BLONDEL JACQUES-FRANÇOIS (1705-1774)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Transformation de Metz

La réputation acquise par Jacques-François Blondel lui permettait désormais de citer ses propres constructions à l'appui de ses principes. Sur la recommandation de Choiseul, le maréchal d'Estrées lui avait confié la transformation de la ville de Metz, menée à bien de 1764 à 1771, grâce au concours d'un ingénieur messin, Gardeur-Lebrun. Blondel sut tirer parti du faible espace enserré dans les murs de cette place forte. Il mit en valeur la cathédrale, en refit le portail, ouvrit dans son axe la rue d'Estrées. À son flanc nord fut aménagée la place Saint-Étienne. Du côté sud, l'hôtel de ville, le corps de garde et les arcades du parlement bordèrent la place d'Armes. Blondel ne put faire bâtir ni l'évêché ni le chapitre Saint-Louis, où Mme de Choiseul-Stainville aurait réuni sous son autorité deux communautés lorraines tombées en décadence. La mâle sévérité imprimée par Blondel aux édifices de la place d'Armes convenait à une ville de guerre « où tout monument doit se ressentir dans son ordonnance d'un certain genre de fermeté qu'impose l'art militaire ». Il ménagea des liaisons et concilia ce caractère général avec le caractère particulier convenant à chaque édifice, sacré, administratif ou privé. Un fronton courbe accorda le nouveau portail de la cathédrale à son voisinage gothique. Les colonnes s'ornèrent de joncs comme celles de Mansart à Maisons. Le style dorique enrichi de chapiteaux évoqua celui dont Lescot et Goujon avaient donné le modèle au Louvre dans la salle des Cariatides. Les aménagements de Blondel à Metz furent en partie détruits ou défigurés entre 1871 et 1918. Seuls ont été respectés l'hôtel de ville et le corps de garde. Blondel décora aussi le chœur de la cathédrale de Châlons. Appelé à Strasbourg, Blondel y donna des plans généraux pour l'embellissement de la ville et dessina la grille du chœur de la cathédrale.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : conservateur du Patrimoine en chef de la Ville de Paris, membre associé de l'Académie d'architecture

Classification


Autres références

«  BLONDEL JACQUES-FRANÇOIS (1705-1774)  » est également traité dans :

ACADÉMIE D'ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 968 mots

Créée en 1671 par Colbert, l'Académie d'architecture sera supprimée en 1793 par la Convention. Dans l'intervalle, son histoire se confond dans une large mesure avec celle de l'architecture française. Comptant parmi ses membres certains des plus grands architectes des règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI — de Jules Hardouin-Mansart et Robert de Cotte à Jacques-Ange Gabriel, Jacques-Germain So […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-d-architecture/#i_8140

ARABESQUE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 3 456 mots

Dans le chapitre « L'ambiguïté d'un terme »  : […] Mais, après la Renaissance, le motif de l'arabesque a cessé d'être le seul ornement désigné du mot « arabesque », ce qui complique extrêmement l'histoire de cet ornement. Que les rinceaux puissent être entrelacés et qu'ils puissent être incorporés aux arabesques explique que l'arabesque est souvent confondue avec les entrelacs. Certes, l'usage des lignes géométriques qui s'entrecroisent est propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabesque-histoire-de-l-art/#i_8140

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La vocation pédagogique et édilitaire de l'architecture (1750-1867) »  : […] En un siècle, de la fin de l'Ancien Régime au second Empire, la profession d'architecte est agitée par une crise fondamentale, particulièrement sensible dans une déontologie si diversement et si difficilement formulée et pratiquée dans les siècles passés. Cette crise est la conséquence de la civilisation industrielle naissante et du formidable essor économique et démographique qui l'accompagne. El […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_8140

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « L'architecture touchée par les Lumières »  : […] « On dit en général du goût que c'est un certain je-ne-sais-quoi-qui-plaît », déclare l'architecte Germain Boffrand dans son Livre d'architecture en 1745, en ajoutant que « cette idée est bien vague ». Aussi imprécise soit-elle, la référence des architectes des Lumières au goût n'en témoigne pas moins de leur souci de mieux répondre à la demande sociale des élites, quitte à faire quelques entors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_8140

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Brique et pierre

  • Écrit par 
  • Josiane SARTRE
  •  • 4 582 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Définition du style »  : […] Il faut attendre la fin du xvii e  siècle pour que Augustin-Charles d'Aviler, dans son Cours publié en 1691, énonce clairement que la maçonnerie de brique apparente se fait de deux manières. La première consiste à construire les piédroits (c'est-à-dire les montants verticaux des baies) et saillies (que sont les bandeaux, linteaux, chaînes) de pierre et les panneaux de brique . Jacques-Françoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-brique-et-pierre/#i_8140

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du bon usage d'un mot : langage classique et grand style »  : […] Pour sortir de cet imbroglio sémantique, il convient sans doute d'exclure les appellations trop vagues où les deux termes sont en concurrence et se chevauchent sans contenu précis (âge classique, âge baroque, France classique, France baroque). On peut sans doute au contraire continuer d'utiliser le terme de classique au sens large, qui correspond à un phénomène culturel précis : « est classique un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-classique/#i_8140

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du « grand goût » au sentiment de la nature »  : […] Avec le règne de Louis XIV commence celui du « grand goût », imposé par le souverain à des fins politiques, combattu parfois et finalement triomphant. C'est à Vaux, chez le surintendant Fouquet, qu'il faut en chercher les premières manifestations, et c'est l'infatigable activité, l'imagination, le talent de Charles Le Brun qui en assurent le succès, qui créent un style. Tandis que l'art de Versail […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gout-esthetique/#i_8140

INDUSTRIELLE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Françoise HAMON
  • , Universalis
  •  • 4 844 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La proto-industrie : un bâti d'emprunt »  : […] Une contrainte pèse sur l'établissement industriel de l'âge classique : avoir à proximité une source d'énergie hydraulique, seule disponible à l'époque, et des matières premières. Les deux activités essentielles de l'Europe industrielle des Temps modernes, la métallurgie et le textile, sont étroitement dépendantes de ces nécessités : la « grosse forge » s'installe donc en pleine forêt, près d'un b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-industrielle/#i_8140

LEDOUX CLAUDE NICOLAS (1736-1806)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 2 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le constructeur prolifique »  : […] Né à Dormans en Champagne, boursier d'un des plus célèbres établissements d'enseignement secondaire de la capitale, le collège de Beauvais, Ledoux eut une carrière essentiellement parisienne dont les prolongements en province furent considérables ou prometteurs. Doué d'une imagination exaltée, d'une ténacité et d'un enthousiasme communicatifs, il se plaira, dans sa vie d'artiste, à valoriser sa fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-nicolas-ledoux/#i_8140

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 313 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de l'idée »  : […] Dans son discours de réception à l'Académie française, Fénelon (1651-1715) employait, pour traiter des beautés du discours, une métaphore architecturale annonciatrice des commandements de l'architecture rationaliste : « Il ne faut admettre dans un édifice aucune partie destinée au seul ornement, mais visant toujours aux belles proportions, on doit tourner en ornement toutes les parties nécessaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/#i_8140

Pour citer l’article

Michel GALLET, « BLONDEL JACQUES-FRANÇOIS - (1705-1774) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-francois-blondel/