ISOMÉRISATION

ALCANES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Craquage et isomérisation »  : […] Portés pendant un temps très court (de 0,5 à 2 s) à une température élevée (700-850  0 C), les alcanes en C 5 -C 9 , qui sont les principaux constituants des coupes de distillation des pétroles appelées naphtas, subissent une série de réactions de fragmentation homolytique et de recombinaison qui les transforment en un mélange de molécules à chaîne plus courte, saturées ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcanes/#i_27672

ALCÈNES ou OLÉFINES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 677 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Isomérisation »  : […] Sous l'action des bases fortes telles que le tertiobutylate de potassium en présence de diméthylsulfoxyde, la double liaison des alcènes se déplace réversiblement sur la chaîne carbonée en formant des isomères en équilibre thermodynamique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcenes-olefines/#i_27672

ALCYNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER
  •  • 3 321 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Isomérisation »  : […] Sous l'action de bases très fortes, comme NaNH 2 , la triple liaison d'un alcyne migre réversiblement en formant l'acétylénique vrai, stabilisé sous forme d'acétylure. Des bases moins fortes, comme NaOH, dont l'acide conjugué est plus fort que l'acétylénique, provoquent également cette isomérisation mais avec formation de l'acétylénique interne, de plus grande stabilité thermodynamique. Le réarr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcynes/#i_27672

PÉTROLE - Le raffinage

  • Écrit par 
  • René DAUDIN
  •  • 5 409 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La synthèse des gaz »  : […] La synthèse des gaz de pétrole en carburants liquides revêt plusieurs formes, notamment la polymérisation et l'alcoylation (ou alkylation). La polymérisation, qui est la réunion de plusieurs molécules non saturées, est pratiquée en raffinerie sur les gaz de craquage catalytique car leur teneur en oléfines (molécules non saturées) est importante. Si l'on chauffe ensemble ces gaz à une température […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrole-le-raffinage/#i_27672

PHOTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUSSOT-DUBIEN
  •  • 3 531 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Applications de la photochimie »  : […] Parmi les réactions photochimiques les mieux comprises, on peut citer l' isomérisation cis-trans des composés alcéniques par excitation directe (état singulet excité) ou photosensibilisée (état triplet). En prenant le cas du 1,2 dichloroéthylène déjà cité à propos de la différence de conformation des molécules à l'état fondamental et à l'état excité, on comprend facilement q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photochimie/#i_27672

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Seuils de réponse »  : […] Lors de la détermination du seuil de visibilité de sujets humains adaptés à l'obscurité, on a montré que le caractère aléatoire de l'émission des photons par la source lumineuse entraînait des fluctuations dans les réponses du sujet et que les deux ordres de phénomènes étaient superposables et leur statistique conforme à la loi de Poisson. Des estimations faites en 1942 par Hecht Schlaer et Piren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-photoreception-retinienne/#i_27672

WALD GEORGE (1906-1997)

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 749 mots

Georges Wald est mort à Cambridge (Mass.) le 12 avril 1997, à l'âge de quatre-vingt-dix ans. Du début des années 1930 à sa retraite, en 1977, il a été la figure dominante dans le domaine de la biochimie des photopigments rétiniens, et le prix Nobel de physiologie, qu'il partagea en 1967 avec les neurophysiologistes H. K. Hartline et R. Granit, n'avait fait qu'entériner une réputation solidement é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-wald/#i_27672

ZÉOLITES

  • Écrit par 
  • Pierre Auguste JACOBS
  •  • 3 541 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Catalyseurs »  : […] Il est généralement admis que les propriétés acides , très prononcées, des zéolites sont à l'origine de leur activité. Des sites acides de Brønsted (c'est-à-dire ceux qui donnent des protons à un substrat basique) peuvent être créés par échange des cations initialement présents avec le proton d'un acide ou avec le cation ammonium qui se décompose par calcination formant ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zeolites/#i_27672