ROUBAUD JACQUES (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand chant

Poète et mathématicien, Jacques Roubaud est également théoricien de la poésie et singulièrement du vers (La Vieillesse d'Alexandre, 1978), médiéviste (Les Troubadours, 1980, anthologie bilingue, mais aussi Graal théâtre, 1977, avec Florence Delay, et toute une série d'ouvrages, y compris à destination des enfants, consacrés au cycle des légendes arthuriennes), critique, traducteur (de l'anglais, de l'américain, de l'occitan, voire du japonais, ou encore, avec Florence Delay derechef, de chants et de poèmes des Indiens d'Amérique du Nord), conteur, romancier (La Belle Hortense, 1985, L'Enlèvement d'Hortense, 1987, et L'Exil d'Hortense, 1990). À quoi il faudrait ajouter le rôle de premier plan qu'il a joué dans des mouvements comme l'Oulipo où le fait entrer Raymond Queneau (voir les nombreuses publications dans les trois volumes de La Bibliothèque oulipienne, chez Seghers), ou des revues comme Change, Action poétique ou Po&sie. Ce que l'éclectisme apparent, doublé d'un savoir encyclopédique vrai, ne doit cependant pas dissimuler, c'est l'unité d'une démarche qui a la poésie pour principe et pour fin. C'est en effet à partir de la poésie en tant qu'elle est essentiellement Canso, grand chant, ou chant d'amour, que s'éclairent presque tous les aspects de l'œuvre.

Si l'accent semble souvent mis sur les recherches formelles dans la réflexion que Jacques Roubaud mène sur son œuvre et sur la poésie en général, il reste que cette dernière ne se réduit jamais à ses yeux à la mise en œuvre d'une poétique. Elle est bien plutôt comme les sirventès dans la poésie des troubadours : un « genre poétique dans la mouvance du grand chant, qu'il sert et qui traite de sujets autres que l'amour (morale, politique, théorie du chant) dans le but de montrer la supériorité de l'amour sur toutes les activités humaines » (Introduction aux Troubadours). Dès lors, si le travail théorique révèle des procédés ou des règles, ce n'est pas pour en faire des « canons » à respecter, mais les instrument [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification


Autres références

«  ROUBAUD JACQUES (1932- )  » est également traité dans :

GRAAL THÉÂTRE (F. Delay et J. Roubaud)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 992 mots

« Ici, en écrivant que Blaise a écrit le mot fin, aujourd'hui 19 mars de l'an 2004, nous Florence Delay et Jacques Roubaud, scribes de langue française, achevons notre livre Graal Théâtre. Il contient tout ce qu'il doit contenir et nul après nous ne pourra y ajouter ou retrancher sans […] Lire la suite

LE GRAND INCENDIE DE LONDRES, Jacques Roubaud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 107 mots

« En traçant aujourd'hui sur le papier la première de ces lignes de prose, je suis parfaitement conscient du fait que je porte un coup mortel, définitif, à ce qui conçu au début de ma trentième année comme alternative au silence, a été pendant plus de vingt ans le projet de mon existence. »Le Grand Incendie de Londres de Jacques Roubau […] Lire la suite

ART & MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges CHARBONNIER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Il semble que jusqu'à présent l'utilisation des mathématiques dans les différents arts ait répondu à des motivations assez différentes. De façon générale, les notions mises en œuvre par les musiciens sont plus complexes que les notions auxquelles les écrivains ont eu recours. Pour les musiciens et les plasticiens, la mathématique est un instrument. Pour les écrivains, et particulièrement Raymond Q […] Lire la suite

OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 018 mots

La complicité intellectuelle de Raymond Queneau, écrivain frotté de mathématiques et de François Le Lionnais, homme de science passionné de littérature, marque la véritable origine de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle). Autour d'eux, en novembre 1960, se rassemblent écrivains et mathématiciens (certains ont les deux compétences). Jacques Bens, Claude Berge, Jean Lescure, Jean Queval, Al […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « ROUBAUD JACQUES (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-roubaud/