LE GOFF JACQUES (1924-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une méthode historique renouvelée

Si son apport historiographique majeur est situé au sein de courants tels que l’histoire des mentalités et l’anthropologie historique, la variété de ses travaux excède ces étiquettes. Lecteur de Marc Bloch et de Lucien Febvre mais aussi étudiant de Charles-Edmond Perrin à la Sorbonne, il est d’abord l’héritier des propositions des Annales des années 1930 visant à promouvoir l’histoire sociale, ce qui est sensible dans ses premiers travaux, qui inaugurent un intérêt jamais démenti pour les sociétés urbaines. Il poursuit un dialogue critique, discret mais fécond, avec la tradition historiographique inspirée par Marx, qui reste un point de repère de son travail durant l’ensemble de sa vie. L’influence de Fernand Braudel, à partir des années 1950, le conduit à épouser le projet d’une histoire « totale », tant dans sa capacité à saisir les objets du passé dans leur intégralité qu’à fédérer les différentes sciences sociales. Cette ambition, qui s’illustre bien dans la notion de « civilisation médiévale », et qui lui permet, à la suite de Marc Bloch, de décrire la cohérence de la société occidentale dans la très longue durée – au moins un millénaire, voire, avec ce qu’il appelle le « long Moyen Âge », du ive au xviiie siècle – relève d’une sociologie historique qui inspire le premier intitulé de son enseignement à la VIe section de l’E.P.H.E. À partir de 1973, il modifie la dénomination de son séminaire en formulant la proposition d’une « anthropologie historique », signalant une inflexion de son travail dans le sens d’une attention plus grande aux catégories de la perception, à commencer par le temps et l’espace. Ses recherches rencontrent alors celles de l’école structuraliste d’anthropologie, en particulier Claude Lévi-Strauss, mais aussi des spécialistes de l’Antiquité, tels Jean-Pierre Vernant e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Classification

Autres références

«  LE GOFF JACQUES (1924-2014)  » est également traité dans :

SAINT LOUIS (J. Le Goff)

  • Écrit par 
  • Catherine VINCENT
  •  • 1 498 mots

En rédigeant Le Dimanche de Bouvines, paru en 1973, Georges Duby, l'un des maîtres de la « nouvelle histoire », avait délibérément affronté la présentation d'un événement ; vingt-trois ans plus tard, Jacques Le Goff, éminent représentant de l'école des Annales, propo […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 3 164 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de l'histoire quantitative »  : […] Deux historiens ont joué un rôle essentiel dans ce développement. Dans La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II (1949), Fernand Braudel poursuit un projet d'histoire totale. Il cherche à montrer avec assez d'ampleur comment interagissent différents niveaux de la réalité historique et surtout différents types de temporalité pour comprendre le mouvement de l'histoire dan […] Lire la suite

DÉBAT LE, revue

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 247 mots

Dans le chapitre « Traiter les problèmes de fond »  : […] Pour alimenter Le Débat , Pierre Nora et Marcel Gauchet font appel à des historiens comme François Furet pour livrer une autre approche de la Révolution française et du rôle du Parti communiste, tandis que l’historien médiéviste Jacques Le Goff prend ses distances avec l’école des Annales. Pendant quatre décennies, la revue accompagne la vie intellectuelle française en traitant notamment de la mo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Étienne ANHEIM, « LE GOFF JACQUES - (1924-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-goff/