JACQUES VINGTRAS, Jules VallèsFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'itinéraire d'un réfractaire

L'Enfant évoque, au temps de la monarchie de Juillet, le décervelage d'une éducation contraignante, entre une mère avare et soucieuse d'honorabilité, figure rigoureuse de la loi, et l'image déficiente d'un père enseignant, complice du système répressif scolaire en même temps qu'humilié par cette même machine. « Ma Mère », « La Famille », « Le Collège », « La Petite Ville », autant de chapitres qui initient le lecteur à la vie provinciale. Face à l'univers étriqué de sa famille, Jacques trouve dans la vie des humbles (paysans et ouvriers), dans la lecture et l'évasion dans la nature, ses seules lignes de fuite. Du Puy à Paris où s'achève ce roman, l'histoire de Jacques Vingtras est celle d'une victime. On a ici affaire à un roman d'apprentissage négatif, où une famille de la petite bourgeoisie préfigure l'enfer social. Face à elle, cependant, la question du bonheur et de la rédemption reste encore possible.

Le Bachelier poursuit la chronologie. Contre toute attente, le livre débute après juin 1848 pour se déployer pendant le second Empire en s'achevant sur la mort du père. Vallès s'est autocensuré après la publication de L'Enfant, et cette œuvre, comme le souligne Roger Bellet, peut apparaître moins forte que les autres. Elle n'en reste pas moins le roman de la défaite de la génération de 1848, condamnée à la misère sociale. Vallès donne ici un témoignage d'une lucidité étonnante. Le titre pourrait laisser entendre qu'une étape initiatique est franchie vers l'intégration sociale de Jacques Vingtras. En fait, Le Bachelier est le roman du désenchantement. Celui qui voit toute une génération lettrée, promise à devenir une élite, plongée dans un même déclassement social, tout en étant incapable de rejoindre la condition ouvrière. Murger a écrit le récit mythique de ces années dans ses Scènes de la vie de bohème (1848). Mais pour Vallès, adversaire virulent du sentimentalisme de l'auteur du Pays latin, la bohème est d'abord l'histoire d'une génération perdue. La bohème, c'est le prolétariat intellectuel qui, menacé par le spectre du chômage et la névrose d'échec, vit au jour le jour de petits travaux de journalisme, d'édition, de publicité, abandonnant classiques grecs et latins pour devenir employé aux écritures dans les administrations. Paris, la rue, la vie des cafés, les cénacles se juxtaposent à la ville négative – celle des affaires louches, de la prostitution, de la compromission, que seule peut conjurer l'ironie et la blague « artiste » pour les uns, l'idée et la Révolution pour les autres.

Dans un de ses textes, le philosophe mondain Elme Caro avait accusé la bohème d'avoir fomenté la Commune. Vallès fait succéder au Bachelier L'Insurgé, comme pour mettre en évidence un rapport de cause à effet. Ce dernier volume couvre la période 1860-1871. Il débute avec les funérailles de Murger et la publication de l'article Les Réfractaires. C'est le roman de l'espoir et de l'échec, celui du Paris de la guerre franco-prussienne, et bientôt du Paris insurgé. C'est aussi le roman de la révolution populaire, généreuse et spontanée, que Vallès dicte ici à Séverine et dont on perçoit parfois presque le souffle, tant il enveloppe son lecteur dans l'action de l'Histoire. Vallès croque sur le vif des portraits aussi inspirés que ceux du dessinateur André Gill, opposant la foi révolutionnaire des uns à l'opportunisme des autres, et optant délibérément pour les blouses contre les redingotes.Voici par exempleÉmile de Girardin : « Me voici enfin devant lui./ Quel visage blafard ! quel masque de pierrot sinistre !/ Une face exsangue de coquette surannée ou d'enfant vieillot, émaillée de pâleur, et piquée d'yeux qui ont le reflet cru des verres de vitres !/ On dirait une tête de mort, dont un rapin farceur aurait bouché les orbites avec deux jetons blancs, et qu'il aurait ensuite posée au-dessus de cette robe de chambre, à mine de soutane, affaissée devant un bureau couvert de papiers déchiquetés et de ciseaux les dents ouvertes./ Nul ne croirait qu'il y a un personnage là-dedans ! » L'Insurgé se termine sur le retour des Versaillais, dans la fièvre des exécutions sommaires et la pourriture des corps décomposés. Jacques Vingtras s'expatrie, dans l'espoir de poursuivre un jour son combat, avec la certitude q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JACQUES VINGTRAS, Jules Vallès  » est également traité dans :

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sacre ambigu de l’écrivain »  : […] Chaque siècle nourrit sa figure de l’esprit. C’est peut-être l’homme de lettres pour le xvii e  siècle, le philosophe pour le xviii e  siècle, l’intellectuel pour le xx e  siècle. C’est en tout cas l’écrivain pour le xix e siècle. Le sacre de l’écrivain, selon l’expression heureuse de Paul Bénichou, désigne l’apparition d’une nouvelle instance dans la société, une nouvelle législature de l’esprit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Didier WAGNEUR, « JACQUES VINGTRAS, Jules Vallès - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-vingtras/