GALVÁN ISRAEL (1973- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'initiation à la consécration

Né à Séville le 12 juillet 1973, Israel Galván de los Reyes a été formé au flamenco par son père, le danseur et professeur de danse José Galván, et par sa mère, la danseuse gitane Eugenia de los Reyes. Dès l'âge de cinq ans, il les accompagne dans leurs tournées, avant de se décider à devenir danseur en 1990. Désireux de suivre une voie personnelle, à l'écart des chemins tracés par ses parents, il suit les cours de Mario Maya, directeur de la Compañía Andaluza de Danza, qui l'incite à diversifier son style au contact d'autres formes de danses, notamment le butō. Par la suite, ses rencontres avec des musiciens tels que Manuel Soler et Enrique Morente, ou avec le chanteur Fernando Terremoto, seront déterminantes pour l'affirmation d'un flamenco contemporain, plus rebelle et moins enclin aux dogmes, qu'il interprète souvent seul.

Israel Galván

Photographie : Israel Galván

Photographie

Dans le spectacle La Edad de Oro (2005), crée en référence à l'âge d'or du flamenco, dont la période court de 1850 à 1920, Israel Galván offre, en compagnie du chanteur Fernando Terremoto et du guitariste Alfredo Lagos (au second plan), une relecture de la gestuelle traditionnelle du... 

Crédits : L. Mason/ Corbis

Afficher

En 1998, lors de la xe biennale de flamenco à Séville, la première création d'Israel Galván, intitulée ¡Mira! / Los zapatos rojos et conçue sous la direction de l'artiste sévillan polyvalent Pedro G. Romero, fait l'effet d'une bombe. En dépit des critiques qu'il suscite en Espagne auprès des tenants du flamenco traditionnel, Galván persiste dans un style expressionniste où son inventivité s'exprime à travers tout le corps, aussi bien par le jeu complexe et novateur des pas que par des mouvements inédits imprimés aux pieds, aux bras et aux mains. Il affirme ainsi un langage foncièrement original qui fonde sa notoriété. Il crée alors des pièces très personnelles, inspirées par Franz Kafka (La Metamorfosis, 2000), par le compositeur Gerardo Núñez qui, dans le sillage de Paco de Lucía, l'entraîne sur les scènes de festivals de jazz (Galvánicas, 2002), et par le thème de la tauromachie (Arena, 2004). Durant cette période, sa renommée le conduit à se produire au Japon, aux États-Unis, à Cuba ou au Mexique. Israel Galván collabore également en 2004 à la chorégraphie du film Morente sueña la Alhambra, dans laquelle il danse en solo et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeure de lettres, critique d'art, membre de l'Association internationale des critiques d'art

Classification

Pour citer l’article

Lise OTT, « GALVÁN ISRAEL (1973- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/israel-galvan/