ITALIELangue et littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature de la Résistance

Il n'existe pas de littérature italienne de la Résistance à proprement parler. Pour des raisons complexes, cette phase de l'histoire d'Italie ne devient un des thèmes de la littérature italienne qu'après coup. Aussi la critique préfère-t-elle parler de littérature sur la Résistance ou de la Résistance dans la littérature italienne. Mieux même : cette critique italienne a fort peu fait porter son attention sur ce type d'écrits pris comme un ensemble ayant sa spécificité ; elle s'en est généralement tenue à l'inclure dans l'histoire générale de la littérature depuis la Seconde Guerre mondiale.

Ce n'est qu'avec les travaux de Giovanni Falaschi que la question de la Résistance n'est plus seulement ressentie comme un thème parmi d'autres, mais comme un élément qui définit pour partie un certain nombre de textes littéraires, narratifs pour la plupart, et leur donne une cohérence. Au sein du corpus ainsi constitué, deux grandes lignes se dégagent : encore que les choses ne puissent être si absolument tranchées, on peut estimer en première approximation que coexistent dès le début la tendance au témoignage et celle à la fable.

Littérature et Résistance

Quand, en 1943, Giaime Pintor, diplomate, traducteur, critique littéraire, s'apprête à franchir le front pour joindre les résistants du Latium, il écrit à son frère, dans ce qui est sa dernière lettre, puisqu'il va mourir lors de son entreprise : « Il est un moment où les intellectuels doivent être capables de transférer leur expérience sur le terrain de l'utilité commune, chacun doit savoir prendre sa place dans une organisation de combat. » Cette résolution de participer à la lutte armée n'est pas facile à prendre, non seulement pour le courage physique qu'elle implique, mais aussi parce qu'elle comporte le choix de la violence. Carlo Cassola fait dire à Fausto, dans Fausto e Anna (1952), le refus spontané de tuer ; Cesare Pavese, dans La Casa in collina (1948 ; publié dans Prima che il gallo canti, 1949), e [...]


Médias de l’article

Italo Svevo

Italo Svevo
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Benedetto Croce

Benedetto Croce
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Vittorio Alfieri

Vittorio Alfieri
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Gabriele D'Annunzio

Gabriele D'Annunzio
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 43 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'italien, docteur ès lettres
  • : professeur agrégé, maitre assistant d'italien à l'université de Paris-III
  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice
  • : professeur des Universités
  • : professeur, directeur du département d'italien à l'université de Strasbourg-II
  • : traducteur, écrivain

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique FERNANDEZ, Pierre LAROCHE, Angélique LEVI, Jean-Paul MANGANARO, Philippe RENARD, Jean-Noël SCHIFANO, « ITALIE - Langue et littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/