ITALIELa vie politique depuis 1945

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique italienne (IT)
Chef de l'ÉtatSergio Mattarella (depuis le 3 février 2015)
Chef du gouvernementMario Draghi (depuis le 13 février 2021)
CapitaleRome
Langue officielleitalien 2
Note : L'allemand et le français sont également des langues officielles locales, respectivement dans les régions du Trentin-Haut-Adige et du Val d'Aoste

Le centrisme triomphant (1947-1953)

L'hégémonie démocrate-chrétienne

L'importance de l'enjeu explique l'intense mobilisation et le taux élevé de participation (92,3 % des inscrits) qui marquent la première élection législative italienne en avril 1948. L'Église et le monde catholique, par l'intermédiaire de comités civiques créés pour l'occasion, s'engagent à fond dans la bataille électorale en faveur de la Démocratie chrétienne. À gauche, la décision de présenter des listes uniques renforce la cohésion du Bloc du peuple, mais provoque dans les rangs socialistes de nouvelles défections qui bénéficient aux sociaux-démocrates. L'intervention des grandes puissances contribue également à dramatiser la consultation et à en faire un véritable choix de société. Pour la gauche, le « coup de Prague » et l'adoption, sous la pression soviétique, de la lutte contre le plan Marshall comme thème majeur de la campagne électorale sont des éléments négatifs. La DC, en revanche, tire profit de l'indispensable aide économique américaine et de la déclaration alliée de mars 1948 en faveur d'un retour de Trieste à l'Italie.

Les résultats consacrent à la fois le maintien de l'Italie dans le camp occidental et la tendance à la bipolarisation du système. Apparaissant comme le meilleur rempart contre le communisme, la DC gagne cinq millions d'électeurs par rapport à 1946 et obtient la majorité absolue des sièges à la Chambre (48,5 % des voix et 304 sièges). Les 31 % des suffrages obtenus par le Bloc du peuple font apparaître une perte d'un million de voix inégalement réparties entre les deux partenaires. Sur les 183 députés élus, 131 sont communistes et 52 seulement socialistes. À l'exception des sociaux-démocrates qui recueillent 7 % des voix, tous les autres partis sont laminés dans cette élection si fortement polarisée. La double hégémonie, de la DC sur la droite et du PCI sur la gauche, reste jusqu'aux années quatre-vingt la caractéristique essentielle du système politique italien.

Le leadership d'Alcide De Gasperi

La victoire écrasante de la DC grâce à l'apport des voix de droite et du Midi risquant de rompre les équilibres internes du parti catholique, De Gasperi s'efforce de réaliser son objectif prioritaire : réconcilier avec la démocratie la majeure partie de la bourgeoisie et du monde catholique, facilement séduits par les solutions autoritaires. L'alliance quadripartite inaugurée en décembre 1947 qui permet d'ancrer solidement le parti au centre est donc pour lui une nécessité permanente. Il lui faut pour cela vaincre bien des oppositions. Celle de la gauche catholique, regroupée autour de Giuseppe Dossetti, qui lui reproche un libéralisme économique et politique étranger à la culture chrétienne et à la doctrine sociale de l'Église. Celle, beaucoup plus dangereuse, de l'aile droite appuyée par la hiérarchie ecclésiastique qui cherche en 1951 à lui imposer un accord avec l'extrême droite renaissante, aux élections locales de Rome, pour barrer la route à la gauche. Alcide De Gasperi ne cède pas à Pie XII, mais, pour garantir le maintien au pouvoir de la coalition centriste menacée par la montée conjointe de l'extrême droite et de la gauche, il fait voter, avant les élections de 1953, une réforme du mode de scrutin modifiant la répartition proportionnelle par l'attribution d'une prime de majorité (65 % des sièges à la liste ou aux listes apparentées ayant obtenu 50,01 % des voix). Qualifiée de legge truffa (loi scélérate) par les oppositions, la nouvelle réglementation déchaîne des polémiques d'autant plus violentes qu'elle coïncide durant la campagne électorale avec une intervention maladroite de l'ambassadeur américain, Mrs. Luce Booth, contre la gauche. Le 7 juin, il manque 57 000 voix à la coalition des listes apparentées (DC – Democrazia cristiana –, PSDI – Partito socialista democratico italiano –, PRI – Partito repubblicano italiano –, PLI – Partito liberale italiano) pour bénéficier de la prime majoritaire. La réforme, qui sera abolie quelques mois plus tard, a joué à l'encontre du but poursuivi : les forces gouvernementales reculent (la DC perd 2 millions de voix et le PSDI la moitié de son électorat), alors que le PCI gagne 3,7 points (22,6 %) et que l'extrême droite atteint 12,7 % des suffrages. La constitution d'une majorité s'avère difficile. L'éche [...]

Alcide De Gasperi, 1951

Photographie : Alcide De Gasperi, 1951

Discours du président du Conseil démocrate-chrétien italien, Alcide De Gasperi (1881-1954), à Bologne en juin 1951. Bologne était alors le seul chef-lieu de province dont la municipalité était restée communiste aux élections municipales de juin 1951. 

Crédits : Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 47 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Portrait de Palmiro Togliatti (1948)

Portrait de Palmiro Togliatti (1948)
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Giuseppe Saragat, 1964

Giuseppe Saragat, 1964
Crédits : Dufeto/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Alcide De Gasperi, 1951

Alcide De Gasperi, 1951
Crédits : Picture Post/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Aldo Moro, 1963

Aldo Moro, 1963
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 12 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève BIBES, Marc LAZAR, « ITALIE - La vie politique depuis 1945 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-la-vie-politique-depuis-1945/