TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH (1818-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hommes de trop, héros et nihilistes

Ces gentilshommes de la province, désœuvrés, sans véritable culture ni vocation, Tourguéniev les montre victimes de leur indifférence à la réalité russe et de leur incapacité à se consacrer à une tâche productive : l'Hamlet du district de Chtchigry (Gamlet ščigrovskogo ujezda, 1849) présente le premier « homme inutile » de son œuvre et sera suivi par le Journal d'un homme de trop (Dnevnik lišnego čeloveka, 1850) où le narrateur, Tchoulkatourine, se compare à l'écureuil enfermé dans une roue, puis par Une correspondance (Perepiska, 1855), autre exemple frappant de la même aboulie, du même ennui accablant.

Des œuvres plus importantes traitent encore de la même question : comment sortir de soi-même, se rendre utile, contribuer au bonheur d'autrui ? Roudine (Rudin, 1855) aborde pour la première fois le thème de l'action politique en montrant comment une nature douée pour exercer une influence entraînante et dynamique peut échouer par méconnaissance de soi-même et de son propre pays : Roudine n'est qu'un phraseur frotté de philosophie allemande, que Tourguéniev envoie rejoindre les « hommes de trop », avant de le faire mourir sur une barricade parisienne en juin 1848. Portrait de l'écrivain autant que de Bakounine, son ami des années quarante disparu au fond de la Sibérie, le héros du premier roman de Tourguéniev pose, à la fin du règne de Nicolas Ier, en termes psychologiques et non idéologiques, le problème de l'engagement personnel.

Il en propose une solution de type romantique dans À la veille (Nakanune, 1858), où le jeune Insarov, un étudiant bulgare, quitte Moscou avec sa femme Hélène pour aller affranchir son pays par les armes ; la jeune femme s'accomplit par l'évasion d'un milieu familial insipide, par l'amour sans calcul et le sacrifice total, tandis qu'Insarov met en accord sa pensée, ses sentiments et sa conduite, en antithèse absolue avec Roudine.

Avec beaucoup plus de profondeur et de maîtrise artistique, Tourguéniev traite à nouveau ce problème qui lui tenait tant à cœur dans un véritable roman, d'architecture complexe, Pères et enfants (Otcy i deti, 1862). Cette fois, il exprime son affection attendrie pour le passé patriarcal russe (les parents de Bazarov), et une raillerie légère tempère à peine une sympathie profonde à l'égard des idées, du mode de vie et de la bonne volonté sociale des frères Kirsanov, les représentants des « pères », face à Bazarov et à son jeune ami Arcade Kirsanov. Ce dernier, d'abord subjugué par la personnalité de Bazarov, se marie et gère raisonnablement son domaine en « petit hobereau libéral », comme l'appelle Bazarov. Seul celui-ci incarne les aspirations de la nouvelle génération « nihiliste », ainsi appelée d'un mot apparu dès 1829, mais dont Tourguéniev consacra l'usage. Du point de vue social, Bazarov est un raznotchiniets, un homme d'extraction modeste, résolu à servir le peuple. Son nihilisme signifie le refus des principes en vigueur dans la noblesse, la critique de toute forme d'autorité et l'adhésion à un empirisme positiviste : il étudie la médecine et dissèque des grenouilles. Ses façons sont rudes, parfois ridicules. Aussi Tourguéniev dut-il se défendre d'avoir voulu offenser la jeune génération, et les attaques lui vinrent de gauche comme de droite.

Cela ne l'empêcha pas de peindre d'autres figures de révolutionnaires : sans en faire d'aussi sombres figures que Dostoïevski dans Les Possédés, Tourguéniev les traite sans ménagements. Dans Fumée (Dym, 1867) le révolutionnaire Goubarev, qualifié de slavophile, est ridiculisé et, avec lui, le populisme et son idéalisation puérile du moujik. Il est vrai que Tourguéniev montre encore plus de sévérité envers les généraux et les riches propriétaires, et retrouve même les accents de Tchaadaïev pour accuser la Russie tout entière de stérilité et d'impuissance créatrice.

Le dernier roman de Tourguéniev, Terres vierges (Nov', 1877), présente avec plus de sympathie, sinon de compréhension, le grand élan qui anima la « marche au peuple » de milliers de jeunes gens ; mais son héros Nejdanov est réduit au suicide en raison de l'échec de ces tentatives et du déclin de sa foi révolutionnaire. Tourguéniev considère que l'avenir appartient non à ces « romantiques du réalisme », hommes de trop à leur façon, mais à des hommes pratiques, à des techniciens avisés comme Solomine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH (1818-1883)  » est également traité dans :

MÉMOIRES D'UN CHASSEUR, Ivan S. Tourguéniev - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean BONAMOUR
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Ivan Serguéïévitch Tourguéniev (1818-1883) n'est qu'un jeune poète apprécié des connaisseurs lorsque paraît, en 1847, dans un numéro historique de la revue Le Contemporain – historique car c'est le premier qui paraît depuis la mort de son fondateur, Pouchkine, en 1837 –, un récit en prose Le Putois et Kalinytch, avec pour sous-titre […] Lire la suite

LES DÉMONS, Fiodor Dostoïevski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis ALLAIN
  •  • 1 334 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un crescendo vers l'apocalypse »  : […] L'atmosphère de ce roman s'alourdit peu à peu jusqu'à devenir insoutenable. Le grand art de Dostoïevski consiste à programmer, avec un raffinement quasi pervers, cette progression inexorable vers une sorte d'« apocalypse immédiate ». Le matériau humain du roman, à savoir les personnages, fournit un réservoir inépuisable d'actions scélérates. Sur la trentaine de personnages que comptent Les Démons […] Lire la suite

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Révolte et nihilisme »  : […] En fait, le nihilisme commence à prendre conscience de soi lorsque D. I. Pissarev déclare la guerre aux institutions et à la culture existantes et lorsque V. G. Biélinski a l'audace d'écrire : « La négation est mon dieu. » Il en découle le refus de toute autorité qui n'émane pas du jugement individuel. Sous l'influence de Max Stirner, le pressentiment de la catastrophe incita les esprits les plus […] Lire la suite

VIARDOT PAULINE (1821-1910)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 386 mots

La mezzo-soprano française Pauline Viardot fut l'une des plus grandes interprètes de rôles dramatiques à l'opéra. Fille du ténor espagnol Manuel del Popolo Vicente García, Michelle Ferdinande Pauline García naît le 18 juillet 1821, à Paris. Elle est la sœur de la célèbre soprano Maria Malibran et du grand professeur d'art lyrique Manuel Patricio Rodríguez García. Dès son enfance, elle étudie le p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel CADOT, « TOURGUÉNIEV IVAN SERGUEÏEVITCH - (1818-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-sergueievitch-tourgueniev/