TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH (1818-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « platonisme » de Tourgueniev

Nourri dans sa jeunesse d'idéalisme hégélien, Tourguéniev a vécu l'avènement du positivisme et le passage du romantisme schillérien aux actions terroristes, dont l'assassinat d'Alexandre II (1881) marqua le point culminant. Libéral des années quarante, il resta hostile à la violence, et son idéalisme continua d'inspirer la plupart de ses personnages « positifs », notamment les figures féminines.

Amoureux décevant de Tatiana, la sœur de Bakounine, amant fugitif d'une lingère de Spasskoïé qui lui donna une fille hors mariage, soupirant éternel auprès d'une Pauline Viardot plus attendrie sans doute que réellement éprise, enfin vieil homme attiré par le charme de l'actrice Savina ou la grâce mutine de Claudie Viardot, la seconde fille de Pauline et de Louis Viardot, Tourguéniev a vainement cherché toute sa vie le grand amour partagé. Et son œuvre abonde en exemples de faillites sentimentales provoquées par l'insuffisance, la dérobade, la fuite jusque dans la mort de l'un des partenaires, l'homme en général. Véra des Deux Amis, Maria Alexandrovna dans Une Correspondance, Natalie dans Roudine, Liza dans Le Nid de seigneurs, Mme Odintsova dans Pères et enfants, enfin et surtout la Marianne de Terres vierges se trouvent, de façon diverse, engagées dans des situations qui laissent apparaître l'inaptitude essentielle de celui qu'elles aiment à répondre à leur sentiment.

On ne dispose pas encore de l'étude nécessaire permettant d'approfondir le sens qu'il conviendrait de donner à cette particularité de l'œuvre de Tourguéniev. L'analyse poussée du rôle joué par sa mère dans la maturation affective de l'écrivain, les nouveautés apportées par les compléments à sa correspondance, l'examen, déjà amorcé par la thèse de H. Granjard, d'une relation probable entre vicissitudes sentimentales et variations idéologiques devraient contribuer à ranimer l'intérêt de l'époque actuelle pour la figure un peu pâlie du « bon Moscove ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH (1818-1883)  » est également traité dans :

MÉMOIRES D'UN CHASSEUR, Ivan S. Tourguéniev - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean BONAMOUR
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Ivan Serguéïévitch Tourguéniev (1818-1883) n'est qu'un jeune poète apprécié des connaisseurs lorsque paraît, en 1847, dans un numéro historique de la revue Le Contemporain – historique car c'est le premier qui paraît depuis la mort de son fondateur, Pouchkine, en 1837 –, un récit en prose Le Putois et Kalinytch, avec pour sous-titre […] Lire la suite

LES DÉMONS, Fiodor Dostoïevski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis ALLAIN
  •  • 1 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un crescendo vers l'apocalypse »  : […] L'atmosphère de ce roman s'alourdit peu à peu jusqu'à devenir insoutenable. Le grand art de Dostoïevski consiste à programmer, avec un raffinement quasi pervers, cette progression inexorable vers une sorte d'« apocalypse immédiate ». Le matériau humain du roman, à savoir les personnages, fournit un réservoir inépuisable d'actions scélérates. Sur la trentaine de personnages que comptent Les Démons […] Lire la suite

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Révolte et nihilisme »  : […] En fait, le nihilisme commence à prendre conscience de soi lorsque D. I. Pissarev déclare la guerre aux institutions et à la culture existantes et lorsque V. G. Biélinski a l'audace d'écrire : « La négation est mon dieu. » Il en découle le refus de toute autorité qui n'émane pas du jugement individuel. Sous l'influence de Max Stirner, le pressentiment de la catastrophe incita les esprits les plus […] Lire la suite

VIARDOT PAULINE (1821-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 386 mots

La mezzo-soprano française Pauline Viardot fut l'une des plus grandes interprètes de rôles dramatiques à l'opéra. Fille du ténor espagnol Manuel del Popolo Vicente García, Michelle Ferdinande Pauline García naît le 18 juillet 1821, à Paris. Elle est la sœur de la célèbre soprano Maria Malibran et du grand professeur d'art lyrique Manuel Patricio Rodríguez García. Dès son enfance, elle étudie le p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel CADOT, « TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH - (1818-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-sergueievitch-tourgueniev/