ROUBAUD JACQUES (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'amour de la langue

C'est justement en ce point que le « projet de poésie » de Jacques Roubaud revêt toute sa signification. Si les formes poétiques ne sont pas des produits de l'entendement pur, mais bien plutôt les produits de l'imagination créatrice du poète, ce n'est pas toutefois au sens où elles jailliraient de celle-ci en tant que la faculté propre d'un sujet qui les créerait ex nihilo ; prime ici le jeu mimétique de la nomination et du chant par lequel le poète répond de tout son être à ce qui « l'interpelle et le dépasse de toutes parts » (Mallarmé) et qui le constitue ainsi précisément comme sujet de la poésie : l'éclosion en modes multiples, de ce dont on ne peut rien dire – de ce qu'il faut peut-être taire, et qui demeure en tout cas tu dans le mot même de « forme » – parce que tout dire dit d'abord ceci : le mouvement du paraître, de la formation. S'il lui arrive ainsi d'être hermétique, la poésie de Jacques Roubaud ne l'est donc cependant pas au sens ordinaire de ce terme. Le mystère ne procède jamais ici d'une intention de sens caché, il provient de l'éclat du paraître lui-même en son apparition. C'est bien pourquoi la révélation des procédés de fabrication, si l'on ose dire, le laisse intact, voire le rehausse.

Par là, Jacques Roubaud se rattache à une tradition qui avait déjà trouvé son expression consciente dans le trobar ric de Raimbaut d'Orange et d'Arnaut Daniel, et qui passe par le « donner à voir » d'Eluard comme par la « parure » ou le « diadème » chers à Baudelaire. Là réside également le lien qui unit en profondeur mathématique et poésie. Car, si la forme est toujours plus qu'elle-même, le nombre ne saurait se réduire à la conception purement arithmétique qui a prévalu à l'âge moderne. Il existe une mathésis plus profonde que ce qu'on appelle communément les mathématiques : « au fond de la langue, poésie », dit d'elle Jacques Roubaud, renouant en cela, d'un certain point de vue, avec le néo-platonisme de la Renaissance et la longue tradition pythagoricienne.

Si elle est volontiers ludique et se plaît à brouiller les pistes, dans une lignée [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification

Autres références

«  ROUBAUD JACQUES (1932- )  » est également traité dans :

GRAAL THÉÂTRE (F. Delay et J. Roubaud)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 992 mots

« Ici, en écrivant que Blaise a écrit le mot fin, aujourd'hui 19 mars de l'an 2004, nous Florence Delay et Jacques Roubaud, scribes de langue française, achevons notre livre Graal Théâtre. Il contient tout ce qu'il doit contenir et nul après nous ne pourra y ajouter ou retrancher sans […] Lire la suite

LE GRAND INCENDIE DE LONDRES, Jacques Roubaud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 107 mots

« En traçant aujourd'hui sur le papier la première de ces lignes de prose, je suis parfaitement conscient du fait que je porte un coup mortel, définitif, à ce qui conçu au début de ma trentième année comme alternative au silence, a été pendant plus de vingt ans le projet de mon existence. »Le Grand Incendie de Londres de Jacques Roubau […] Lire la suite

ART & MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges CHARBONNIER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Il semble que jusqu'à présent l'utilisation des mathématiques dans les différents arts ait répondu à des motivations assez différentes. De façon générale, les notions mises en œuvre par les musiciens sont plus complexes que les notions auxquelles les écrivains ont eu recours. Pour les musiciens et les plasticiens, la mathématique est un instrument. Pour les écrivains, et particulièrement Raymond Q […] Lire la suite

OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 018 mots

La complicité intellectuelle de Raymond Queneau, écrivain frotté de mathématiques et de François Le Lionnais, homme de science passionné de littérature, marque la véritable origine de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle). Autour d'eux, en novembre 1960, se rassemblent écrivains et mathématiciens (certains ont les deux compétences). Jacques Bens, Claude Berge, Jean Lescure, Jean Queval, Al […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « ROUBAUD JACQUES (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-roubaud/