GONTCHAROV IVAN ALEXANDROVITCH (1812-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fondateur du réalisme

Dès son premier roman, Une histoire ordinaire, paru en 1848, Gontcharov a trouvé ses thèmes et son style. Renouveau social et réconciliation psychologique sont une même nécessité et seront le produit d'un même mouvement : il faut retrouver la réalité. À cette fin, il importe de se défaire de la vision romantique, de ses complaisances et de ses erreurs. Le jeune Alexandre Adouïev, qui quitte sa province pour Pétersbourg où il va chercher la gloire, la fortune et la passion, se heurte à son oncle Pierre, l'homme nouveau, négociant actif et cultivé qui lui démontre le néant de ses aspirations romantiques. Rassemblé autour de quelques scènes maîtresses, dont la longueur est allégée par une merveilleuse ironie, le roman prêche d'exemple et se fait le miroir des conditions de vie réelles d'un milieu pétersbourgeois sans doute analogue à celui que Gontcharov avait découvert dans les salons qu'il fréquentait, en particulier chez les Maïkov dont il devient le fidèle. Mais si le livre devait connaître un immense succès, même son plus ardent défenseur, Biélinski, lequel écrivait que ce roman était « l'une des œuvres les plus remarquables de la littérature russe », devait déplorer la sécheresse de Pierre, le héros positif. C'est que ni l'auteur ni le public n'avaient su rompre avec le charme et le pouvoir que la vie patriarcale russe avait gardés hors des deux capitales. Dans Le Songe d'Oblomov (1849), paru avant le roman qui portera le nom du héros, Gontcharov évoque en poète la Russie agraire et l'analyse en sociologue. Avec une belle ironie, il pulvérise tous les mythes auxquels ses contemporains et lui-même demeuraient attachés, et qui devaient se retrouver plus tard en Occident, sous le nom d'âme slave. Aussi, lorsqu'il entreprend en 1852 le tour du monde comme secrétaire de la mission confiée à la frégate Pallada – périple au cours duquel il se révélera non seulement poète et satiriste, mais aussi observateur singulièrement avisé, dont les remarques concernant les relations raciales en Union sud-africaine ou l'avenir de Singapour et Hong Kong ont [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GONTCHAROV IVAN ALEXANDROVITCH (1812-1891)  » est également traité dans :

OBLOMOV, Ivan Gontcharov - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Luba JURGENSON
  •  • 1 073 mots

Avec Oblomov (de oblom , « cassure », ou oblomok , « tesson », « débris »), Ivan Alexandrovitch Gontcharov (1812-1891) , l'un des fondateurs du roman réaliste russe, crée un personnage de paresseux à qui sa démesure confère bientôt l'ampleur d'un mythe littéraire universel. Publiée en 1859, l'œuvre ancre son héros dans cette réalité russe qui, à la veille de l'abolition du servage, semble vouer l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BLOT, « GONTCHAROV IVAN ALEXANDROVITCH - (1812-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-alexandrovitch-gontcharov/