BROWN JAMES (1928 ou 1933-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« I'm Black and I'm Proud »

Né à Barnwell, en Caroline du Sud, le 3 mai 1933 (selon ses dires, mais en 1928, d'après certains de ses biographes), James Joseph Brown grandit à Augusta, en Georgie, dans un Sud rural où la ségrégation raciale fait rage. Il est si pauvre qu'il sera renvoyé de l'école primaire pour « insuffisance vestimentaire », expérience qu'il n'oubliera jamais et qui peut expliquer son penchant, à l'âge adulte, pour les manteaux en hermine, les combinaisons en velours, les capes recherchées et les bijoux en or très voyants. Des voisins lui apprennent la batterie, le piano et la guitare. Il découvre les gospels à l'église et dans les assemblées revivalistes sous tente (tent revivals), où les prédicateurs crient, hurlent, tapent des pieds, tombent à genoux pour exciter les fidèles. Bien qu'il manifeste un réel talent de chanteur dans des spectacles locaux, une carrière de joueur de base-ball ou de boxeur l'attire alors plus que la musique.

À l'âge de quinze ans, Brown est arrêté pour vol de voitures. Condamné à une peine de huit à seize ans de prison, il est relâché trois ans plus tard pour bonne conduite. Il forme un quatuor de gospels, The Flames (qui prendra en 1956 le nom de James Brown And The Famous Flames), qui attire l'attention du chanteur de rhythm and blues et de rock and roll Little Richard, dont le manager, Clint Brantley, aide à promouvoir le groupe. Intrigué par son disque de démonstration, Ralph Bass, directeur artistique de King Records, fait venir le groupe à Cincinnati, dans l'Ohio, afin qu'il enregistre pour la filiale Federal de King Records. Le propriétaire du label, Syd Nathan, déteste le premier enregistrement de Brown, Please, Please, Please (1956), mais le disque va rapidement se vendre à trois millions d'exemplaires et lancer la carrière de James Brown, qui franchit une étape considérable avec deux albums enregistrés en public : Live at the Apollo (1963 ; enregistrement du show donné le 24 octobre 1962 à l'Apollo de New York), qui reste pendant soixante-six semaines au hit-parade, et Pure Dynamite ! Live at the Royal (1964), qui figure au hit-parade pendant vingt-deux semaines.

C'est durant les années 1960 qu'il acquiert le surnom de « Soul Brother Number One ». Ses succès discographiques de ces années ont souvent été associés à l'émergence de ce qu'il est convenu d'appeler la « révolution noire » et aux luttes pour les droits civiques, notamment les chansons Say It Loud-I'm Black and I'm Proud (1968), qui devient l'hymne du Black Power, Don't Be a Drop-Out (1966) et I Don't Want Nobody to Give Me Nothin' (Open Up the Door, I'll Get It Myself), en 1969. Les politiques font appel à lui pour ramener l'ordre dans les ghettos noirs frappées par les émeutes et recherchent son appui. C'est en 1965 qu'il enregistre les fameux Papa's Got a Brand New Bag et I Got You (I Feel Good). Son style funky commence à influencer profondément des interprètes comme Sly and the Family Stone, les Temptations ou Miles Davis (avec notamment le célèbre Bitches Brew de1969).

Dans les années 1970, les chansons de James Brown – qui est devenu le « Godfather of Soul » – vont contribuer à la vogue de certaines danses et figurer dans les bandes sonores de plusieurs films de « blaxploitation » (contraction de black exploitation), films d'action, à sensation, à petits budgets, avec des protagonistes afro-américains. Lorsque le hip-hop s'impose commercialement dans les années 1980, les tubes de James Brown occupent à nouveau le centre de la scène car les disc-jockeys de hip-hop font souvent usage d'« échantillons » (samples : courts fragments) de ses disques. James Brown apparaît également dans plusieurs films, notamment The Blues Brothers de John Landis (1980), où il côtoie Cab Calloway et Ray Charles, et Rocky IV de Sylvester Stallone (1985), et devient une célébrité mondiale, particulièrement en Afrique, où ses tournées attirent des foules immenses et donnent lieu à de nouvelles fusions musicales. En 1986, il publie une autobiographie, rédigée avec l'aide de Bruce Tucker, James Brown. The Godfather of Soul. Mais les difficultés continuent à marquer la vie d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur d'ethnologie à l'université de Californie à San Diego

Classification

Autres références

«  BROWN JAMES (1928 ou 1933-2006)  » est également traité dans :

KING RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 336 mots

Propriétaire d'un magasin de disques, Syd Nathan fonde King Records à Cincinnati (Ohio) en 1943 et implante ses bureaux au bord de la rivière Ohio. Le studio de Syd Nathan se spécialise dans les artistes de country qui viennent en ville pour se produire dans le programme Midwestern Hayride sur les ondes de la station WLW ainsi que dans les chanteurs et groupes noirs itinérants qui font escale dan […] Lire la suite

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 701 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La pop music américaine »  : […] Le public noir américain ne se sent pas concerné par l'agitation pop. Il réclame sa propre musique, la soul music (« musique de l'âme » ; aux États-Unis, soul est un adjectif passe-partout, la nourriture peut en être qualifiée : soul food ). Deux marques de disques, avec deux « sons » ( sound ) très différents, enregistrent cette soul music. Atlantic crée quelques labels destinés aux Noirs : Sta […] Lire la suite

PRODUCTEUR DE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Florent MAZZOLENI
  •  • 7 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Syd Nathan et King Records »  : […] Hypocondriaque et juif dans une Amérique blanche, pleine d’allant et protestante, le producteur Syd Nathan (1904-1968) a toujours su vaincre l’adversité. Cet ancien vendeur de meubles et quelques autres entrepreneurs indépendants ont favorisé l’émergence du rhythm and blues, juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Originellement consacré à la musique « country, folk et bluegrass », le l […] Lire la suite

SOUL

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 535 mots
  •  • 1 média

Issue du gospel, du blues et du rhythm and blues, la soul music fait connaître les grandes voix de la communauté noire américaine, comme Ray Charles , Otis Redding et Aretha Franklin. C'est à l'église que la plupart des chanteurs noirs de l'après-Seconde Guerre mondiale ont appris les rudiments de la technique vocale. Les racines de la soul music sont les ring* shouts, les negro spirituals et les […] Lire la suite

SOUL MUSIC

  • Écrit par 
  • Gérard HERZHAFT
  •  • 1 720 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diffusion et diversités »  : […] Après des précurseurs audacieux comme Sam Cooke et, principalement, Ray Charles, les nouveaux prédicateurs de l'âme noire, les grandes vedettes de la soul de l'Amérique post-ségrégationniste sont Otis Redding, Wilson Pickett et, surtout, James Brown, qui, dès 1955 – et au même moment que Ray Charles et de son I Got a Woman  – plaque des paroles profanes sur un thème de Gospel ( Please, Please, Ple […] Lire la suite

That's life, BROWN (James)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 461 mots

Figure emblématique de la musique populaire et symbole de la fierté des Afro-Américains, James Brown (né, selon ses dires, en 1933, mais, selon certains de ses biographes, en 1928 et mort en 2006) peut se targuer d'avoir traversé les différentes phases de la musique électrique noire en les marquant du sceau de son génie. Naissant musicalement dans le gospel des années 1950 puis passant du rhythm a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

George LIPSITZ, « BROWN JAMES (1928 ou 1933-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/james-brown/