ITALIELa vie politique depuis 1945

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique italienne (IT)
Chef de l'ÉtatSergio Mattarella (depuis le 3 février 2015)
Chef du gouvernementGiuseppe Conte (depuis le 1er juin 2018)
Note :
CapitaleRome
Langue officielleitalien 2
Note : L'allemand et le français sont également des langues officielles locales, respectivement dans les régions du Trentin-Haut-Adige et du Val d'Aoste

Le centrisme triomphant (1947-1953)

L'hégémonie démocrate-chrétienne

L'importance de l'enjeu explique l'intense mobilisation et le taux élevé de participation (92,3 p. 100 des inscrits) qui marquent la première élection législative italienne en avril 1948. L'Église et le monde catholique, par l'intermédiaire de comités civiques créés pour l'occasion, s'engagent à fond dans la bataille électorale en faveur de la Démocratie chrétienne. À gauche, la décision de présenter des listes uniques renforce la cohésion du Bloc du peuple, mais provoque dans les rangs socialistes de nouvelles défections qui bénéficient aux sociaux-démocrates. L'intervention des grandes puissances contribue également à dramatiser la consultation et à en faire un véritable choix de société. Pour la gauche, le « coup de Prague » et l'adoption, sous la pression soviétique, de la lutte contre le plan Marshall comme thème majeur de la campagne électorale sont des éléments négatifs. La D.C., en revanche, tire profit de l'indispensable aide économique américaine et de la déclaration alliée de mars 1948 en faveur d'un retour de Trieste à l'Italie.

Les résultats consacrent à la fois le maintien de l'Italie dans le camp occidental et la tendance à la bipolarisation du système. Apparaissant comme le meilleur rempart contre le communisme, la D.C. gagne cinq millions d'électeurs par rapport à 1946 et obtient la majorité absolue des sièges à la Chambre (48,5 p. 100 des voix et 304 sièges). Les 31 p. 100 des suffrages obtenus par le Bloc du peuple font apparaître une perte d'un million de voix inégalement réparties entre les deux partenaires. Sur les 183 députés élus, 131 sont communistes et 52 seulement socialistes. À l'exception des sociaux-démocrates qui recueillent 7 p. 100 des voix, tous les autres partis sont laminés dans cette élection si fortement polarisée. La double hégémonie, de la D.C. sur la droite et du P.C.I. sur la gauche, reste jusqu'aux années quatre-vingt la caractéristique essentielle du système politique italien.

Le leadership d'Alcide De Gasperi

L [...]

Alcide De Gasperi, 1951

Photographie : Alcide De Gasperi, 1951

Photographie

Discours du président du Conseil démocrate-chrétien italien, Alcide De Gasperi (1881-1954), à Bologne en juin 1951. Bologne était alors le seul chef-lieu de province dont la municipalité était restée communiste aux élections municipales de juin 1951. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 47 pages

Médias de l’article

Portrait de Palmiro Togliatti (1948)

Portrait de Palmiro Togliatti (1948)
Crédits : Hulton Getty

photographie

Giuseppe Saragat, 1964

Giuseppe Saragat, 1964
Crédits : Hulton Getty

photographie

Alcide De Gasperi, 1951

Alcide De Gasperi, 1951
Crédits : Hulton Getty

photographie

Aldo Moro, 1963

Aldo Moro, 1963
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève BIBES, Marc LAZAR, « ITALIE - La vie politique depuis 1945 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/