eliot, La Terre vaine (1922), parut Ulysse de l'écrivain irlandais James Joyce (1882-1941), autre tournant majeur de la révolution moderniste. Rédigé entre 1914 et 1921, de Trieste à Zurich, de Zurich à Paris, il fut d'abord publié dès 1921 sous forme de […] Lire la suite

BEACH SYLVIA (1887-1962)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 606 mots

Sylvia Beach fut, avec Adrienne Monnier, l'une des grandes figures de la vie littéraire parisienne, en particulier dans les années 1920, lorsque sa librairie offrait aux écrivains expatriés un lieu de rencontre et accueillait les auteurs français qui découvraient un nouveau continent, la littérature américaine. Née le 14 mars 1887 à Baltimore (Maryland), Sylvia Woodbridge Beach fréquente peu l'éc […] Lire la suite

BECKETT SAMUEL

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 4 806 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'emploi du temps »  : […] Parmi les influences qui ont pu s'exercer sur Beckett, celle de Proust – auquel il consacre un essai en anglais dès 1931 – n'est sans doute pas la moins forte. Certes, Joyce pourra un temps subjuguer son cadet, qui fut son ami et son secrétaire, et continuer à long terme de hanter son esprit (notamment lorsqu'il s'agit pour Beckett de mettre en scène la relation de l'homme au langage). Mais, avec […] Lire la suite

BURGESS ANTHONY (1917-1993)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 1 000 mots

En 1971, Anthony Burgess connut pour la première fois la grande notoriété lorsque fut porté à l'écran (par Stanley Kubrick) le roman Orange mécanique ( The Clockwork Orange ) qu'il avait publié en 1962 et qui reste sans doute son plus brillant exploit. C'est une fable anti-utopique dans la tradition anglaise qui va de Swift à Huxley : des gangs de jeunes terrorisent la population d'une ville qui […] Lire la suite

DUJARDIN ÉDOUARD (1861-1949)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 126 mots

Écrivain, essayiste, poète et ami de Mallarmé, connu surtout pour son roman Les lauriers sont coupés (1887), où il emploie pour la première fois le « monologue intérieur », procédé tout à fait nouveau d'expression psychologique, repris par Joyce dans Ulysse . Dujardin a été associé au mouvement symboliste dès son origine, et a publié des poèmes en vers libres, des pièces de théâtre symbolistes et […] Lire la suite

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 323 mots
  •  • 5 médias

On connaît ce cliché de James Joyce qui le montre négligemment appuyé sur une rambarde à Trieste, la mer à ses pieds. Faut-il que la stature de ce géant de l'écriture moderne ait à ce point marqué le xx e  siècle pour que notre époque apparaisse par excellence comme le temps de l'exil ? Sont-ce là nos « Lumières » déclinantes ? Notre « Humanisme » à bout de souffle ? Et surtout est-ce bien, comme […] Lire la suite

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les degrés de la comparaison »  : […] L'utilisation de la comparaison est si diverse, et son utilité si multiple qu'il serait long et fastidieux de procéder à une énumération. Mieux vaut se contenter d'esquisser une possible gradation. Ce sera tout d'abord, dans un travail de littérature comparée au sens étroit du terme, la confrontation d'un texte et de son modèle littéraire. L'étude de la traduction passe nécessairement par la compa […] Lire la suite

MONOLOGUE INTÉRIEUR

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

Technique littéraire qui a joué un rôle important dans le renouvellement du roman au xx e siècle. Rendu fameux par l'usage magistral qu'en a fait James Joyce dans Ulysse (1922), le monologue intérieur (l'expression, dans son sens actuel, a été introduite par Valery Larbaud) a immédiatement suscité d'interminables et persistantes controverses portant sur sa nature exacte et sur son origine. Fau […] Lire la suite

PERFORMANCE, art

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 19 226 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Performer et transformer : Marcel Duchamp »  : […] Prenons l'exemple le plus clair d'une performance cagienne : l'exécution, au Maverick Hall de Woodstock en 1952, par David Tudor au piano, de la pièce silencieuse qui a rendu célèbre le nom de John Cage, 4′33″ . Igor Stravinski, on le sait, eut beau jeu de proclamer qu'il souhaitait entendre, du même compositeur, des pièces identiques mais si possible plus longues... Réaction de musicien ! Mais so […] Lire la suite

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 702 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] Quand on étudie comment les sociétés vivent, s'expriment dans le romanesque, il faut d'abord se garder de tout sociologisme. Nul roman, même l'œuvre de Balzac, ne donne du social une image innocente ou totale. La description sociologique due aux romanciers dépend du statut idéologique des groupes sociaux qu'ils mettent en scène. Stendhal se distingue d'un romancier « romantique » par la lucidité a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Jacques MAYOUX, « JOYCE JAMES - (1882-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-joyce/