BOUVERESSE JACQUES (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rigueur critique

Formé au séminaire de Besançon, Jacques Bouveresse ne s'en est pas laissé conter, dans les années 1960, par les courants philosophiques dominant à Paris – structuralisme, psychanalyse lacanienne –, ni, dans les années 1970, par le postmodernisme. Il s'en est pris très tôt à une forme littéraire de philosophie pratiquant la séduction par la rhétorique, pour lui opposer la clarté et la rigueur de la philosophie anglo-saxonne, et se faire le champion du rationalisme et des valeurs des Lumières. Il a critiqué ce qu'il nomme « la posture héroïque en philosophie » – un héritage du romantisme allemand – et certaines conséquences du statut singulier de la philosophie en France : la prétendue omniscience du philosophe, prêt à s'exprimer dans les médias sur toute question d'intérêt général, et notamment politique ; le mépris des problèmes philosophiques spécifiques, surtout s'ils sont techniques. Il s'est prononcé en faveur d'une reprofessionnalisation de la philosophie. Se déclarant, à cet égard, « très peu français », il a reproché à la philosophie universitaire française de se borner à enseigner l'histoire de la philosophie, tandis que la philosophie d'avant-garde sombrait dans le littérarisme. Ni académique ni avant-gardiste, ce franc-tireur, assez classique au fond, s'inscrit plutôt dans une tradition française de philosophie des sciences illustrée par Henri Poincaré, Pierre Duhem, Jules Vuillemin et Gilles Gaston Granger, dont il se sépare néanmoins par sa verve de polémiste.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'UFR de philosophie de l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BOUVERESSE JACQUES (1940- )  » est également traité dans :

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophie, morale, littérature »  : […] L'intérêt traditionnel des philosophes pour la littérature s'est pour sa part intensifié mais aussi déplacé vers une saisie plus radicale de la connaissance à l'œuvre dans les textes littéraires. Jean-Louis Chrétien poursuit ainsi ses recherches sur l'intériorité humaine – qui l'ont conduit dans une perspective phénoménologique à de belles analyses de la voix et de la prouesse, de la joie et du […] Lire la suite

LA VOIX DE L'ÂME ET LES CHEMINS DE L'ESPRIT (J. Bouveresse) et MUSIL PHILOSOPHE (J.-P. Cometti)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 987 mots

Peut-être ne faut-il pas dissimuler davantage son désarroi : si L'Homme sans qualités est toujours cité comme l'un des sommets de la littérature du xx e  siècle, on peut se demander qui lit encore Musil en France, qui entretient un authentique commerce avec l'œuvre. Raison de plus pour souligner l'importance de deux ouvrages qui mettent en valeur la relation privilégiée que Musil établit avec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christiane CHAUVIRÉ, « BOUVERESSE JACQUES (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-bouveresse/