I.R.A. (Irish Republican Army)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symbole du nationalisme irlandais et des aspirations à l'unification de l'île, le fantôme de l'Irish Republican Army (Armée républicaine irlandaise) n'a pas cessé de hanter périodiquement la scène au nord comme au sud du pays depuis la guerre d'indépendance.

Si l'I.R.A. tire son origine du mouvement fenian du xixe siècle, elle est directement issue des milices armées, les Irish Volunteers et l'Irish Citizen Army de James Connolly, qui se formèrent durant la Première Guerre mondiale et qui déclenchèrent l'insurrection de Pâques 1916. Lorsqu'il se confirma que les six comtés à majorité protestante du Nord ne feraient pas partie de l'État libre d'Irlande (1921), le parti Sinn Fein et l'I.R.A. décidèrent de continuer la lutte. Au bout de trois années de guerre civile, Eamon de Valera appela les républicains à cesser le combat (mai 1923). L'I.R.A., très isolée, regroupe alors les irréductibles. Elle maintiendra la tradition irrédentiste s'exprimant de manière violente, privilégiant l'action terroriste et l'organisation clandestine. Périodiquement, elle se manifeste par des campagnes (bombing campaign, 1939 ; 1956-1962) dont l'effet politique est faible, mais qui attirent sur ses militants emprisonnés la sympathie de la population.

Dès la naissance du Mouvement pour les droits civiques en 1968, les unionistes du Nord dénoncent le retour de l'armée républicaine clandestine. Ils se trompent, mais, un an plus tard, leur aveuglement devant les revendications catholiques produit un nouvel avatar de l'I.R.A. qui, dès l'été de 1969, commence à « signer » ses premiers attentats. Celle-ci apparaît alors aux yeux de la population catholique comme seule capable de la protéger des exactions orangistes.

Très vite, cependant, des dissensions apparaissent sur les modalités de l'action. Le scissionnisme, cette maladie endémique de l'Armée républicaine, se traduit, en décembre 1969, par la naissance de l'I.R.A. Provisional (provisoire). Tandis que l'I.R.A. Official (officielle), dirigée par Cathal Goulding, reste fidèle à l'idéal socialiste de James Connolly, l'I.R.A. provisoire, tiraillée entre plusieurs tendances, tend à devenir étroitement nationaliste, conservatrice, voire intégriste en matière religieuse. Son chef est Sean MacStiofain, en réalité un Anglais d'origine qui a pour nom John Stephenson. MacStiofain croit à l'action violente et, contrairement aux « officiels », compte sur le terrorisme pour amener les Anglais à quitter l'Irlande du Nord. Branche politique de l'I.R.A., le Sinn Fein se scinde lui aussi en fractions (officielle et provisoire). Mais, tandis que le Sinn Fein, reconnu comme parti politique, est une organisation légale, l'I.R.A. est interdite au sud comme au nord de l'île.

Malgré l'évolution de la situation politique en Irlande du Nord à partir de 1971, en particulier la dissolution, au printemps de 1972, du Stormont qui était monopolisé par les protestants, les « provisoires » poursuivent leur campagne terroriste.

En mai 1972, l'I.R.A. officielle décrète un cessez-le-feu qu'elle observera ensuite à peu près. Son ambition est de jouer, désormais, un rôle politique dans le règlement qui se dessine pour la province. En juin, les provisoires annoncent, à leur tour, qu'ils suspendent leurs activités militaires et ils rencontrent secrètement, à Londres, le secrétaire d'État britannique à l'Irlande du Nord, William Whitelaw. Mais ils n'arrivent pas à adopter une ligne de conduite précise. Alors que les assassinats de catholiques se multiplient, les provisoires dénoncent la trève au début de juillet et reprennent leurs attentats. Le « vendredi sanglant », au cours duquel vingt-deux bombes explosent dans le centre de Belfast, fait onze morts et cent trente blessés, presque tous civils. L'armée britannique déclenche l'opération Motorman qui permet l'arrestation de près de deux cents responsables des provisoires.

Au sud, le rapprochement entre Londres et Dublin incite le gouvernement irlandais à entamer une répression sévère contre l'I.R.A. MacStiofain est arrêté et entame une grève de la faim dans la grande tradition de la « vieille I.R.A. ». Son action se révélera, cependant, assez dé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Manifestation devant la prison de Long Kesh (Ulster)

Manifestation devant la prison de Long Kesh (Ulster)
Crédits : Hulton Getty

photographie

Attentat de l'I.R.A., 1993

Attentat de l'I.R.A., 1993
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  I.R.A. (Irish Republican Army)  » est également traité dans :

ACCORD DU VENDREDI SAINT

  • Écrit par 
  • Christophe PÉRY
  •  • 300 mots

Entre la partition de l'Irlande, en 1921, qui maintient six comtés du nord de l'Ulster au sein du Royaume-Uni, et la conclusion de l'accord de paix du 10 avril 1998, la province autonome d'Irlande du Nord a été le théâtre d'un des plus longs conflits qu'aura connus l'Europe moderne. À l'image de la lutte ancestrale entre l'Irlande catholique et la Grande-Bretagne protestante, ce conflit, alimenté […] Lire la suite

ADAMS GERRY (1948- )

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 102 mots

Ancien barman, accusé d'avoir été un des principaux dirigeants de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), président d'une organisation politique, le Sinn Fein, ayant longtemps prôné le terrorisme, diplomate hors pair et protagoniste indispensable du processus de paix nord-irlandais, Gerry Adams est né le 5 octobre 1948 à Belfast. Il est de ceux qui s'efforcent de protéger les quartiers catholiques […] Lire la suite

HUME JOHN (1937-2020)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 020 mots

Homme politique britannique, lauréat du prix Nobel de la paix avec David Trimble en 1998, John Hume a consacré toute sa vie à libérer la société nord-irlandaise de ses peurs sans jamais pactiser avec la violence. Il voit le jour le 18 janvier 1937 dans le Bogside, ghetto catholique de Derry, où la misère, l'exclusion et la discrimination sont le lot des catholiques pris au piège de la partition. […] Lire la suite

IRLANDE RÉPUBLIQUE D' (EIRE)

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Pierre JOANNON
  • , Universalis
  •  • 10 110 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De l'Eire à la république d'Irlande »  : […] À peine installé au pouvoir, De Valera abroge les derniers liens constitutionnels qui unissaient l'Irlande à l'empire : le serment d'allégeance est supprimé, le gouverneur général neutralisé, le droit de veto du roi abrogé, l'appel au Conseil privé britannique abandonné, la citoyenneté impériale répudiée. En 1936, l'Executive Authority (External Relations) Act va beaucoup plus loin : sous prétext […] Lire la suite

IRLANDE DU NORD ou ULSTER

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 9 377 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Suspension et rétablissement des institutions »  : […] Ce pas étant franchi, les institutions prévues par l'accord du vendredi saint se mettent en place rapidement. L'administration directe de l'Irlande du Nord par Westminster prend fin le 1 er  décembre 1999 à minuit. L'exécutif nord-irlandais saisit aussitôt les rênes du gouvernement des six comtés. À Dublin, un nouvel accord irlando-britannique est paraphé. Le gouvernement irlandais donne effet à l […] Lire la suite

KEENAN BRIAN (1941-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 184 mots

Militant républicain nord-irlandais. Brian Keenan, fils d'un pilote de la Royal Air Force, engagé dans le syndicalisme dès l'âge de seize ans, rejoint l'Armée républicaine irlandaise (I.R.A.) en 1968. Il est rapidement chargé des questions de logistique au sein de la Brigade de Belfast et participe à l'achat d'armes à la Libye en 1972. Il est arrêté en 1974 et purge une peine d'un an de prison. […] Lire la suite

LYNCH JOHN dit JACK (1917-1999)

  • Écrit par 
  • Nicole BERNHEIM
  •  • 654 mots
  •  • 1 média

Premier ministre de la république d'Irlande de 1966 à 1973 puis de nouveau de 1977 à 1979, Jack Lynch est le grand perdant de l'évolution, entre 1972 et 1974, des relations entre Dublin, Londres et Belfast, bien qu'il en ait été l'un des initiateurs. Né en 1917, il entre au Parlement en 1948 après avoir exercé pendant quelques années la profession d'avocat. Très vite, il acquiert au sein de son p […] Lire la suite

MAC BRIDE SEAN (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 029 mots

De sa naissance à Paris le 26 janvier 1904 et de ses études au collège Saint-Louis-de-Gonzague, l'Irlandais Sean Mac Bride avait gardé un accent français qui égayait fort ses compatriotes. Il palliait cet exotisme par un nationalisme farouche hérité du milieu familial : sa mère, la belle et impétueuse Maud Gonne, était l'égérie de l'Irlande rebelle et l'inspiratrice du chantre de la renaissance li […] Lire la suite

MCGUINNESS MARTIN (1950-2017)

  • Écrit par 
  • Peter KELLNER
  • , Universalis
  •  • 721 mots

Homme politique britannique, Martin McGuinness joua un rôle majeur dans les négociations de l’accord du vendredi saint de 1998 ; il fut vice-Premier ministre d’Irlande du Nord de 2007 à 2017. James Martin Pacelli McGuinness est né le 23 mai 1950 à Londonderry (ou Derry), en Irlande du Nord. Vers 1970, il rejoint l’Armée républicaine irlandaise (IRA) dont il devient rapidement l’un des principaux […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Le blairisme triomphant »  : […] La première législature repose sur la volonté de mettre en œuvre le programme du Nouveau Travaillisme (New Labour), selon un processus cumulatif de réformes, dans le cadre de la Troisième Voie ( The Third Way ), définie à Brighton à l'automne de 1997 comme une « démocratie sociale modernisée », attachée à la justice sociale, innovante et inventive. La Troisième Voie se définit aussi bien « centri […] Lire la suite

Les derniers événements

10 septembre 2015 Royaume-Uni. Démission du Premier ministre d’Irlande du Nord.

En juillet 2005, l’I.R.A. avait annoncé la fin de ses actions armées. La police la soupçonne de poursuivre des activités liées au crime organisé.  […] Lire la suite

27 octobre 2011 Irlande. Élection de Michael D. Higgins à la présidence

Le candidat du Sinn Fein Martin McGuinness, vice-Premier ministre d'Irlande du Nord et ancien membre de l'I.R.A., recueille 13,7 p. 100 des voix. Celui du Fine Gael, le député européen Gay Mitchell, n'obtient que 6,4 p. 100 des suffrages. Le taux de participation est de 56,1 p. 100.  […] Lire la suite

7-26 mars 2009 Royaume-Uni. Attentats en Irlande du Nord

L'assassinat est revendiqué le lendemain par l'I.R.A.-Continuité, une autre branche dissidente de l'I.R.A. également opposée au processus de paix. Le 11, des milliers de personnes manifestent à Belfast contre les attentats; Martin McGuinness, ancien commandant de l'I.R.A et vice-Premier ministre du gouvernement semi-autonome d'Irlande du Nord, qualifie de « traîtres » les auteurs des assassinats. […] Lire la suite

28 janvier 2007 Royaume-Uni – Irlande. Reconnaissance de la police et de la justice nord-irlandaises par le Sinn Fein

Les militants du Sinn Fein, la branche politique de l'I.R.A., réunis en congrès à Dublin, se prononcent à une écrasante majorité en faveur de la reconnaissance de la légitimité de la police et de la justice nord-irlandaises. Cette décision vise à relancer le processus de paix dit du vendredi saint engagé en 1998, mais suspendu depuis 2002. En 2006, Londres et Dublin ont imposé un calendrier prévoyant la réactivation du gouvernement et de l'assemblée semi-autonomes avant le 26 mars. […] Lire la suite

26 septembre 2005 Royaume-Uni. Annonce du démantèlement de l'arsenal de l'I.R.A.

La commission indépendante internationale sur le désarmement des groupes paramilitaires, mise en place après l'accord de paix d'avril 1998, annonce le démantèlement complet de l'arsenal de l'Armée républicaine irlandaise (I.R.A.), comme celle-ci s'y était engagée le 28 juillet dernier. Les Premiers ministres britannique et irlandais, Tony Blair et Bertie Ahern, saluent l'événement tandis que le Parti démocratique unioniste de Ian Paisley le minimise. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BERNHEIM, « I.R.A. (Irish Republican Army) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/irish-republican-army/