TOURNEUR JACQUES (1904-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un maître du fantastique

Jacques Tourneur, né en France en 1904, deviendra citoyen américain en 1919. Il commence cependant sa carrière de cinéaste en France avec quatre films (1931-1934), avant de se rendre aux États-Unis, où il lui faut faire ses preuves en réalisant une série de courts-métrages et deux moyens-métrages, ces derniers consacrés au personnage de Nick Carter (1934-1941). Sa chance est ensuite de travailler pour la R.K.O. sous la supervision de Val Lewton. Dans l'unité de production de ce dernier, il va, ainsi que d'autres jeunes réalisateurs (Robert Wise, Mark Robson...), tourner un ensemble de films que l'on peut qualifier de « fantastiques » et qui marqueront un changement par rapport aux films « gothiques » de la Universal des années 1930 : chez lui, il n'y a plus de créatures archétypiques (Dracula, le monstre de Frankenstein, la Momie ...) ni d'effets chocs. La contribution de Tourneur consiste ici en trois films qui sont trois chefs-d'œuvre : Cat People (La Féline, 1942), I Walked with a Zombie (Vaudou, 1943) et The Leopard Man (L'Homme-léopard, 1943).

Sa carrière, par la suite, comme celle de beaucoup de réalisateurs hollywoodiens, se partage entre les genres majeurs du système (à l'exception de la comédie musicale, ou de la comédie tout court) comme le western (Canyon Passage [Le Passage du canyon] 1946 ; Way of a Gaucho [Le Gaucho] 1952 ; Wichita [Un jeu risqué] 1955 ; Great Day in the Morning [L'Or et l'amour] 1956), le film « noir » (Out of the Past [La Griffe du passé] 1947), le film de cape et d'épée (The Flame and the Arrow [La Flèche et le flambeau] 1950 ; Anne of the Indies [La Flibustière des Antilles] 1951), le film politique (prosoviétique et anticommuniste, respectivement Days of Glory, 1944 ; et The Fearmakers, 1958), le drame psychologique avec Experiment Perilous (Angoisse, 1944), etc. Il ne reviendra au [...]

La Griffe du passé, de J. Tourneur, 1947

La Griffe du passé, de J. Tourneur, 1947

Photographie

Robert Mitchum et Jane Greer dans «La Griffe du passé» (1947), de Jacques Tourneur. 

Crédits : 1947 RKO Radio Pictures Inc./ Collection privée

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOURNEUR JACQUES (1904-1977)  » est également traité dans :

LA FÉLINE, film de Jacques Tourneur

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 970 mots

Avec Citizen Kane (1941) puis La Splendeur des Amberson (1942) d'Orson Welles, la compagnie Radio Keith Orpheum (R.K.O.) renouvelle le cinéma américain. L'arrivée de Val Lewton au poste de producteur constitue un autre tournant. Il est en effet chargé d'étendre le catalogue des films d'horreur de série B. Le premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-feline/#i_80261

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis LEUTRAT, « TOURNEUR JACQUES - (1904-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-tourneur/