PRÉVERT JACQUES (1900-1977)

Médias de l’article

Jacques Prévert

Jacques Prévert
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Les Enfants du paradis

Les Enfants du paradis
Crédits : AKG

photographie


Une poésie du verbe

L'œuvre de Jacques Prévert a connu un curieux renversement de perspective. Ses poèmes, publiés à partir de 1946, ont été composés dix ou quinze ans auparavant. Pour le grand public, l'auteur de films a précédé le poète. Or, c'est le contraire qui s'est produit dans la réalité.

On pourrait alors se demander, en observant que Prévert n'a pas commencé à écrire très jeune : qui a précédé le poète ? Il faudrait sans doute répondre : l'homme de la parole. Jacques Prévert était un prodigieux parleur. Il produisait, sur un débit presque monocorde, mais jamais monotone, des milliers de phrases pleines d'idées, d'images, de maximes cocasses, d'observations pénétrantes, de pirouettes et de jugements profonds. On était fasciné autant qu'ébloui par cette étincelante faconde, pétillante et passionnée, narquoise et généreuse.

J'ai dit « l'homme de la parole », et non pas « des discours » : ce bavard merveilleux n'était ni un raisonneur, ni un prophète, ni un gonfleur de ballons politiques. Les discours, dans son œuvre, sont toujours parodiques, visant les phrases creuses, les lieux communs et les superlatifs cache-misère.

Quand Jacques Prévert, aux alentours de 1930, a saisi une plume, l'homme de la parole ne s'est pas effacé devant l'écrivain nouveau-né : il s'est penché vers lui et n'a plus jamais cessé de lui souffler à l'oreille. Voilà pourquoi les poèmes de Prévert sont si fortement « parlés » : adaptés à l'usage habituel de la langue, des lèvres et du palais, et découpés sur le souffle, sur le volume des poumons et la manière de s'en servir. Si son premier recueil s'est appelé Paroles, ce n'est ni par orgueil ni par humilité, mais parce que le mot définissait la chose en toute exactitude.

Voilà pourquoi, aussi, les premiers textes de Prévert présentés au public furent composés pour les comédiens du groupe Octobre : ils sortaient de sa bouche, ils avaient besoin de la voix et du geste pour prendre vie.

Voilà pourquoi, enfin, les plus grandes œuvres de Jacques Prévert sont des œuvres cinématographiques.[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRÉVERT JACQUES (1900-1977)  » est également traité dans :

BUSSIÈRES RAYMOND (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 735 mots

à la préfecture de la Seine, emploi qu'il conservera jusqu'en 1941. Sa rencontre avec Jacques et Pierre Prévert sera déterminante. « J'avais vingt ans quand la révolution russe en avait dix et que j'ai rencontré Prévert. C'est lui qui m'en a parlé comme il le fallait et qui m'a fait basculer à gauche », dira Bussières. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-bussieres/#i_6158

CARNÉ MARCEL (1909-1996)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 501 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme poétique »  : […] livré dans le dernier film du tandem légendaire qu'il forma avec son scénariste Jacques Prévert, Les Portes de la nuit (1946) : l'amour qui transfigure les êtres et brise les barrières sociales est destiné à être détruit par une fatalité qui, loin d'en anéantir l'éclat, renforce sa puissance en l'inscrivant dans la mémoire. Si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-carne/#i_6158

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Dans une société au bord de l'abîme »  : […] La Règle du jeu (1939) approfondissent l'analyse d'une société que Renoir sait au bord de l'abîme. L'anarchisme de Prévert, qui est sans conséquence dans les films écrits pour Carné, prend chez Renoir une valeur prophétique (Le Crime de M. Lange, 1935, où sont exprimés tous les espoirs du Front populaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_6158

PAROLES, Jacques Prévert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

Déjà connu comme scénariste et dialoguiste du film de Jean Renoir Le Crime de Monsieur Lange (1935) et de nombreux films de Marcel Carné (Drôle de drame, 1937 ; Le Quai des brumes, 1938 ; Les Visiteurs du soir, 1942 ; Les Enfants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paroles/#i_6158

PRÉVERT PIERRE (1906-1988)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 545 mots

Pierre Prévert a toujours vécu dans l'ombre de son frère Jacques, son aîné de six ans et le scénariste de presque tous ses films. La verve poétique de l'auteur de Paroles influença sa propre inspiration, sur le mode mineur ; c'est dans le même sillage de rêverie aimable, pimentée d'un zeste de surréalisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-prevert/#i_6158

TRAUNER ALEXANDRE (1906-1993)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 625 mots

, Sans famille, en 1935 – la consécration grâce au tandem Carné-Prévert : « La grande période de ma vie, dira-t-il, celle pour laquelle j'ai le plus d'affection et de nostalgie ». Le Londres d'imagerie populaire de Drôle de drame (1937), les pavés luisants du Quai des brumes (1938), le mythique Hôtel du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-trauner/#i_6158

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques BENS, « PRÉVERT JACQUES - (1900-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-prevert/