ITALIELangue et littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théâtre contemporain

Au moment de la Libération, en même temps qu'il formulait une nouvelle Constitution, l'État italien avait mis en place une série de structures théâtrales dont les statuts paraissaient aptes à assurer le renouvellement artistique et culturel d'un théâtre jusque-là abandonné à lui-même. C'est ainsi que naissaient les teatri stabili (troupes permanentes) organisés et financés par l'État. Leur tâche était non seulement de produire des spectacles et de revaloriser la fonction théâtrale auprès d'un public à définir, mais aussi d'être des écoles de formation pour les nouvelles générations d'acteurs et de metteurs en scène. Parallèlement aux stabili, les compagnies privées, régies en général par un acteur ou une famille d'acteurs dont elles prennent le nom, continuent d'exister.

La crise des institutions théâtrales publiques et les conflits avec les compagnies privées ou avec d'autres instances ont dominé la scène entre 1958 et 1964. Vers cette date, la crise semble se résoudre, mais en fait elle s'est simplement résorbée dans ses propres contradictions : les quelques efforts de changement opérés ne seront qu'une façon détournée de tout laisser en place comme avant, selon un mode bien illustré par Tomasi di Lampedusa dans son Guépard.

Cette crise a pourtant ouvert de nouveaux espaces aux recherches sur le théâtre et à la manière même de « faire du théâtre ». Et c'est plutôt vers cette avant-garde et ses expériences – dont les représentants les plus marquants sont Carmelo Bene et Dario Fo – qu'il faudra regarder pour trouver les véritables événements marquants de la scène italienne.

« Teatri stabili » et compagnies privées

La crise des stabili est due au fait qu'ils sont devenus de plus en plus des noyaux de pouvoir théâtral où l'on n'a accès que par un système classique de clientélisme et d'influences. Ils ont aussi manqué leur premier objectif, celui d'être une école pour les nouveaux acteurs. En fait, le tort majeur des stabili, et nous pensons surtout au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 43 pages

Médias de l’article

Italo Svevo

Italo Svevo
Crédits : Umberto Veruda/ Mondadori/ Getty Images

photographie

Vittorio Alfieri

Vittorio Alfieri
Crédits : Thekla Clark/ Corbis/ Getty Images

photographie

Gabriele D'Annunzio

Gabriele D'Annunzio
Crédits : Lebrecht Authors/ Bridgeman Images

photographie

Giovanni Verga

Giovanni Verga
Crédits : Biblioteca Ambrosiana/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 15 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'italien, docteur ès lettres
  • : professeur agrégé, maitre assistant d'italien à l'université de Paris-III
  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice
  • : professeur des Universités
  • : professeur, directeur du département d'italien à l'université de Strasbourg-II
  • : traducteur, écrivain

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique FERNANDEZ, Pierre LAROCHE, Angélique LEVI, Jean-Paul MANGANARO, Philippe RENARD, Jean-Noël SCHIFANO, « ITALIE - Langue et littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/