ISLAM (La civilisation islamique)Islam et politique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Islam et État

Contrairement à une idée souvent reçue, la question des relations entre les États des pays musulmans (c'est-à-dire où la majorité de la population est musulmane) et l'islam ne se pose de manière aiguë que depuis la fin des années 1970. Auparavant, la configuration dominante était celle d'un pouvoir de fait (sultan, roi, émir), légitimé par le corps des oulémas (docteurs de la loi) et régnant sur une société régie par un droit mêlant charia et droit coutumier. C'est la mise en avant de nouvelles sources de légitimité qui a remis en cause cette structure traditionnelle. La plupart des États du monde musulman contemporain, à l'exception des monarchies, se sont construits, au cours du xxe siècle, sur une légitimité nationale et modernisatrice, où prédominait l'élément laïque (visible en particulier dans les législations sur le statut personnel). Luttes d'indépendances (Indonésie, Tunisie, Algérie, Sud-Yémen, Bangladesh, Palestine) ou du moins anti-impérialistes (Turquie avec Atatürk, Égypte avec Nasser), nationalisme arabe mâtiné de socialisme (Nord-Yémen, régimes baasistes d'Irak et de Syrie, et, d'une certaine manière, Somalie), modernisation autoritaire (Iran du chah) ou prudente (Afghanistan) : dans tous les cas, la légitimité historique des régimes issus de la décolonisation n'avait guère à voir avec l'islam. Beaucoup de penseurs du nationalisme arabe, comme Michel Aflak, étaient par ailleurs des chrétiens. Par contraste avec ce modernisme, les monarchies traditionnelles (Maroc, Arabie Saoudite) et les émirats du Golfe fondaient leur légitimité sur une logique à la fois tribale et religieuse, mais où le religieux était soumis au politique du fait que ces monarchies se présentaient comme le meilleur rempart de l'islam. Les monarchies plus récentes (Iran, Irak, Libye et Égypte) ont été confrontées, dans les années 1950, à des mouvements provenant essentiellement de la gauche nationaliste (à l'exception de la Jordanie où l'opposition venait des Palestiniens, quoique ceux-ci relevassent également d'une gauche nationaliste). Le seul État à avoir été créé explicitement sur sa spécificité musulmane, le Pakistan (1947), a connu en fait des Constitutions et une législation plutôt laïques jusqu'en 1974.

Une problématique contemporaine

Or, à partir des années 1970, tous les États musulmans sont confrontés à un « retour » de l'islam sous deux formes : d'une part la contestation politique islamiste, qui prône la mise en place d'un État véritablement islamique et prend parfois des formes violentes, et d'autre part un mouvement de ré-islamisation par le bas, mené par des milieux conservateurs, comme les oulémas, qui s'appuient sur l'héritage culturel et social de l'islam dans la société et qui, sans nécessairement remettre en cause les régimes en place, demandent une plus grande islamisation du droit et de la société. Il ne faut évidemment pas opposer systématiquement ces deux tendances : des mouvements islamistes comme les Frères musulmans égyptiens ont joué sur les deux registres depuis leur fondation.

Cette double contestation a conduit la plupart des régimes à favoriser d'une part une ré-islamisation sociale et juridique pour se maintenir, en courtisant les milieux conservateurs, et à contrer d'autre part la contestation politique islamiste soit par la répression, soit – plus rarement – par une cooptation bien contrôlée. Bien sûr, ces politiques varient beaucoup sur l'espace concerné. Elles s'ordonnent sur un éventail assez large qui va d'un pôle laïque intransigeant, incarné par la Turquie ou la Tunisie, à un pôle islamiste, représenté par l'Iran, le seul pays où ait eu lieu une véritable révolution islamique (avec, dans une moindre mesure, le Soudan). La voie médiane, celle de la banalisation et de l’intégration des mouvements islamistes dans le jeu politique à la suite de victoires électorales de ces mouv [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Femme portant le chadri

Femme portant le chadri
Crédits : N. Cirani/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Manifestation au Bangladesh contre Taslima Nasreen

Manifestation au Bangladesh contre Taslima Nasreen
Crédits : Mufty Munir/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien professeur au collège philosophique et théologique de Toulouse, co-directeur de la collection Études musulmanes, collaborateur de l'Encyclopédie l'Islam
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  ISLAM  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les fondements

  • Écrit par 
  • Jacques JOMIER
  •  • 12 612 mots
  •  • 1 média

Mouvement politico-religieux, l'islam est tout entier édifié sur un livre sacré, le Coran, livre qui revêt pour lui une importance extrême. Source de son dogme et de sa prière, base de toute sa liturgie, code juridique, autorité suprême à laquelle il se réfère en cas de contestation, l […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Religion dépouillée, l'islam n'a pas de culte à proprement parler, mais des pratiques codifiées dans des recueils de traditions et d'usages venant du Prophète en personne, Mahomet (Mụhammad), dont l'imitation constitue, en effet, la règle à suivre. Les ouvrages de fiqh, fondés sur les corpus du […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

La civilisation islamique, développée sous l'influx de la religion musulmane, s'est donné tout un ensemble d'expressions culturelles. Certaines d'entre elles portent sur l'islam en tant précisément que religion. Nous les appelons ici « sciences religieuses traditionnelles ». Pourquoi traditionnelles ? Pour deux raisons, c'est-à-dire en deux sens. Ces sciences religieuses sont traditionnelles, d'ab […] Lire la suite

ISLAM (La religion musulmane) - L'étude de l'islam et ses enjeux

  • Écrit par 
  • Mohammed ARKOUN, 
  • Universalis
  •  • 6 982 mots
  •  • 3 médias

La « révolution islamique » en Iran, la chute du régime « socialiste » face à la résistance des tribus en Afghanistan, le réveil islamique dans les anciennes républiques soviétiques devenues indépendantes, les attentats terroristes en Algérie, en Irak, en Égypte, les pressions des partis « islamiques » sur tous les régime […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 448 mots
  •  • 10 médias

Le phénomène de l'expansion de la religion musulmane est l'un des faits marquants et constants de l'histoire du monde depuis le premier tiers du viie siècle ; l'aspect religieux s'est généralement doublé d'un aspect politique, offensif et impérialiste jusqu'au début des Temps modernes, défensif et anti-impérialiste face aux Occidentaux depuis la fin d […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Il existe de nos jours une communauté d'attitudes et de sentiments à travers le monde musulman.Il y a en premier lieu une solidarité internationale de ce qu'on peut appeler l'appareil de l'islam. Certes, il n'y a pas de clergé dans l'islam, au sens d'une hiérarchie disposant de pouvoirs sacramentels, comme dans le […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - L'émergence des radicalismes

  • Écrit par 
  • Olivier ROY
  •  • 2 596 mots
  •  • 4 médias

La première question concernant le radicalisme islamique est de savoir dans quelle mesure celui-ci est une conséquence de la doctrine religieuse elle-même, et donc intrinsèque à l'islam, ou bien s'il s'agit d'un phénomène avant tout politique, lié à des conflits contemporains. La confusion est d'autant plus grande qu'elle est entretenue tant par les critiques occidentaux de la religion islamique e […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Peut-on parler d'un art islamique, alors que la civilisation née de l'islam s'étend sur quatorze siècles et sur un espace qui va de l'Atlantique au Pacifique, du Maroc jusqu'à l'Indonésie, et que cette civilisation a poussé des ramifications un peu partout dans le monde, aussi bien en Chine qu'au Brésil ? Il ne vien […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Vers la fin du iie siècle de l'hégire, le champ théorique est entièrement occupé par, notamment, une théologie où l'on débat de l'unité de Dieu, de ses attributs, du sens qu'il faut donner aux noms et aux descriptions qui en sont attestés par le Coran, de la […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les sciences historiques et géographiques

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 2 148 mots
  •  • 1 média

L'a-priori de la perception de l'espace et du temps dans la construction et la représentation du monde ne vaut pas que pour les individus : il est la règle aussi pour les sociétés. Aucune d'entre elles ne peut s'édifier et se méditer si elle ne définit pas d'abord comme sien l'espace qu'elle s'est acquis, si elle n'en marque les limites, si elle ne les défend sur le terrain et dans son propre univ […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

26-30 juin 2015 France. Attentat dans une usine chimique.

L’opposition de droite et d’extrême droite dénonce les manquements de la politique gouvernementale en matière de lutte antiterroriste. Le 27, Yassin Salhi défend la thèse d’une vengeance personnelle contre son patron et refuse d’être considéré comme un terroriste. Il affirme avoir voulu « frapper les esprits » en exposant la tête de la victime. Le 28, le Premier ministre Manuel Valls déclare dans une émission de radio que « cette guerre contre le terrorisme [est] une guerre de civilisation ». […] Lire la suite

21-30 mai 2012 Mali. Agression du président par intérim et fusion des groupes armés rebelles touaregs

) et ses alliés islamistes d'Ansar Eddine (proches d'Al-Qaida au Maghreb islamique), des groupes armés touaregs qui occupent le nord du pays, annoncent leur fusion au sein du Conseil transitoire de l'État islamique de l'Azawad. L'accord indique: « Nous sommes tous pour l'indépendance de l'Azawad », « Nous acceptons tous l'islam comme religion », le Coran et la Sunna sont « la source du droit ». […] Lire la suite

4 juin 2009 États-Unis. Discours de Barack Obama au Caire

Après une étape, la veille, à Riyad (Arabie Saoudite), le président Obama se rend au Caire (Égypte), où il prononce un discours, très attendu, sur le « nouveau départ » dans les relations entre Washington et le monde arabo-musulman, fondé sur « le respect mutuel et sur cette idée que l'Amérique et l'islam ne s'excluent pas ». Il rappelle « la dette que la civilisation doit à l'islam ». […] Lire la suite

13-15 janvier 2008 France – Moyen-Orient. Visite du président Nicolas Sarkozy en Arabie Saoudite et au Qatar

Il y présente la « politique de civilisation » qu'il entend appliquer comme « une politique qui fait du respect de la diversité des opinions, des cultures, des croyances, des religions un principe universel ». Évoquant « Dieu qui n'asservit pas l'homme mais qui le libère, Dieu qui est le rempart contre l'orgueil démesuré et la folie des hommes, Dieu qui par-delà toutes les différences ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d'humilité et d'amour, un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect », il encourage « ceux qui œuvrent pour un islam ouvert, qui se souvient de l'époque où il était le symbole de l'ouverture d'esprit et de la tolérance », comme le fait selon lui le roi Abdallah. […] Lire la suite

1er-28 février 2005 Irak. Proclamation des résultats des élections et poursuite des violences

Le 4, un groupe islamiste, l'Organisation du djihad islamique, revendique l'enlèvement, le même jour à Bagdad, de la journaliste italienne Giuliana Sgrena, du quotidien de gauche Il Manifesto. Il exige le retrait d'Irak des trois mille soldats italiens sous soixante-douze heures. Le 6, à l'approche de l'annonce des résultats qui donnent la liste chiite largement gagnante, plusieurs dignitaires chiites exigent que l'islam soit la source principale de la Constitution que le Parlement élu est chargé d'élaborer. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis GARDET, Olivier ROY, « ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/