IRANSociété et cultures

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les problèmes d'une société postrévolutionnaire

Quelque trente ans après la révolution, la société iranienne doit affronter d'énormes difficultés économiques et se trouve tiraillée entre des institutions qui l'entravent et une volonté d'ouverture, de réformes qu'elle manifeste, au fil des élections successives, de plus en plus massivement.

Une nouvelle physionomie socio-économique

En trente ans, la population du pays a plus que doublé (33,6 millions en 1976, 70 millions en 2006). La croissance démographique a atteint un pic (3,1 p. 100 par an) en 1986 (la fécondité, 6,2 enfants par femme, est alors une des plus élevées du monde). Pour freiner cette évolution, la contraception a été légalisée, dès 1980, par une fatwa de l'ayatollah Khomeyni et le gouvernement a lancé en 1988 une campagne de contrôle des naissances, suivant en cela une tendance générale dans la société iranienne. La fécondité a fortement baissé (3,5 enfants par femme dès 1993, 2 en 2006) et la proportion des 0-14 ans est passée de 45,5 p. 100 de la population totale en 1986 à 26,1 p. 100 en 2006. La croissance démographique est également liée à l'augmentation de l'espérance de vie (55,8 ans en 1976, 62,8 ans en 1996, 70 ans en 2006), qui témoigne, entre autres, des progrès des équipements sanitaires et médicaux, et à l'afflux d'immigrés et de réfugiés (Afghans en particulier ayant fui le régime des talibans). La population a, par ailleurs, continué de s'urbaniser (plus de 68 p. 100 des Iraniens sont aujourd'hui des citadins), les migrations vers les villes affectant surtout l'ouest pauvre du pays : l'Azerbaïdjan, le Kurdistan mais aussi le Khouzistan, durement touché par la guerre contre l'Irak, qui, au total, a fait quelque 400 000 morts parmi les Iraniens. Sous la poussée de l'exode rural, plusieurs villes, naguère symboles du pouvoir central, se sont fortement ethnicisées, ce phénomène, qui frappe aux marges du territoire (Kurdistan, Khouzistan, Baloutchistan) contribuant au développement des revendications identitaires. Si le pourcentage de la population agricole a considérablement régressé pendant les trente dernières années, celle des pasteurs nomades (évaluée à 1 200 000 individus) s'est radicalement transformée : la dégradation des pâturages, la réalisation d'équipements (routes, électrification, logements), y compris dans les zones les plus reculées, ont entraîné un mouvement quasi total de sédentarisation et la substitution de la transhumance (où seuls les bergers se déplacent) au nomadisme (où migre l'ensemble du groupe).

Le régime islamique n'a pas pu apporter les réponses économiques appropriées à cette très forte croissance démographique. La révolution a tout d'abord provoqué la désorganisation des appareils de production, la fuite des capitaux, des cerveaux, des techniciens ; elle a aussi rejeté, dans ses premières années, l'« économisme » et la planification. Ces problèmes ont été aggravés par la longue guerre contre l'Irak, qui a absorbé annuellement de 20 à 30 p. 100 du budget de l'État, a ruiné des villes et des installations industrielles. Si la production pétrolière demeure la principale ressource de l'État et représente plus de 80 p. 100 des exportations, son niveau (environ 4 millions de barils par jour au milieu des années 2000) est loin de celui qu'elle atteignait avant la révolution (5,7 millions de barils par jours en 1974). Cette richesse pétrolière ne permet pourtant pas de répondre aux besoins de la consommation intérieure en essence qui est en forte croissance (6 p. 100 par an). Faute d'installations adaptées, la majeure partie du pétrole iranien est, en effet, raffinée à l'étranger et la consommation d'essence est rationnée depuis juin 2007. Au total, la révolution a entraîné un appauvrissement très sensible de presque toutes les catégories sociales, alors même que le pays dispose d'un potentiel économique considérable. Avec une inflation de l'ordre de 20 p. 100 par an, un taux de chômage officiel de 11 p. 100 (bien au-dessous du chiffre réel), le P.I.B. par habitant n'a toujours pas retrouvé son niveau de 1970. Dans les villes, c'est la course aux petits travaux, aux emplois secondaires, aux spéculations à petite ou grande échelle (dans le domaine de l'immobilier en particulier).

Alors qu'une des idées-forces du mouvement révolutionnaire était la restauration de l'indépendance et de l'autosuffisance économiques, notamment dans le domaine agricole, l'Iran islamique doit importer en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Iran : carte administrative

Iran : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Iran : drapeau

Iran : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Révolution islamique en Iran, 1979

Révolution islamique en Iran, 1979
Crédits : Pathé

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'anthropologie à l'université d'Aix-Marseille, ancien directeur de l'Institut français de recherche en Iran

Classification

Autres références

«  IRAN  » est également traité dans :

IRAN - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean BRAUD
  •  • 3 206 mots
  •  • 2 médias

La structure géologique de l'Iran et son évolution au cours des ères ne se comprennent bien que si l'on examine le pays dans son cadre général. Les chaînes montagneuses qui occupent la majeure partie du territoire appartiennent à un ensemble s'étendant de la Turquie à l'Afghanistan et au Pakistan. Cet ensemble est pris en tenaille entre les grandes masses c […] Lire la suite

IRAN - Géographie

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 5 162 mots
  •  • 5 médias

L'Iran, l'ancienne Perse, le « pays des Aryens », est situé entre les mondes arabe, indien, turc et russo-européen. Ce haut plateau aride de 1 640 000 kilomètres carrés, peuplé de plus de 75 millions d'habitants lors du recensement de 2011, occupe une place à part au Moyen-Orient. La population et l'État sont inséparables du territoire géographique où ils se sont développés depuis le […] Lire la suite

IRAN - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Christian BROMBERGER, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 22 385 mots
  •  • 12 médias

L'histoire moderne de l'Iran, vieil empire multiethnique, devenu au fil du xxe siècle (sous la dynastie pahlavi puis sous la République islamique) un État-nation centralisé, présente quelques constantes remarquables.Les relations de domination puis de rejet des puissances étrangères ont rythmé les étapes de l'évolution de ce pays, fier de sa singulari […] Lire la suite

IRAN - Cinéma

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 2 855 mots

La découverte récente du cinéma iranien a pour origine l'issue du conflit Iran-Irak en 1988. Soucieux de normaliser ses relations avec l'étranger, le pays ouvre ses frontières et accepte que certains films soient montrés. En 1989, Où est la maison de mon ami ? d'Abbas Kiarostami reçoit le léopard d'or au festival de Locarno. Quel […] Lire la suite

BRĀHUĪ

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 834 mots

Confédération tribale dont l'effectif était évalué à plus de 270 000 en 1960, les Brāhuī (ou Brahoui) vivent principalement au Pakistan, dans la province du Baloutchistan, en territoire montagneux, mais aussi en Afghanistan (au sud) et en Iran (dans le Sistan et Baloutchistan). Une partie de la population brāhuī vit de l'élevage de troupeaux de moutons, de chèvres et de dromadaires. Les tribus nom […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Jeux d'influences des puissances régionales »  : […] L'intervention américaine en Irak, couplée à la multiplication des foyers de crise interne dans la région, conduit au remodelage des jeux d'influences entre puissances régionales. L' Iran voit son rôle renforcé par la « disparition » de ses deux frères ennemis, l'Afghanistan des talibans et l'Irak de Saddam Hussein. Le président Ahmadinejad, arrivé au pouvoir en 2005 et réélu de manière contestée […] Lire la suite

YÉMEN

  • Écrit par 
  • Laurent BONNEFOY, 
  • André BOURGEY, 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 14 218 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le « tournant révolutionnaire » »  : […] Dans un contexte marqué par les révolutions tunisienne et égyptienne, le soulèvement au Yémen, amorcé en février 2011, rend caduc le calendrier électoral. Il illustre pleinement l'usure d'un régime qui, après plus de trois décennies de pouvoir, semble incapable de faire face aux nombreux défis qui sont les siens. La mobilisation lancée par la jeunesse révolutionnaire appuyée par le Forum commun e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BROMBERGER, « IRAN - Société et cultures », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/iran-societe-et-cultures/