ITALIELa vie politique depuis 1945

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique italienne (IT)
Chef de l'ÉtatSergio Mattarella (depuis le 3 février 2015)
Chef du gouvernementMario Draghi (depuis le 13 février 2021)
CapitaleRome
Langue officielleitalien 2
Note : L'allemand et le français sont également des langues officielles locales, respectivement dans les régions du Trentin-Haut-Adige et du Val d'Aoste

La troisième phase du système politique : unité nationale ou centre gauche renouvelé ?

L'expérience de grande coalition (1976-1979)

Le gouvernement homogène démocrate-chrétien formé en juillet 1976 par Guilio Andreotti avec l'abstention du PCI introduit en Italie une forme de grande coalition dont la spécificité est due à la nature particulière du PCI. D'où la politique des petits pas adoptée pour sa mise en place : de la simple abstention à l'accord sur le programme en juillet 1977 et au vote en faveur du quatrième gouvernement Andreotti le 16 mars 1978 dans l'élan unitaire suscité par l'enlèvement le même jour d'Aldo Moro par les Brigades rouges. D'où aussi le caractère limité d'une alliance parlementaire (il n'y aura pas de ministres communistes). Malgré les termes de « compromis historique » ou de « troisième phase » qui semblent indiquer l'entrée du pays dans un nouveau cycle politique, l'expérience d'unité nationale, imposée par les circonstances, se révèle éphémère. Les communistes comprennent vite la vulnérabilité de leur position au « milieu du gué » (plus dans l'opposition et pas encore au gouvernement) qui les expose à toutes les attaques. Le PSI, sous la conduite de son nouveau secrétaire Bettino Craxi, élu en 1976, engage avec le PCI une dure polémique, à la fois sur le thème de la révision incomplète du passé (références idéologiques, liens avec l'URSS, organisation interne) et sur la politique actuelle de rigueur économique et policière. Dès 1977, la rupture entre le PCI et une large partie de la culture de gauche et de la jeunesse est consommée, comme en témoigne l'expulsion du secrétaire général de la CGIL, Luciano Lama de l'université de Rome par les étudiants ou la grande manifestation des autonomes à Bologne. La base même du parti est la proie d'un malaise croissant. Elle comprend mal l'entente avec la DC présentée depuis trente ans comme l'ennemi de classe. Elle admet encore plus difficilement la politique d'austérité entérinée par la CGIL lors du congrès de Eur en février 1978. N'ayant pu obtenir ni son entrée au gouvernement ni une participation au contrôle sur la gestion des entreprises en compensation de la modération salariale acceptée par les syndicats, le PCI, confronté à des pertes lors des élections locales partielles de 1978 et à la menace d'une grève générale, met fin à l'unité nationale en retirant son soutien au gouvernement dont il provoque ainsi la chute en janvier 1979.

Assassinat d'Aldo Moro, 1978

Photographie : Assassinat d'Aldo Moro, 1978

Le corps criblé de balles d'Aldo Moro, ancien Premier ministre italien et chef de la Démocratie chrétienne, est retrouvé dans le coffre d'une voiture dans une rue de Rome, le 10 mai 1978. Enlevé le 16 mars 1978 par les Brigades rouges, Aldo Moro fut assassiné le 9 mai 1978, après que le... 

Crédits : Gianni Giansanti/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Afficher

Un centre gauche renouvelé

Les élections anticipées de juin 1979 confirment la fin de l'expérience unitaire. Le PCI, qui perd quatre points, retrouve son rôle d'opposant à un moment où son appui apparaît d'ailleurs moins nécessaire. La lutte contre le terrorisme commence à donner des résultats : les confessions des « repentis » non seulement permettent de démanteler des réseaux, mais entament le mythe, culminant en mai 1978 avec l'assassinat d'Aldo Moro, de la toute-puissance des Brigades rouges. Dans le domaine économique où le PCI reprend la tête des revendications en 1979 et dans le domaine international où il s'oppose à l'installation en Italie des missiles américains, la collaboration ne serait d'ailleurs guère possible.

Pour l'ensemble des forces politiques, la fin de l'unité nationale exige la définition de nouvelles stratégies.

L'alternative démocratique du PCI

La révision semble déchirante pour Enrico Berlinguer, qui ne tire un trait sur le compromis historique qu'en septembre 1980, dans son discours de Salerne. Et encore, l'alternative démocratique qui est alors proposée en remplacement paraît-elle plus une formule d'attente qu'un choix stratégique net. La cohérence d'un projet politique est également masquée par la poursuite simultanée d'objectifs contradictoires. Le souci de retrouver auprès de la base ouvrière une audience dangereuse entamée par trois ans de collaboration avec la DC est net. Il se traduit par un renforcement de l'organisation sur les lieux de travail, un contrôle plus ferme sur le syndicat, un soutien apporté aux luttes sociales les plus dures, comme la grande grève chez FIAT en octobre 1980 et le refus de toute modification de l'échelle mobile.

Ce durcissement, qui a pour but de reprendre en main le mouvement ouvrier et de montrer qu'on « ne gouverne pas l'Italie sans les communistes », accompagne cependant la poursuite de l'évolution interne et internationale. Mise en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 47 pages

Médias de l’article

Portrait de Palmiro Togliatti (1948)

Portrait de Palmiro Togliatti (1948)
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Giuseppe Saragat, 1964

Giuseppe Saragat, 1964
Crédits : Dufeto/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alcide De Gasperi, 1951

Alcide De Gasperi, 1951
Crédits : Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Aldo Moro, 1963

Aldo Moro, 1963
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève BIBES, Marc LAZAR, « ITALIE - La vie politique depuis 1945 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/