ELLROY JAMES (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mystères de Los Angeles

Si James Ellroy figure aujourd'hui parmi les meilleurs auteurs de romans noirs du monde – sinon le meilleur – il le doit d'abord à son travail. Car, durant son enfance, le destin qui tient une si grande place dans son œuvre ne l'a guère épargné. Il naît le 4 mars 1948 à Los Angeles, d'un père comptable pour les studios d'Hollywood et d'une mère infirmière. À l'âge de six ans, ses parents divorcent. Le petit James va vivre seul avec une mère alcoolique et aux liaisons multiples. Quatre ans plus tard, c'est le drame qui le marquera à jamais : le 22 juin 1958, au retour d'une visite chez son père, la police lui apprend que sa mère a été découverte étranglée dans des buissons, près d'un terrain de sport. Son meurtrier ne sera jamais retrouvé. Confié à un père dont le seul conseil prodigué fut : « Séduis toutes les serveuses que tu peux rencontrer », Ellroy côtoie bientôt la délinquance, la drogue et l'alcool. Il dort dans les parcs de la ville ou en prison, lorsqu'il se fait prendre à cambrioler de riches villas. Cette dérive dure pendant plus de dix ans. Jusqu'en 1977 où, hospitalisé pour une double pneumonie, il s'entend dire par un médecin : « Vous avez le choix : où vous arrêtez vos bêtises ou vous mourrez ».

Dès lors, ayant choisi de vivre, James Ellroy stoppe l'alcool et, devenu sobre à vingt-neuf ans, décide de trouver son salut dans l'écriture. Grand connaisseur de films et de romans de ces privés « durs-à-cuire » qu'il a dévoré par centaines durant ses années d'errance, admirateur de l'œuvre de Dashiell Hammett dont il est capable de réciter des pages entières, il décide d'écrire des romans noirs pour « asséner un grand coup sur le museau de la tragédie » (in The Armchair Detective, vol. 17, no 2, 1984) et avec l'ambition affichée de devenir le plus important écrivain du genre. Ainsi, à trente-trois ans, il publie son premier livre, Brown's Requiem (1981). Si son personnage reste classique – Fritz Brown, un ancien flic devenu détective privé, chargé de récupérer les voitures impayées – [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ELLROY JAMES (1948- )  » est également traité dans :

LE DAHLIA NOIR (B. de Palma)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 018 mots

Il y a entre le cinéma et le célèbre fait-divers non élucidé du « Dahlia noir », romanesque et sanglant, un flirt inabouti dont le beau film de Brian De Palma préserve la singularité. En 1947, la police de Los Angeles découvre le cadavre mutilé, vidé de ses organes, d'une starlette, Elizabeth Short, surnommée le Dahlia noir. Le décor, le milieu, le mystère, les personnages qui gravitaient autour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dahlia-noir/#i_97691

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'évolution du genre aux États-Unis »  : […] La vague du récit hard- boiled domine encore durant les années 1950 avec une foule d'histoires de détective privé. Mais après guerre, face à la progression importante de la délinquance et de la criminalité, la police apparaît pour la majorité des citoyens comme la seule protection efficace dans la jungle urbaine. Cet état d'esprit favorise la naissance du police procedural (procédure policière), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_97691

Pour citer l’article

Claude MESPLÈDE, « ELLROY JAMES (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-ellroy/