LE RIDER JACQUES (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vienne et la Mitteleuropa

La profusion des textes ne relève en rien de l’éclectisme. Plusieurs lignes de force animent la recherche de Jacques Le Rider depuis ses toutes premières publications. La première, sans doute la plus importante, est liée à la modernité viennoise à laquelle Le Rider consacre sa thèse d’état (Modernité viennoise et crises de l’identité, 1990), rapidement publiée aux P.U.F. dans la collection Perspectives critiques. Son directeur, Roland Jaccard, avait accueilli dès 1982 la première monographie de l’auteur sur le sujet : Le Cas Otto Weininger, juif antisémite qui s’était donné la mort à vingt-trois ans, juste après la parution de son manifeste Sexe et caractère. La passion pour Vienne, incontestable toile de fond de l’œuvre, se révèle protéiforme pour l’historien : après Weininger, il publie des ouvrages sur Hofmannsthal (1995) et Freud (2002), ainsi qu’une monographie consacrée à Schnitzler (2003). Mais le temps des vastes synthèses ne s’est nullement arrêté à la rédaction de son doctorat, comme l’atteste Les Juifs viennois à la Belle Époque (2013). Cette passion passe aussi par des études littéraires (Journaux intimes viennois, 2000), mais peut encore prendre la forme de l’ouvrage d’intervention où l’érudit germaniste laisse la place au polémiste quand il s’agit de questionner l’identité autrichienne dans sa dimension politique contemporaine (L’Autriche de M. Haider, 2001).

L’intérêt pour Vienne dépasse chez Jacques Le Rider l’histoire culturelle de la seule capitale des Habsbourg ; son champ d’intervention couvre non seulement le monde germanique mais aussi (et surtout) la Mitteleuropa et la présence juive dans l’empire austro-hongrois. On retiendra, par exemple, son intérêt pour la Galicie, terre de naissance de Leopold-Sacher von Masoch et de Joseph Roth (ainsi que de Billy Wilder), et l’effort constant du chercheur pour redonner vie à des pans oubliés et méconnus de cette « autre Europe » : on lira avec profit son essai sur La Mitteleuropa (1994) et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification


Autres références

«  LE RIDER JACQUES (1954- )  » est également traité dans :

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xxe siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemble […] Lire la suite

LES COULEURS ET LES MOTS (J. Le Rider) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 061 mots

Les ouvrages les plus stimulants sont souvent le fait d'un spécialiste qui a su sortir de sa discipline pour rencontrer un autre domaine, sans pour autant renier son savoir d'origine. Jacques Le Rider, précoce et brillant germaniste, auteur de livres de référence consacrés à Otto Weininger, à Hugo von […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « LE RIDER JACQUES (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-rider/