ELLROY JAMES (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une histoire de l'Amérique

Avec American Tabloid (1995) débute un cycle encore plus ambitieux que le précédent. Los Angeles, ville du Mal, est abandonnée au profit d'un gigantesque projet : raconter l'histoire de l'Amérique du crime de 1958 à 1972, années durant lesquelles corruption, chantages, manipulations et assassinats politiques furent la règle d'or du système. Quatre personnages, Pete Bondurant (ex-marine), Kemper Boyd et Ward J. Littell (F.B.I.), John Stanton (C.I.A.), sont au centre d'un récit épique et foisonnant, raconté à quatre voix. Ce premier épisode relate entre autres l'invasion manquée de Cuba, dite opération de la baie des Cochons (financée par la mafia), l'élection du président John Kennedy (soutenu par la mafia). Le récit s'achève le 22 novembre 1963, alors qu'un contrat vient d'être lancé contre le président des États-Unis. Tout naturellement, c'est par l'assassinat de celui-ci, perpétré à Dallas, ce même jour, que s'ouvre American Death Trip (2001), un livre de 859 pages, et le second épisode de la trilogie, publié à l'époque en première mondiale en France. Cet assassinat, Ellroy le reconstitue en s'appuyant sur sa thèse personnelle selon laquelle il y avait deux tireurs, et en entremêlant des faits historiques réels avec sa propre fiction, et sa propre vision de la société américaine. Pour la première fois apparaissent trois femmes jouant un rôle important puisqu'elles conduisent les personnages centraux masculins sur le chemin du remords et de la rédemption et apportent une parcelle d'humanité à cette superbe épopée. Underworld USA (2010) vient clore la trilogie. Dans ces trois romans, l'écriture, d'un behaviorisme exacerbé, aboutit à une forme totalement maîtrisée : phrases courtes, souvent sans verbe, descriptions réduites au minimum, nombreux dialogues, extraits d'articles de presse, d'écoutes téléphoniques, soit une masse considérable d'informations.

Avec son goût pour la démythification de l'Amérique, son sens de la tragédie épique et son style si personnel, James Ellroy se révèle l'écrivain le plus novateur du roman noir moderne. Il le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ELLROY JAMES (1948- )  » est également traité dans :

LE DAHLIA NOIR (B. de Palma)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 018 mots

Il y a entre le cinéma et le célèbre fait-divers non élucidé du « Dahlia noir », romanesque et sanglant, un flirt inabouti dont le beau film de Brian De Palma préserve la singularité. En 1947, la police de Los Angeles découvre le cadavre mutilé, vidé de ses organes, d'une starlette, Elizabeth Short, surnommée le Dahlia noir. Le décor, le milieu, le mystère, les personnages qui gravitaient autour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dahlia-noir/#i_97691

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution du genre aux États-Unis »  : […] La vague du récit hard- boiled domine encore durant les années 1950 avec une foule d'histoires de détective privé. Mais après guerre, face à la progression importante de la délinquance et de la criminalité, la police apparaît pour la majorité des citoyens comme la seule protection efficace dans la jungle urbaine. Cet état d'esprit favorise la naissance du police procedural (procédure policière), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_97691

Pour citer l’article

Claude MESPLÈDE, « ELLROY JAMES (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-ellroy/