JORDAENS JACOB (1593-1678)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éléments biographiques

Jacob Jordaens fut baptisé à Anvers en 1593. En 1607, il apparaît sur les registres de la guilde de Saint-Luc comme élève du peintre maniérisant Adam Van Noordt (1562-1641), puis, en 1615, comme maître waterschilder (peintre à la détrempe et à l'aquarelle, ce qui s'entend particulièrement d'un peintre de cartons de tapisserie). L'année suivante, il devient le gendre de son maître Van Noordt. Doyen de la guilde en 1621, il commence à avoir dès cette date des élèves, ce qui prouve sa rapide ascension artistique.

En 1634 et 1635, il participe, sous la direction de Rubens qui a exécuté à cet effet des esquisses d'ensemble, aux décorations prévues pour l'entrée solennelle du Cardinal-Infant Ferdinand à Anvers, notamment en peignant avec Cornelis de Vos et Cossiers divers arcs de triomphe. Cette collaboration avec Rubens se poursuit en 1637-1638 à propos des tableaux de la Torre de la Parada, où la part vraiment personnelle de Rubens se borne une fois de plus aux esquisses. Tout au long de cette période, des achats répétés de maisons (une en 1634, deux en 1635, deux autres en 1639, etc.) attestent le succès et l'aisance de l'artiste, encore renforcés par la mort de Rubens en 1640. Désormais, il est le peintre anversois le plus en vue. Dès la fin de 1639, il reçoit, par l'intermédiaire de l'abbé Scaglia, une très importante commande de 22 tableaux devant raconter l'Histoire de Psyché ; leur destination exacte, le palais de la reine d'Angleterre à Greenwich, avait été cachée à Jordaens comme à Scaglia. Sept tableaux de cet ensemble sont déjà livrés en mars 1641. Il reçoit de nombreuses commandes de retables d'églises (par exemple pour l'église de Rupelmonde en 1641, pour celle de Dixmude en 1644 – brûlée en 1914-1918 –, pour l'abbaye de Tongerloo en 1647) et de cartons de tapisserie (suite des Proverbes, pour des lissiers de Bruxelles, selon un contrat signé en 1644 ; suite des Grands Mouvements de cavalerie en 1651). En 1648-1649, nouvelle commande d[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  JORDAENS JACOB (1593-1678)  » est également traité dans :

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 126 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La peinture après Rubens »  : […] Jordaens apparaît, comme le constatent déjà ses contemporains, le premier parmi les peintres d'Anvers. Son décès ne survient qu'en 1678, mais, artistiquement, il survit à lui-même. L'exubérante vitalité du style rubénien, qu'il continue d'honorer, fait place, dès le milieu du siècle, à une expression plus distinguée et retenue. Les sujets traités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anvers/#i_18127

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 173 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'époque des successeurs brillants (XVIIe s.) »  : […] Peu après Rubens, voici Van Dyck et Jordaens. Tous trois se sont considérés comme des peintres d'histoire, bien qu'à nos yeux le troisième soit un peintre de genre et le second un portraitiste. Grâce à eux, Anvers n'est pas seulement la ville où sont passées les commandes de l'Église et des princes (palais du Luxembourg, Paris ; Banqueting Hall, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_18127

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baroque et classicisme : le xviie siècle »  : […] ensembles architectoniques, au lieu de les border comme ses prédécesseurs de simples encadrements à décor végétal. Rubens fut suivi par son disciple, Jacob Jordaens, qui livra les modèles de l'Histoire d'Ulysse, des Scènes de la vie champêtre, qui louent les agréments de l'existence rustique, de la chasse, de la table et des jeux amoureux. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_18127

VAN DYCK ANTOINE (1599-1641)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 5 754 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La première période anversoise (jusqu'en 1621) »  : […] hui très dispersée. Ces œuvres sont souvent confondues avec des œuvres équivalentes de Jordaens. Un faire frémissant, des accents lumineux dans le regard, des épaisseurs de pâte dans les parties éclairées, un dédain du correct et du sage au point de ne pas savoir éviter certaines outrances presque ridicules (par exemple, la mine un peu stupide de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-van-dyck/#i_18127

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « JORDAENS JACOB - (1593-1678) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-jordaens/